Archives par mot-clé : traces

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32

Les territoires de l’absence – journée d’étude du CRISALIDE

Le fil conducteur de la journée consistera à voir comment les lieux contribuent à créer des situations d’absence. Seront analysés les rapports complexes qu’entretiennent la mémoire et l’absence à partir de lieux tels que le rocher, la place publique et le cimetière. Ces regards croisés se déploieront à l’échelle de plusieurs pays : Israël, Algérie, Italie.

Les territoires de l’absence
Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines
27 novembre 2015

Les territoires de l’absence programme

Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Connaissez-vous le « tourisme pathologique » ? Ce que l’on a ainsi qualifié est une maladie qui s’est répandue en France à la fin du XIXe siècle puis en Italie et en Allemagne avant de disparaitre progressivement. Albert Dadas (1860-1907) est le premier cas officiel de « touriste pathologique » connu pour entrer dans des états de transe semi-somnambulique qui lui faisaient tout quitter pour voyager avec frénésie, généralement à pied. L’histoire de ce fugueur maladif, sans cesse jeté sur les routes par son impérieuse et insatiable quête d’ailleurs constitue le point de départ du roman de Minh Tran Huy qui est aussi une quête sur les « voyageurs malgré eux », ces exilés qui peuplent l’histoire familiale de la narratrice. Continuer la lecture de Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

mmsh02

Fil conducteur du séminaire : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il  est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requièrent la présence ou l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ? Continuer la lecture de Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

« Materializing Absence – Migrants Living Spaces in Albania » (projet en cours)

« Materializing Absence – Migrants Living Spaces in Albania » (projet en cours)

réalisateur: Miguel Filgueras; recherche/assistance: Gerda Dalipaj/Eckehard Pistrick

The film will employ a scientific (anthropological-philosophical) as well as an artistic approach on the topic of absence and abandonment. What concerns the scientific approach of the film, the filmmakers will build on the recently established anthropology of absence (Bille, Hastrup and Sorensen 2010) and use the approach of Australian philosopher Patrick Fuery (1995) concerned with the mediation of presences through representations of absence.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées

What concerns the artistic approach, the film – both in its visual imagery and in the editing process – will be inspired by the work of the Danish painter Vilhelm Hammershoj (1864-1916). Overall the project will be concerned with the imagination of space in the eyes of those who will watch the film. The tension between boundedness/enclosure and openness as well as the tension between materiality and immateriality, the intimate and the public anonymous space will stand at the core of the project. The final work will thus eventually provide different perspectives on spatial construction, playing with the imagination of those who watch the film. These different spatialities – set into relation to oral narratives – will convey different modes of remembering individual migrant destinies and evoking different emotional states.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées 

 

 

These two approaches will be applied on a concrete ethnographic object, unravelled through meticious fieldwork. These objects are the newly constructed houses/rooms in the peripheric district of the Central Albanian town of Elbasan and the « migrant rooms » in family houses in the mountainous district of Shpati, located 20 km from Elbasan. Both settings are tightly (inter-)connected both to internal migration from Mountain Shpati to the urban center of Elbasan and through external migration to Greece and Italy.

The film understands itself as a case study of a Mediterranean phenomenon experienced especially in the rural areas of Portugal, Spain, Greece and Turkey since the 1960s (Gastarbeitermigration) and in relation to the flux of Asian and African immigrants to Europe through the Mediterranean. Abandoned villages, displaced families and an emotional vaccum are an imminent feature of many rural areas in these countries. The film may provide essential insights into the psychological marks migration experience leaves. It will provide a much closer and more intimate perspective than demographic and statistical studies on the subject.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées

The film will be a concrete and imaginative contribution to the interdisciplinary discipline of Migration Studies. It will effectively show how methods of visual anthropology (photography and film) may be used to artistically render visible the emotionality of migration experience, the individual destinies and life histories which stand at the core of human mobility. But it will as well provide answers to more existential problems such as absence and human separation omnipresent in a globalized world.

The management of the film is currently searching for institutional and financial support to realize the film project. For further information please contact: Mrs Margarida Gonçalves altodominho@gmail.com

http://www.florianbachmeier.com

Zahaba (partir)

Dans le cadre du dernier séminaire du Crisalide, Alice Ruffini a présenté son court-métrage « Zahaba » (partir). Elle nous livre ici le sens qu’elle donne à vouloir interroger la notion de déplacement à travers le prisme de l’expérimentation d’une scénographique de rue.

Une histoire de chemins, de traversées invisibles,d’individus en partance dans des lieux qui se dérobent. Enfourchons notre bicyclette et partons. En peloton sur les traces d’un voyage, d’un passage, les sens aux aguets, éprouvons cet équilibre précaire et ordinaire. Dans une expérience à bicyclette entre ici et là bas/ Zahaba ( partir). Des petits trajets qui parlent de grands voyages.

Continuer la lecture de Zahaba (partir)

Après La Traversée

Le 7 octobre 2014 de 13h à 15h en salle 6 de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) a été projeté le film “La Traversée” d’Elisabeth Leuvrey, en sa présence. Cette projection fut proposée dans le cadre des activités du projet amorce “Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : L’absence comme modalité d’appartenance “, coordonné par Constance De Gourcy & Nasser Tafferant (LAMES). On trouvera ci-après l’impression à « bonne température » de Nasser Tafferant qui, plusieurs fois, a vu le film et l’a discuté dans le cadre de conférences académiques et de festivals de films documentaires. Le très beau dossier de presse, téléchargeable, figure en bas de page1.

Continuer la lecture de Après La Traversée

  1. DOSSIER DE PRESSE LA TRAVERSÉE []