Quel côté de l’Absence ?

Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où enterrer les morts ? Présente aux uns, absente aux autres, la sépulture devient un lieu d’ancrage dans le désordre de la migration. Pourtant, même si les choix funéraires cherchent à maintenir des continuités, ils semblent davantage produire des ruptures et de l’impermanence.
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse, plus qu’il ne montre, la complexité de la mort dans un parcours migratoire. Dans la réciprocité de leur dialogue, entre sciences sociales et photographie, Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux cherchent à traduire des paroles rares sur un sujet délicat et laissent entrevoir avec pudeur la vulnérabilité de ceux qui les prononcent. Avec les mots du doute et du paradoxe, l’intime côtoie le politique, et questionne les appartenances et les frontières dans leur sens le plus large.
Un film de Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux

Méditerranée : genre, violence et dépassement

Guerres, conflits et migrations bouleversent l’organisation des sociétés, questionnent notre rapport à l’autre, qu’il soit proche ou lointain. Vies et parcours brisés imposent la recherche de nouvelles stratégies de survie, de nouvelles voies de dépassement. À partir du film Panoptic (2017) de la réalisatrice libanaise Rana Eid (née en 1976, enfant de la guerre), cette journée d’étude publique animée par des universitaires et des artistes méditerranéens s’organise autour de quatre séquences du film, ouvrant la réflexion sur les violences de genre créées ou renforcées dans ces contextes. Avec la participation de Rana Eid.

Projection de Panoptic au cinéma César, Marseille, le 10 octobre à 18h.

Co-organisé par : Mucem, GenderMed (MMSH, AMU/CNRS), Films Femmes Méditerranée.

PROGRAMME

9h30
Ouverture de la Journée
Yolande Padilla (Mucem, Coopération Internationale en recherche, formation et enseignement) et Randi Deguilhem (CNRS, Directrice de recherche, TELEMMe-MMSH/AMU, responsable GenderMed)

10h00
Silence et prise de parole : récit de la résistance à une guerre phallocentrique
Roa’a Gharaibeh (Centre Émile Durkheim, chercheure, Université de Bordeaux)

11h15
La guerre aux entrailles : réflexions sur l’oubli et l’amnistie
Jocelyne Dakhlia (EHESS, Directrice d’Études, Centre de Recherche Historique, Paris)

12h15
Surveiller les ténèbres
Rana Eid (réalisatrice du film, Panoptic, Sound Designers, DB Studios, Beyrouth)

13h15 Pause

14h45
La séparation ou l’ambivalence de l’absence/présence
Mohamed Kerrou (professeur de sciences politiques à l’université centrale, Tunis)

15h45
L’absence entre souvenirs communs et souvenirs partagés
Constance de Gourcy (AMU, maîtresse de conférences, LAMES-MMSH)

16h30
Table-Ronde
animée par Mathilde Rouxel (Université Paris 3-Sorbonne, IRCAV, Études cinématographiques, Arts et Medias) avec Jocelyne Dakhlia, Rana Eid, Roa’a Gharaibeh, Mohamed Kerrou

17h30
Clôture de la journée

Tarif Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org
LieuI2MP
Horaires Vendredi 12 octobre de 9h30 à 17h30

Migrations, circulations, mobilités Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

 

Vient de paraitre aux Presses Universitaires de Provence dans la collection « Sociétés Contemporaines » un ouvrage qui fait le point sur les catégories de mobilité, migration.

Titre :

Migrations, circulations, mobilités

Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

Les auteurs sont :
Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn & Mathis Stock, dir.
Date de parution: 2018 trimestre 3

Résumé : Au cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.
Table des matières

Écrire à l’absent.e France Culture La compagnie des auteurs

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu)

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu) Crédits : Cecil Beaton / Condé Nast et REPORTERS ASSOCIES / Gamma Rapho – Getty – Sources France Culture

Comment écrire à l’absent.e ? Que peut-on écrire ? peut-on tout écrire ? Passionnées, érotiques ou tendres, extravagantes ou terre à terre… La Compagnie des auteurs explore cette semaine du 25 juin au 28 juin 2018 des correspondances amoureuses aux multiples facettes.

à écouter, podcaster

Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

Tijuana San Diego border deaths © Revue Diasporas

Tomas Castelazo, Memorial coffins on the US-Mexico barrier for those killed crossing the border fence in Tijuanan Mexico. CC B-SA 2.5

En choisissant de consacrer son dernier numéro thématique à la place de la mort dans les expériences migratoires aux époques moderne et contemporaine, la revue « Diasporas » a cherché à rendre à la mort la place qui lui revient dans l’histoire des migrations, et par là même à penser à nouveaux frais à la fois l’humanité même des parcours migratoires, et l’ensemble des constructions contingentes (à la fois juridiques, politiques et économiques) qui situent les phénomènes de mobilités dans leurs différents environnements. Ce séminaire propose à quatre chercheurs venus de différentes disciplines (historiens, sociologues et anthropologues) de prolonger cette réflexion en discutant ensemble, et avec le public, de la présence comme de l’image de la mort en migration – une thématique à laquelle le drame des migrants en Méditerranée confère bien sûr une brûlante actualité ainsi qu’un évident enjeu citoyen. Continuer la lecture de Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

“Migration, genre et absence”. Rencontre avec la réalisatrice Lidia Leber Terki et Constance De Gourcy

Comme chaque année, le collectif Crisalide s’associe avec le festival de cinéma  de Rousset pour traiter de l’absence. Cette année, c’est le film de la réalisatrice Lidia Leber Terki « Paris la Blanche » qui a été choisi, film dont nous avions déjà parlé dans ce carnet. Il s’agit donc du troisième volet d’une programmation ouverte au grand public qui a pour vocation de faire résonner Recherche et œuvres cinématographiques de fiction autour de ces questions.

Synopsis : Sans nouvelles de son mari parti travailler en France dans les années soixante-dix, Rekia, quitte le village de Kabylie où elle vit. Elle traverse l’Algérie, la France et les banlieues parisiennes pour ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver dans un foyer d’anciens travailleurs immigrés à la retraite a changé. Son héros, l’ancien combattant des maquis, celui qui était revenu au village pour la dernière fois il y a quatre ans, est devenu un étranger.

Pour en savoir plus : http://www.filmsdelta.com/crbst_104.html

Cette séance aura lieu le dimanche 25 mars à 14h (salle Emilien Ventre de Rousset).

 

Journée internationale des droits des femmes 2018 – ATMF

Journée internationale des droits des femmes 2018, L’ATMF et son Réseau Femmes vous convient à une rencontre autour des
Dynamiques des luttes des femmes. Il y sera notamment question de l’absence.

A partir d’extraits du film Paris La Blanche de la réalisatrice, Lidia Terki, C. De Gourcy, mettra en évidence les différentes formes de résistance qui émanent de l’absence. Loin de se réduite à une posture d’attente, l’absence est propice au développement de nouvelles luttes contre l’oubli et contre l’isolement.

Lieu : Aix-en-Provence AFFICHE JOURNEE FEMMES PDFF_2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Journée des doctorants AMERIBER – 22 mars 2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones

Juan Goytisolo dans Don Julian représente l’absence sous différentes formes. En effet, l’auteur écrit sans Je, sans ponctuation et sans identité pour aborder le péché dans une époque indéterminée. Dans cette œuvre, le lecteur accède aux pensées les plus intimes du narrateur (ou plutôt des narrateurs) et se perd dans les pérégrinations intellectuelles de ce Je sans identité. Goytisolo choisit de passer des pensées de Don Julian, à celles de sa fille Florinde, violée par Rodéric de Tolède.

L’absence est définie comme le manque, la suppression, la non-présence de quelque chose ou de quelqu’un. Ainsi, elle est une sorte d’abîme que l’on peut chercher à combler ou bien à entretenir parfois. Entre son culte et sa peur, les artistes s’emploient à la représenter, en un sens pour la rendre plus palpable et plus vivante, pour en témoigner. Pour que le manque existe, une attente de la non-présence s’impose créant ainsi un besoin et la nécessité -ou non- de le combler. Il faut donc (reprenant Sartre) une attente réelle qui constate l’absence. Elle devient alors pertinente lorsqu’elle fait partie des possibilités situationnelles.
Lorsque le constat de l’absence naît de la reconnaissance d’une autre présence que celle que l’on attendait, son portrait se fait par le remplacement de la présence attendue par une nouvelle. Elle devient alors une substitution ou un contournement (Bergson). Le manque d’une présence peut aboutir à la représentation d’excès et des figures de l’absence. Lorsqu’on parle d’oubli (manque de mémoire), du silence (manque de discours), de la mort (manque du vivant) ou de l’interdiction (manque de liberté), par exemple.

Au travers de la transversalité et pluridisciplinarité propres à l’équipe de recherche AMERIBER, cette journée de doctorants vise à travailler sur les possibilités de représentations de l’absence au travers des arts, de l’Histoire, de la linguistique et la littérature d’Espagne, du Portugal et de l’Amérique latine.

Cette journée s’articulera autour de trois axes

I) L’absence comme thématique dans la fiction:
D’aucuns choisiront d’évoquer le manque d’un être aimé ou d’une sensation plaisante par le passé, alors que d’autres choisiront la thématique des migrations, et tout ce qui en découle, l’exil ou la disparition de repères. C’est le cas dans le poème « Ausencia » de Jorge Luis Borges ou dans l’oeuvre de Neruda, ou encore en musique avec la chanteuse Silvia Pérez Cruz qui aborde l’absence de justice sociale dans l’Espagne contemporaine avec les paroles de « No hay tanto pan ».

II) L’absence comme procédé discursif, littéraire ou poétique :
Cette carence peut apparaître par l’utilisation de moyens stylistiques (figures de style et tropes) par ressemblance (métaphore) ou par correspondance (métonymie), entre autres. Elle peut également se manifester dans les recours linguistiques tels que les néologismes, le calligramme et le lipogramme : en prose nous trouvons Flor de Sainetes, la novela de los tres hermanos de Francisco et Ribera où la lettre ‘a’ n’est pas présente.

Il peut encore s’agir de l’absence d’un des éléments indispensables à l’acte communicatif. En effet, la disparition de la figure de l’auteur peut engendrer l’apparition d’une création collective. Dans Spain in a day, Isabel Coixet a réalisé le montage du film avec des vidéos réalisés par des amateurs espagnols afin de capter et montrer l’identité du pays.

III) L’absence d’un élément dans le processus de création :
Lorsque l’absence s’impose l’artiste ou l’auteur est contraint d’adapter ses méthodes et ses techniques pour mener à bien sa composition. Qu’il soit confronté à un manque économique, matériel ou humain, il doit se restreindre et s’imposer des conditions. L’inventivité devient alors un levier pour sauver l’oeuvre de la pénurie lui permettant ainsi de créer une réalité propre à l’oeuvre comme le fera Alejandro Jodorowsky dans son court-métrage La cravate. Cette privation peut être également volontaire voire politique. C’est le cas notamment de certaines oeuvres se réclamant collective ou libre de droit. Le but sera ici de transformer une création en arme et outil politique légitimé par ces absences dans la réalisation.

Calendrier et modalités de soumission
Les propositions de communication (comprenant un titre, un résumé entre 300 et 500 mots, une bibliographie, trois mots-clés et une note biographique de 10 lignes maximum) sont à adresser en français, espagnol, portugais et catalan, pour le 15 janvier 2018 au plus tard.

L’appel est ouvert aux doctorants d’AMERIBER ainsi qu’aux doctorants d’autres universités françaises et à l’étranger.

Les communications auront une durée de 20 minutes. Les possibilités qu’elles fassent éventuellement l’objet d’une publication sont à l’étude.

Les communications doivent être envoyées à l’adresse :
journee.doctorants.ameriber@gmail.com

Comité Organisateur
Joy COURET, Lidia SÁNCHEZ DE LAS CUEVAS et Lolita TODESCHINI

Bibliographie indicative

Ouvrages critiques:
– Bergson Henri, L’Evolution créatrice, Paris, Felix Alcan, 1907
– Deleuze Gilles et Félix Guatarri, L’anti-Oedipe, Paris, Édition de Minuit, 1972
– Fédida Pierre, L’absence, Paris, Folio Essais, 2005
– Goytisolo Juan, La reivindicación del Conde Don Julián, Madrid, Catedra, 2013
– Ittiruza Mariana, la presencia de la mujer en la fotografía de prensa argentina de 1920 a 1930, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2000
– Lacan Jacques, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, Paris, Seuil, 2004
– Lefèvre Henri, La présence et l’absence, contributions à la théorie des représentations, Paris, Casterman, 1980
– Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943
– Watroba Maria, Écritures de l’absence : Essais sur les frères Goncourt, Zola, Proust, Gide, Valéry, Leiris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007

Ouvrages littéraires:
– Borges Jorge Luis, Fervor de Buenos Aires, Buenos Aires, Imprenta Serrantes, 1923
– Cernuda Luis, Los placeres prohibidos, Madrid, Cátedra, 1999
– Muñoz Molina Antonio, En ausencia de Blanca, Madrid, Alfaguara, 2001
– Pessoa Fernando, Livro do desassossego, Lisbonne, Ática, 1982

Filmographie
– Guzman Patricio, Nostalgia de la luz, Chili, Renate Sachse, Atacama Productions, 2010, 94 min

Continuer la lecture de L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Lire et écrire pour réparer le silence

Dans le cadre de l’opération « Mémoires dominées et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques » du LabEx SMS (Structuration des Mondes Sociaux), se tiendra un atelier organisé par
Catherine Mazauric, Marie-José Fourtanier
(LLA-Creatis),
Létitia Mouze et Anne Coignard
(ERRaPhiS)

Le 24 novembre 2017 à Toulouse.

Intervention sur les silences et l’absence

Récits d’absence et variations autour du silence

Par De Gourcy, Maitresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille Université, chercheure au LAMES.

Cette communication s’intéresse à la mise en tension des catégories de présence et d’absence dans les récits d’absence. Devenus de plus en plus fréquents en raison de la transformation des périmètres de la vie sociale (Agier, 2013), ces récits, souvent denses et fournis qui ponctuent le quotidien des membres séparés, apparaissent traversés par des silences. Ce sont ces retenues de la parole ou de l’écrit qui nous intéressent ici en tant qu’elles structurent l’espace du dicible (Pollak, 1990). Produits par les mobilités et migrations, ces silences révèlent ainsi des frontières du dire autour de ce qu’il est possible de dire ou pas et offrent une perspective d’analyse inédite des enjeux de la mémoire et de l’histoire. Continuer la lecture de Lire et écrire pour réparer le silence

« Les cloches silencieuses » de l’artiste Sylvie Tisserand

Sylvie Tisserand est de retour au Centre d’exposition de Mont-Laurier avec son dernier projet, « Les cloches silencieuses ».

 

Sous le titre « Les cloches silencieuses », Mme Tisserand suscite évidemment la curiosité avec son dernier projet, qui témoigne d’une démarche questionnant le cycle de la vie.

L’artiste avait partagé « Frontière humaine » en 2001 et « À cent nœuds lumière » en 1994.

Retrouver la présence de l’absence

Les cloches silencieuses sont des sculptures de fil de fer qui représentent des cloches, mais qui ne sonnent pas. Cette exposition était une occasion pour l’artiste de faire une réflexion sur le sens et l’essence même de la vie : « Pour moi, les cloches silencieuses sont porteuses de sens, d’un bagage universel qui va au-delà de leur conception même. Une cloche en fil de fer ne sonne pas, elle sonne les «non-dits»». Cette manière de représenter l’objet par l’absence et par le vide permet de mettre au jour ce qui est caché, mais qui est tout aussi vrai et pertinent. Sylvie Tisserand initie alors un jeu entre présence/absence, dit/non-dit, matière/vide, bruit/silence et amorce un questionnement sur le cycle de la vie.

Ainsi, ce sont plusieurs séries de cloches silencieuses qui accueilleront les visiteurs à la salle d’exposition de Mont-Laurier, sans oublier la présence d’une projection vidéo et d’une présentation de l’artiste.

La rencontre avec Sylvie Tisserand, qui aura lieu le jeudi 26 octobre à 17h, sera l’occasion de discuter avec l’artiste et d’en découvrir davantage sur « Les cloches silencieuses ».

Lors de cette soirée, une performance en lien avec l’exposition sera présentée par l’artiste multidisciplinaire Loraine Galarneau.

sources

Absence (Looking for Hammershøi) by Frank Ammerlaan

Frank Ammerlaan,  Absence (Looking for Hammershøi)

David Risley Gallery, Copenhagen

Group show:
Frank Ammerlaan, Spencer Anthony, Anna Bjerger, Patrick Caulfield, Dexter Dalwood, Graham Dolphin, Wilhelm Freddie, David Hockney, Alex Katz, Alice Neel, Michael Simpson and Francesca Woodman.

January 15 – February 28, 2015

Artist website

Installation view, Absence.

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32

Le bien des absents – Elias Sanbar

Palestinien né à Haïfa mais vivant depuis toujours en exil, Elias Sanbar évoque la maison familiale, l’exode des siens, l’enfance dans le Liban des années cinquante, les rencontres, les proches et les camarades de combat, les vaines négociations israélo-palestiniennes, un bref retour à Haïfa. Son témoignage apporte une perspective sensible aux événements contemporains

Souvenirs émaillés de mille anecdotes rendant hommage à ceux qui sont tombés pour la cause palestinienne, souvenirs de ses rencontres avec les poètes (quelques pages superbes sur Jean Genet), avec l’Amérique et les Indiens qu’il affectionne, par analogie de sort…
Continuer la lecture de Le bien des absents – Elias Sanbar

Bruno Fert | Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Un projet photographique sur la mémoire d’un conflit

Le Projet

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de sept cent mille Palestiniens vers les pays voisins. À la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

Où ?  Librairie Maupetit à Marseille

du 22 juin au 2 septembre

Un travail de mémoire

Durant plus de trois années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des cinq cents villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont un voyage aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

Continuer la lecture de Bruno Fert | Les Absents