« Représenter le corps absent »

Journées d’étude interdisciplinaires en ligne
Représenter le corps absent
3 et 4 juin 2021

Pour obtenir le lien de connexion, s’inscrire sur : https://forms.gle/Zgmk4h4koAEhniBw5

Privant les humains de leurs rapports réels aux autres, le nouvel ordre du monde provoqué par le contexte pandémique a banalisé les échanges virtuels dans tous les domaines de la vie professionnelle, personnelle et culturelle. Les images des lieux dépeuplés à travers le monde – rues désertes de capitales, bureaux abandonnés, transports déserts – constituent des représentations insolites de l’absence qui interpellent et semblent déjà ancrées dans la mémoire collective. L’impact de la disparition physique du corps de l’autre et de la perte du lien social qu’induit l’isolement n’est pas anodin sur les pratiques corporelles collectives (manifestations culturelles, célébrations, mouvements sociaux…). L’omniprésence de la virtualité comme alternative aux rapports sociaux traditionnels, la peur implicite du corps des autres et le renversement d’une société où les corps sont présents mais invisibles nous amènent donc, dans le cadre de cette journée d’étude, à repenser la corporalité et sa visibilité dans le champ de la représentation. Continuer la lecture de « Représenter le corps absent »

Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

Journée des Jeunes Chercheurs de  l’Institut de Géographie – Septembre 2021

Argumentaire

Les « blancs de la carte » au XVIIIème siècle, synonymes d’absence de connaissances sur des territoires entiers, jouaient un rôle moteur dans l’exploration et la production de savoirs géographiques.  Aujourd’hui, l’absence elle-même comme sujet en géographie  apparaît comme un « blanc », car si l’étymologie latine du terme, absens, nominatif de abesso « être loin », atteste de sa dimension intrinsèquement spatiale, ce concept a surtout été investi par l’histoire et la philosophie. La géographie, « science du concret » attachée à la matérialité et la représentation de l’espace, a longtemps eu du mal à s’emparer d’une réalité définie par sa difficulté à être saisie.

En réponse à ces inconnues, des courants de la géographie culturelle anglo-saxonne et francophone se sont réappropriés des objets peu étudiés parce qu’intangibles ou peu visibles.  Ainsi les numéros de Cultural Geography (2013, 2008), Space and Culture (2001) et Géographie et cultures (2018a, 2018b et 2020) attestent d’un regain d’intérêt pour les réflexions sur l’absence et ses objets. Cette géographie culturelle tend à démontrer que l’absence ne peut être assimilée au néant car elle possède une dimension matérielle, relationnelle et sociale, vectrice de nouvelles analyses utiles à la compréhension de la structure de l’espace. Aborder l’absence comme sujet et en définir les acteurs et les producteurs  (Meier, Frers et Sigvasdotter, 2013), est donc ce qui la distingue définitivement du vide, de ce qui n’a pas de réalité. L’absence est donc à penser de manière relationnelle, en lien avec des réalités sociales, politiques et spatiales. Continuer la lecture de Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

« PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Hélène Jagot

Partir de chez-soi. Gérer l’absence. Y revenir.
Une trilogie sans cesse convoquée, que l’on travaille au coin de la rue ou que l’on fasse le tour du monde.
Ce qu’on emporte. Ce qu’on laisse. Ce qu’on rapporte.
Tenter de ne rien oublier.
Faire des listes. Programmer des alertes informatiques. Se laisser un post-it.
Des tâches que l’on répète inlassablement, que l’on a tellement automatisées que l’on ne se rappelle parfois plus si on les a menées à leur terme. La mémoire est joueuse, le temps devient élastique dans ces moments entre deux états : partir, revenir. Entre : un déplacement, un voyage, une errance – des êtres toujours en mouvement.

Hortense Soichet, photographe, et Benjamin Pradel, sociologue, se sont intéressés aux lieux que nous laissons derrière nous quand nous fermons leur porte pour aller vers d’autres, à ce que l’on qualifie de « chez-soi », de « lieu de vie », ou tout simplement de « maison », en s’interrogeant sur ce que notre absence produit sur eux, sur la manière dont nous gérons le vide créé par nos mobilités toujours renouvelées – travail, loisirs, voyages –, sur les stratégies mises en place pour y rester présents sans pourtant y demeurer physiquement. Continuer la lecture de « PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Parcours de femmes algeriennes dans l’absence

Par Lena Haziza

Dans ce mémoire[1] je me suis intéressée aux familles transnationales algériennes. Plutôt que de regarder les migrations depuis la nouvelle société d’installation, je me suis tournée vers l’expérience des femmes restées dans le pays de départ, l’Algérie.

Le choix de se concentrer sur les femmes provient du postulat qu’elles peuvent connaître des expériences de vie singulières. Par les spécificités qu’on leur octroie du fait de leur genre, sans qu’elles soient réelles, elles peuvent le devenir dans leur vécu. Continuer la lecture de Parcours de femmes algeriennes dans l’absence

L’absence au Moyen Âge (Poitiers)

Continuer la lecture de L’absence au Moyen Âge (Poitiers)

Le lien social à distance : (En)quête d’absence – HDR

Le 2 juillet 2020, je soutiendrai mon HDR devant un jury composé de:

Michel Agier, Directeur d’études à l’EHESS et à et à l’IRD

Dionigi Albera, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

William Berthomière, Directeur de recherche, CNRS

Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche émérite, CNRS, Rapporteur

Sylvie Mazzella, Directrice de recherche, CNRS, Rapporteure

Adelina Miranda, Professeure des Universités, Université de Poitiers, Garante

Résumé du manuscrit original :

Inscrite dans une approche critique des travaux se référant au transnationalisme, cette habilitation révise dans une perspective cumulative ses exigences théoriques et apports méthodologiques et fournit les bases d’une lecture renouvelée de la place donnée à l’absence dans les migrations internationales. Alors que la notion est désormais souvent limitée à être l’antonyme de la présence, ce travail s’efforce ainsi de mettre au jour les présupposés technicistes qui ont contribué à en faire un impensé et propose une étude serrée, à partir de jalons significatifs, de ses évolutions sémantiques depuis ses premières apparitions jusqu’à la période contemporaine caractérisée par l’étatisation de la notion et son usage à des fins régulatrices. Cette investigation sur le temps long et dans différents contextes (européens et non européens) invite ainsi à mettre en évidence la dimension genrée de l’absence qui place les individus selon leurs sexes dans des relations spécifiques et leur attribue un rôle dans l’espace social et physique des mobilités et des migrations.

Abordant la distance comme un paramètre essentiel des relations – qui agit comme l’avait souligné Georg Simmel sur les formes données aux socialités –, ce travail plaide pour une définition de l’absence comme l’institution sociale qui fait tenir la société à distance, à différentes échelles, de l’individu au groupe. Ce renouvellement du regard invite à délimiter deux angles d’analyse : un premier qui porte sur les mises à l’épreuve du lien social en raison de la prise de distance et de son inscription dans la durée ; un second qui consiste à poser une problématique de la reconnaissance dans la vulnérabilité des liens d’interdépendance. Plus largement, ce travail montre que la pluralité et la différenciation croissante des formes d’absence dans nos sociétés contemporaines s’accompagne paradoxalement de nouvelles sources d’inégalités sociales. 

Lieu :

Salle Guillemet, Hôtel Fumé, 8 Rue René Descartes, Bât E15, Poitiers.

In the shadow of the pandemic. Dying and disappearing at the borders Sofia Stimmatini, anthropologist, & Constance De Gourcy, sociologist

 

That we live in uncertain times is a statement widely shared by many authors and thinkers of modernity (Beck, 2001; Giddens, 1991). The Covid-19 pandemic, which since the end of 2019 has been spreading throughout the world, confirms that we are engaged in « irreversible ecological and sustainable change » (Latour, 2020). In fact, the Covid-19 virus suddenly sends us back to the finiteness of our existence in a striking way: despite everything that the human species is capable of, we violently realize that we cannot control everything. Above all, we cannot have complete mastery of biology: our bodies reveal themselves in their naked, pure and simple, killable and unspeakable lives (Agamben, 1997). Individuals who lose their lives on a daily basis after being infected by Covid-19 share a vulnerability common to all human beings. They also share the right to be mourned and the right to receive a dignified burial. This article acknowledges the vulnerability of humans while highlighting how basic rights are being denied to certain people by social and economic inequalities combined with disparities in treatment.

Several testimonies from relatives of the deceased speak of the immeasurable suffering caused by the uncertainty surrounding the loss of a loved one who died without being accompanied on his or her final journey. In Italy, for example, where funerals have been banned, families are left without answers. How did he or she die? Where was the place of death? Will we be able to see him or her one last time? These questions haunt the relatives of the deceased and make the experience of the event extremely traumatic. The changes in the management of death and funerals in the Covid-19 era thus offer us Westerners the possibility of questioning the importance of knowing the context of a person’s death and being able to celebrate funeral rites: when these two conditions are not fulfilled, uncertainty grows and profoundly disturbs mourning. This state of affairs is reminiscent of the anguish that grips the family members of individuals who disappear or die at country borders, after having undertaken the journey to Europe without the necessary documents to enter the Schengen area. Here and elsewhere, as soon as migration is made illegal and leads to the disappearance of family members, the impossibility of mourning relatives, and doubts about their fate, prevails over everything else. Continuer la lecture de In the shadow of the pandemic. Dying and disappearing at the borders Sofia Stimmatini, anthropologist, & Constance De Gourcy, sociologist

Echoes of Absence | Lockdown Paris, par Erieta Attali

J’écris dans un présent qui nous échappe. J’écris dans un présent sur lequel je n’ai pas de prise. Déprise ? Ou reprise d’un temps autre ? Celui de la mémoire et de l’histoire.

Ecrire à revers, à rebours contre ce temps qui s’étend et s’étire de pays en pays. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Ces images de l’absence révèlent la fragilité du monde, de la présence et nous questionnent sur ce temps d’incertitude qui s’est installé.  

La photographe Erieta Attali cherche ainsi les échos de l’absence au cœur de Paris.  Sources : ici 

Paris Lockdown

Expériences migratoires et communications numériques en Méditerranée De la préservation des liens sociaux

Cet article présente fruit de la collaboration entre une politiste et un sociologue, est consacré l’analyse de la préservation des liens sociaux pendant l’expérience migratoire au prisme des communications numériques. De la nécessité du maintien des relations avec les origines à l’étude des figures d’intermédiarité, cette recherche étudie le rapport aux outils numériques chez les jeunes migrant·e·s parti·e·s seul·e·s, sans pour autant les sacraliser.

Les auteurs : Matthieu Demory et Nouran Gad

Article en ligne disponible ici

Quel côté de l’absence ?

Film / Débat
Création et recherche

Le Rize initie un cycle de rencontres mettant en dialogue la création artistique et la recherche. Pour ce premier rendez-vous, c’est la question de la sépulture dans les parcours migratoires qui est posée. Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où souhaite-t’on être enterré ? Ici, en France ou là-bas, dans la tradition du pays ?
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse la complexité de cette question pour cinq Chalonnais qui racontent avec pudeur les enjeux de l’inhumation malgré l’enracinement des familles. Dans la réciprocité de leur dialogue, une chercheuse et un photographe cherchent à traduire ces paroles, associant un vidéaste et un musicien dans leur projet de création. Comment l’image, la musique et la photographie répondent au travail de recherche de la sociologie ? Comment chacun se nourrit du regard de l’autre ?

samedi 18 janvier 2020
19:00-20:30

Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux : Réalisation
Luc Torrès : Image
Thomas Durand : Musique
Rencontre animée par Marina Chauliac, conseillère pour l’ethnologie à la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour en savoir plus, cliquez ici

« En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Sit-in du 4 juillet 2018

Sit-in du 4 juillet 2018                          Crédit : Sofia Stimmatini

Dans ce mémoire, je me suis intéressée aux disparitions aux frontières des jeunes Tunisiens partis vers l’Italie en 2011. A ce moment en effet, les contrôles des garde-côtes s’étaient relâchés suite aux contestations débutées en décembre 2010, ce qui a permis à pas moins de 40 000 personnes de rejoindre les côtes italiennes[1]. Parmi eux, des centaines ont disparu, laissant leurs familles dans l’attente depuis désormais 8 ou 9 ans. Continuer la lecture de « En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Festival international de géographie, 30e édition – Migrations

Table ronde « Migrations en images » organisée par William Berthomière, géographe, Constance De Gourcy, sociologue, David Lessault, géographe (ESO, CNRS), animée par Taina Ternoven, journaliste indépendante.

Les expériences migratoires ont toujours trouvé dans l’art diverses formes d’expression. L’intensité du rapport au monde que suscitent les migrations et la mise en contact qu’elles enclenchent entre diverses sphères culturelles font des arts graphiques, de la photographie ou de la bande dessinée, voire de la musique ou la littérature, autant de médium pour faire exister des récits qui ne sauraient parfois se dire
autrement. Investies par des artistes-migrants et par des artistes inspirés par les migrations, les approches artistiques se sont également diffusées dans les recherches scientifiques, les revues, voire les rapports d’ONG, à travers de nouvelles méthodes d’enquêtes ou par des collaborations et des approches hybrides art-science.

Samedi 5 octobre 2019
↔ 13h30-15h / ESPACE GEORGES SADOUL,
Salle Yvan Goll – Saint Dié

Le programme ici

Quelques liens :

Le Libé des géographes : https://www.liberation.fr/Libedesgeographes2015,100559

France 3 Grand Est : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/migrations-theme-central-30eme-edition-du-festival-international-geographie-saint-die-vosges-1730841.html

Nombreux articles et photographies de Vosges matin : https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2019/10/05/photos-festival-international-de-geographie-le-deuxieme-jour-en-images

France Culture : Le temps du débat https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/comment-ameliorer-laccompagnement-des-mineurs-migrants

Télévision Locale du Val d’Argent (TLVA) : https://www.youtube.com/watch%3Fv=42KlequEqcw

Arté journal (lundi 7 octobre 2019 / 19 h 45) : https://www.arte.tv/fr/videos/092808-000-A/festival-de-geographie-le-pouvoir-des-cartes/

« Mobilités et migrations en Méditerranée. Vers une anthropologie de l’absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 144, 2018, Compte-rendu

Dans le compte-rendu qu’elle a effectué pour liens Socio, Sofia Stimmatini ne propose pas seulement un point de vue assez fidèle de la dernière livraison de la REMMM sur l’absence, elle met en lumière les liens qui unissent les différentes contributions par delà leur diversité. Ce faisant, elle souligne la capacité heuristique de cette « institution de l’absence » à renouveler les regards portés sur les faits migratoires.

 » Ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée propose de réintroduire l’expérience temporelle de l’absence au centre de l’étude des phénomènes migratoires, permettant ainsi de penser la migration avec et à partir les sociétés de départ. En effet, les personnes qui se déplacent maintiennent des liens avec les membres du groupe d’appartenance afin d’éviter d’être considérées comme « étrangères » ou « disparues ». Une sociabilité à distance se développe alors, dans laquelle l’absent occupe un statut provisoire et labile, toujours susceptible de disparaître si les échanges s’interrompent. C’est en problématisant les perspectives ouvertes par le transnationalisme1 dans le champ des migrations internationales, et notamment celles de l’absence, que les articles recueillis dans ce volume sondent les différentes expériences de migration dans l’espace méditerranéen. Cette question est posée par les chercheurs à partir de leurs terrains respectifs, et explorée en suivant trois dimensions : la séparation, considérée comme « l’expérience fondatrice de la mise en mouvement » (p. 14), les politiques d’État, analysées dans leur travail de formalisation de l’absence, et l’action, mise à l’épreuve par l’entretien des liens entre membres géographiquement éloignés.

La séparation, première condition de la relation à distance, est dépassée par la force des liens et des sentiments qui lient ceux qui partent à ceux qui restent. Les membres du groupe de départ organisent la relation à distance en donnant à l’absent un rôle au sein de leur organisation sociale. Cependant, certains refusent cette place ainsi que l’obligation morale d’entretenir le lien. Ces trajectoires marginales sont abordées par Emmanuel Blanchard et Kamel Chachoua dans leurs articles. Le premier, en se penchant sur les archives du Service des affaires indigènes nord-africaines (Saina), analyse les demandes d’intervention que les familles kabyles adressaient au Saina durant les années 1930, à la recherche de leurs proches égarés en région parisienne. Il démontre ainsi que ces requêtes étaient souvent liées à des intérêts matériels ou à des flux financiers. L’article de Kamel Chachoua examine une archive orale et musicale kabyle des années 1940-1960 et explore le jih, l’égarement en immigration, depuis le point de vue des mères et épouses des imjahen2, ces hommes emportés par « l’air de l’émigration ». Les femmes restées en Kabylie, hantées par la figure redoutable de l’amjah, dont l’absence retentissait sur leur propre statut, pratiquaient alors le rite de l’« appel » (asiwel) afin de solliciter leur retour. L’auteur souligne que, de nos jours, ce rituel n’est plus célébré de la même manière, en partie parce que la représentation de l’émigration, qui peut être aujourd’hui souhaitée et désirée, s’est elle-même modifiée. À partir de l’étude des kabyles en France, ces deux articles démontrent combien le statut et la place de l’absent est fragile : ce dernier peut se transformer en « disparu » dès lors que la communication se dissout. Ainsi l’absence n’est plus seulement une conséquence géographique de la migration, mais aussi la forme manifeste de l’émancipation sociale et individuelle du groupe d’appartenance.

En analysant le phénomène migratoire du double point de vue de la société de départ et de la société d’installation, le transnationalisme offre également une perspective intéressante pour étudier les mutations de l’État. En effet, comme Constance De Gourcy l’écrit, « il devient possible d’analyser la formalisation de [la notion d’absence] par les biais des politiques d’États » (p. 19). Pour Malika Gouirir, le Maroc apparaît comme un observatoire privilégié de politiques publiques qui officialisent la place de l’absent en maintenant sa nationalité marocaine par le biais d’un statut juridique spécifique. Le « Marocain résident à l’étranger » (MRE) est un statut qui répond à la volonté étatique de consolider le lien indissoluble entre un individu et le Royaume, lien qui peut parfois être vécu comme une entrave par les concernés. L’auteure souligne toutefois les difficultés juridiques concrètes que pose cette double affiliation, notamment face aux questions d’héritage.

La mort à l’étranger est aussi une dimension abordée par ce volume. Le fait de mourir en migration pose en effet la question fondamentale de « savoir où se “place” l’absence » (p. 20). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les articles d’Azzedine Kinzi et de Valérie Cuzol. Le premier étudie les rapatriements à Tounef (Kabylie) des dépouilles d’immigrés décédés à Saint-Étienne (France) et la deuxième analyse les pratiques funéraires des immigrés algériens, tunisiens et marocains à Chalon-sur-Saône (France). En examinant les trajectoires post-mortem des corps, les deux articles mettent en évidence le souhait majoritaire des immigrés d’être enterrés dans leur village d’origine. Les auteurs décrivent la manière dont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie facilitent le déplacement des dépouilles, dans le but politique de récupérer les citoyens éloignés, tout en allégeant la peine des familles. « La liberté de circulation des morts » comme enjeu politique se manifeste également dans l’article de Lisa Anteby-Yemini, qui décrit la gestion des défunts érythréens et soudanais en Israël. Elle montre comment le retour de ces corps dépend des relations diplomatiques qu’Israël entretient avec les deux pays. L’État érythréen maintient des relations diplomatiques avec Israël et les corps de ses ressortissants sont souvent rapatriés, d’autant plus que l’État a le souci d’entretenir un sentiment d’unité nationale. En revanche, aucune représentation soudanaise n’est présente sur le sol israélien, et les défunts sont donc enterrés dans des cimetières d’Israël. Ceci est clairement lié au fait que l’État soudanais considère les réfugiés comme des traîtres et n’a aucun intérêt à les rapatrier. Ainsi, nous voyons que la gestion de la mort en migration révèle des logiques politiques contrastées, qui témoignent de l’intérêt qu’un État porte – ou non – à ses ressortissants émigrés.

L’article de Laura Odasso nous révèle les manières dont les États interviennent dans la définition même de la « famille » des personnes qui sont loin de leur pays d’origine. L’auteure explore la manière dont les femmes ressortissantes du Maroc et du Liban, mariées à des Français et installées en France, sont soumises à des règles institutionnelles genrées. En effet, les femmes libanaises ne peuvent transmettre la nationalité à leurs enfants, tandis que les marocaines doivent fournir toute une série de documents qui ne sont pas exigées des hommes marocains mariés à une femme étrangère – comme par exemple l’acte de conversion. En étudiant les cas de ces deux pays, Laura Odasso met en lumière ces discriminations genrées dans la définition et la gestion étatique de la nationalité et de sa transmission, et montre que beaucoup des femmes sont ainsi amenées à distendre le lien avec leur pays d’origine, ce qui contribue à consolider l’absence.

Nous voyons donc que l’absence et la présence sont en partie fabriquées par les États, mais qu’elles peuvent également être souhaitées, désirées et aménagées par les acteurs eux-mêmes. Ce fait est illustré par le cas des Grecs restés en Égypte malgré l’incitation au départ de Gamal Abdel Nasser en 1960, décrit par Efychia Mylona. Grâce à leurs activités commerciales rentables, les migrants grecs ont en effet réussi à imposer leur présence, soulignant leur compétitivité marchande et taisant leur nationalité. L’aménagement de la présence et de l’absence est aussi l’angle d’analyse des deux dernières contributions, celle de Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold et celle de Leo Fourn, qui explorent la dimension émotionnelle de l’engagement à distance lors d’évènements politiques particuliers. La première traite des Tunisiens à l’étranger après 2011 et documente la présence d’une communauté diasporique émotionnelle postrévolutionnaire : la deuxième étudie les trajectoires des militants révolutionnaire syriens, dont l’engagement s’estompe au fur et à mesure que leur absence du pays d’origine se prolonge.

En suivant la perspective des travaux de Sayad (1999)3, ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée invite à (re)mettre le concept d’absence au centre des analyses des phénomènes migratoires, en « tenant compte de [sa] nature processuelle » (p. 22). L’approche pluridisciplinaire de l’ouvrage permet d’appréhender les notions d’absence et de mobilité humaine sous plusieurs angles. Tout d’abord, l’absent se redéfinit lui-même constamment en fonction de la posture choisie et de la temporalité. Ensuite, faire de l’absence « l’institution fondatrice de la relation à distance » permet de considérer les mouvements migratoires dans un même espace-temps sur deux scènes sociales, ici les deux rives de la Méditerranée. Enfin, la malléabilité du concept d’« absence » rend compte de l’expérience du manque de manière polymorphe, faisant ainsi surgir son caractère relationnel, ce qui se révèle être un prisme fécond par lequel analyser les phénomènes d’immigration et d’émigration.

Haut de page

Notes

1 Depuis une trentaine d’années, les chercheurs ont commencé à appréhender les phénomènes migratoires à partir de la capacité des personnes à organiser leurs déplacements et à entretenir des liens malgré la distance, et non plus seulement à partir du prisme des sociétés d’installation.

2 En Kabylie le terme utilisé pour nommer l’émigré « égaré » était celui d’amjah (pluriel imjahen).

3 Sayad Abdelmalek, La double absence, Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Les morts en disent plus que les vivants : identifier les victimes des naufrages en Méditerranée


Depuis des années, l’actualité est ponctuée de naufrages tragiques, en Méditerranée. Cette mer est devenue un cimetière, mais un cimetière d’anonymes. En Italie, une femme cherche à connaître l’identité de chaque noyé. Cristina Cattaneo est médecin légiste à Milan. Elle a écrit un livre sur son travail, Naufragés sans visage. En France, il sortira en septembre 2019 chez Albin Michel. Franceline Beretti est allée à la rencontre de son équipe au service des morts.

Les morts en disent plus que les vivants. Grand reportage par Franceline Beretti – RFI

Sources
RFI grand reportage

mardi 19 mars 2019

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search