Archives par mot-clé : séparation

Écrire à l’absent.e France Culture La compagnie des auteurs

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu)

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu) Crédits : Cecil Beaton / Condé Nast et REPORTERS ASSOCIES / Gamma Rapho – Getty – Sources France Culture

Comment écrire à l’absent.e ? Que peut-on écrire ? peut-on tout écrire ? Passionnées, érotiques ou tendres, extravagantes ou terre à terre… La Compagnie des auteurs explore cette semaine du 25 juin au 28 juin 2018 des correspondances amoureuses aux multiples facettes.

à écouter, podcaster

“Migration, genre et absence”. Rencontre avec la réalisatrice Lidia Leber Terki et Constance De Gourcy

Comme chaque année, le collectif Crisalide s’associe avec le festival de cinéma  de Rousset pour traiter de l’absence. Cette année, c’est le film de la réalisatrice Lidia Leber Terki « Paris la Blanche » qui a été choisi, film dont nous avions déjà parlé dans ce carnet. Il s’agit donc du troisième volet d’une programmation ouverte au grand public qui a pour vocation de faire résonner Recherche et œuvres cinématographiques de fiction autour de ces questions.

Synopsis : Sans nouvelles de son mari parti travailler en France dans les années soixante-dix, Rekia, quitte le village de Kabylie où elle vit. Elle traverse l’Algérie, la France et les banlieues parisiennes pour ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver dans un foyer d’anciens travailleurs immigrés à la retraite a changé. Son héros, l’ancien combattant des maquis, celui qui était revenu au village pour la dernière fois il y a quatre ans, est devenu un étranger.

Pour en savoir plus : http://www.filmsdelta.com/crbst_104.html

Cette séance aura lieu le dimanche 25 mars à 14h (salle Emilien Ventre de Rousset).

 

« Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine (Europe-Amérique du Nord) : terre, mer, outre-mer » colloque international

Le colloque « Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine : terre, mer, outre-mer (Europe – Amérique du Nord) » propose de réfléchir à la condition et au quotidien des femmes mariées confrontées à l’absence temporaire de leur époux.

Celle-ci recouvre une grande diversité de situations selon les raisons du départ (activité maritime, emprisonnement, guerre, migration, travail saisonnier, religion….), ses modalités (absence choisie ou subie), l’implantation géographique (ville, campagne, littoral, montagne, île, colonie…), l’âge de l’épouse, la présence d’enfants, le milieu social et l’éventuel soutien du réseau de parenté et d’amitié.

Alors que le veuvage – conséquence de l’absence irréversible des hommes – et le célibat ont fait l’objet de nombreux travaux et synthèses, la solitude des femmes mariées, momentanément « affranchies » de la tutelle masculine, reste largement un territoire en friche.

Le colloque est organisé en partenariat avec le Centre International de la Mer (Rochefort) et avec le soutien du Framespa-UMR 5136, du CRHIA-EA 1163, du CRIHAM-EA 4270, de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, de l’Université de Sherbrooke (Québec), de l’Université de Poitiers et de l’Université de La Rochelle.

site web dédié au colloque : https://femmes-abs-2017.sciencesconf.org/resource/page/id/1

 

APPEL À TEXTES COMMENT LES FAMILLES CONSTRUISENT LEURS TEMPS ? COMMENT LE TEMPS CONSTRUIT LES FAMILLES ?

Cet appel à texte portant sur les temporalités familiales ouvre une réflexion inédite sur le couple présence/absence.  La problématique particulière des familles séparées ou recomposées  est présentée comme une entrée pour aborder les constructions nouvelles des temps familiaux, que ce soit sur les négociations calendaires des temps de résidences des enfants, les perceptions du temps partagé avec de nouveaux entrants – ou la question de l’absence ou du manque – ou encore sur sur les situations des familles transnationales (Merla et François, 2014).

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 1er juin 2016.

EFG29_Appel_Construction des temps

Femmes et mères en migration. L’absence au prisme des normes. Séminaire GEFEM 17 décembre 2015, salle Duby, MMSH

 

Lella en Bretagne, par Edouard Boubat/RAPHO, Bretagne

Ce séminaire s’intéressera à l’absence à partir des mobilités et migrations au féminin.  Si les femmes ont massivement investi l’espace migratoire, leurs déplacements sont en effet souvent socialement (dé)considérés. À partir de récits de mères en situation d’éloignement géographique, nous proposons de déplier les sens donnés à l’absence, en montrant comment face à une conception  de l’absence qui fait peser sur elles le coût social de l’éloignement, il est possible d’opposer une forme de présence qui transforme la distance en ressource pour penser la proximité.

GeFem 17 décembre

 

A lire : La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle

Dans cet ouvrage qui vient de paraitre,  Nathalie Ortar s’intéresse aux mobilités qui relient la scène professionnelle à la scène résidentielle.

La grande mobilité géographique professionnelle qui implique pour un individu de résider et de travailler dans des lieux distants de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de kilomètres, reste un phénomène social mal connu.

Pourtant cette mobilité spatiale singulière, emblématique de notre modernité, transforme profondément le quotidien privé et professionnel des travailleurs mobiles, et impose des façons de vivre et de travailler bien spécifiques intégrant l’éloignement géographique, l’absence, mais aussi des séparations et des retours récurrents. Continuer la lecture de A lire : La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle

Séminaire interlabo MIMED : Familles et mobilité

Familles et mobilité : 19 janvier 2015, 14h-16h salle Paul-Albert Février, MMSH.
Avec Constance de Gourcy, Sofia Laíz Véronique Manry, Natalia Ribas Mateos.

De l’absence il sera question dans ce séminaire à partir des effets induits par la mobilité géographique des femmes et plus largement par la dissociation des scènes familiales et professionnelles.  Le phénomène n’est cependant pas nouveau – au XVIIIe siècle les mères confiaient déjà leurs enfants à une nourrice à la campagne, le temps de l’allaitement – mais il s’accompagne d’une réinterprétation des cadres d’analyse relatifs à la parentalité en situation de mobilité-migration.

Présentation de trois ouvrages :

– RIBAS-MATEOS N., MANRY V., (eds), Mobilités au féminin. La place des femmes dans le nouvel ordre du monde, Paris, Karthala, 2013.

– RIBAS-MATEOS N., LAIZ S., Movilidades adolescentes. Elementos teoricos emergentes en la ruta entre Maruecos y España, Belaterra, 2014.

– DE GOURCY C., ARENA F., KNIBIEHLER  Y., Familles en mouvement. Migrations et parentalité en Méditerranée, Aix-en-Provence, PUAM, col. Penser le Genre, 2014.