Archives par mot-clé : photographies

« PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Hélène Jagot

Partir de chez-soi. Gérer l’absence. Y revenir.
Une trilogie sans cesse convoquée, que l’on travaille au coin de la rue ou que l’on fasse le tour du monde.
Ce qu’on emporte. Ce qu’on laisse. Ce qu’on rapporte.
Tenter de ne rien oublier.
Faire des listes. Programmer des alertes informatiques. Se laisser un post-it.
Des tâches que l’on répète inlassablement, que l’on a tellement automatisées que l’on ne se rappelle parfois plus si on les a menées à leur terme. La mémoire est joueuse, le temps devient élastique dans ces moments entre deux états : partir, revenir. Entre : un déplacement, un voyage, une errance – des êtres toujours en mouvement.

Hortense Soichet, photographe, et Benjamin Pradel, sociologue, se sont intéressés aux lieux que nous laissons derrière nous quand nous fermons leur porte pour aller vers d’autres, à ce que l’on qualifie de « chez-soi », de « lieu de vie », ou tout simplement de « maison », en s’interrogeant sur ce que notre absence produit sur eux, sur la manière dont nous gérons le vide créé par nos mobilités toujours renouvelées – travail, loisirs, voyages –, sur les stratégies mises en place pour y rester présents sans pourtant y demeurer physiquement. Continuer la lecture de « PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32