Archives par mot-clé : Méditerranée

De la présence du passé et de l’absence : exil et migrance dans les productions culturelles des mondes arabe et amazigh (Boca Raton, Floride) Appel à symposium

De la présence du passé et de l’absence :

Exil et migrance dans les productions culturelles des mondes arabe et amazigh

De l’Algérie au Liban et à la Syrie, les régimes coloniaux, ainsi que les transformations administratives et territoriales qui en ont découlé, ont engendré d’irréversibles déplacements géographiques et culturels dans les parties Sud et Est du bassin méditerranéen. Ces phénomènes, induits par des altérations brutales imposées à des communautés qui avaient, historiquement et socio-culturellement, développé des relations spécifiques à leur territoire, ont conduit à une redéfinition des liens à la terre natale, ainsi qu’à l’élaboration de nouveaux imaginaires et conceptualisations de l’appartenance. L’introduction de la langue du colonisateur utilisée dans l’administration, dans l’éducation ou pour l’ascension sociale a, elle aussi, contribué aux ruptures des liens familiaux, sociaux et culturels. A l’exil langagier et culturel se sont ajoutés, dans certains cas, des déplacements forcés de populations ou des départs vers les métropoles, qui ont entraîné d’autres formes d’acculturation et de reconfigurations identitaires. Dans la période post-coloniale, les crises politiques et économiques qui ont secoué cette région et les guerres qui l’ont ravagée ont exacerbé les phénomènes migratoires et provoqué de nouvelles vagues de départs. Volontaires ou forcés, ceux-ci, ont donné lieu à d’autres réalités de l’exil comme celles de l’émergence de cultures diasporiques, d’existences hybrides, ou de l’entre-deux. Le durcissement des mesures anti-migratoires depuis les années 1990 a eu pour résultat la production d’un nombre toujours plus grand de « clandestins ». Les politiques sécuritaires et l’instabilité sociopolitique et économique ont également conduit à la normalisation de camps de réfugiés avec la multiplication des deux côtés de la Méditerranée de ce que l’anthropologue Michel Agier désigne comme des « hors-lieux », à savoir des lieux confinés en dehors des appareils juridique et politique.   La condition exilique qu’Edward Saïd décrit comme une « fissure à jamais creusée entre l’être humain et sa terre natale » continue ainsi d’être explorée et problématisée dans les productions culturelles des mondes arabe et amazigh. Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, elle constitue une des thématiques centrales de la chanson populaire, de la poésie et de la littérature. Plus récemment, on la retrouve dans le cinéma et les arts visuels qui, eux aussi, conceptualisent et témoignent de la ghurba. Ce terme qui, en arabe, partage la même racine que les mots « étrange » et « étranger », désigne l’éloignement et la séparation, mais dénote également la solitude et le mal-être loin de la terre et de la communauté natales ainsi que la nostalgie pour celles-ci. Ce sont ces sentiments caractéristiques de la ghurba qui expliquent notre recourt au terme migrance et non à celui de migration dans la mesure où, comme l’explique Alexis Nouss, « La désinence –ion indique une opération ou une production dont la valeur tient dans le résultat ou dans le produit, tandis que –ance insiste sur le processus en ce qu’il est constant et inachevé/inachevable ». La ghurba serait donc une condition (de l’)inachevable où le moi s’appréhende comme étranger de par la fissure creusée entre lui et sa terre natale ; c’est aussi une expérience de l’étrangeté du moi qui, en terre étrangère, maintient en lui présent le passé d’avant le départ. 

Notre symposium propose donc d’explorer les poétiques de l’exil et de la migrance dans les productions culturelles du monde arabe et amazigh des bassins Sud et Est de la Méditerranée, en se concentrant sur la problématique du (rapport au) lieu. En ce premier quart du troisième millénaire où les privilégié.e.s traversent les distances spatio-temporelles à une vitesse toujours plus grande, on assiste à une augmentation tout aussi sidérante du nombre de migrants et de réfugié.e.s. Ce sont les expériences de ces derniers qui nous intéressent. Notre approche prend donc une distance critique vis-à-vis de la célébration de l’expérience exilique comme forme de libération et cherche à s’ancrer dans une approche géocritique qui revisite l’expérience migratoire ou exilique comme des vécus inachevés/inachevables de la séparation, de la perte, du déracinement et parfois, du ré- enracinement. 

Suggestions pour des axes de réflexion :

Poétiques de la ghurba
Articulations, pensées et théories autochtones de l’exil
Narrations de l’exil
Exil langagier
Exil culturel
Exil en temps de « crise migratoire »
Poétique de l’exil en temps de disparition de l’exil comme catégorie politique
Géographie/topographie de l’absence
Départ, entre-deux, retour et impossibilité du retour
Migration, émigration, immigration et exil : nuances et connexions.
Exil/migrance et genre, classe, ethnicité et orientation sexuelle
Camps, zone de transit, et « hors-lieux ».  
Les contributions, en français ou en anglais, porteront de préférence sur un corpus francophone mais peuvent établir des comparaisons avec des œuvres arabophones, anglophones, a amazighophones ou autres qui permettraient de mieux cerner la problématique explorée. 

Le symposium aura lieu la troisième semaine de février (20 et 21) 2025 à Florida Atlantic University, à Boca Raton en Floride. Les propositions de communication d’environ 300 mots, accompagnées d’une brève notice biographique, doivent être envoyées à Carla Calargé (ccalarge@fau.com) et Naïma Hachad (hachad@american.edu) avant la date limite du 15 septembre 2024. Il est prévu que le symposium mènera à la publication d’un collectif ; aussi les auteurs des propositions retenues doivent-ils s’engager à envoyer une version complète de leur article (environ de 6000 mots) avant le premier mai 2025. 

Pour toute information supplémentaire s’adresser à Carla Calargé et/ou à Naïma Hachad.

Table-ronde « Enjeux d’écritures : mettre en fiction sonore la recherche. Expérience sonore immersive du Cargo » et vernissage de l’installation Cargo — Mardi 16 mai 2023, 14h30, MSH Paris Nord et Station – Gare des Mines

Présentation de la figure de l’absence.

“Jamais dans le monde on a vécu autant de situations d’absence en raison des possibilités de mobilité, de la modification du rapport aux distances, de l’extension des périmètres de vie. S’il est souvent question des morts aux frontières, nous nous intéresserons à la catégorie plus englobante de celles et ceux dont n perd la trace sans pour autant perdre le lien émotionnel et affectif.”

Programme de la table ronde : ici

Intervenant·es :

  • Anne de Giafferri et Christian Delécluse, auteurs et réalisateurs de Cargo ;
  • Betty Rouland, géographe, coordinatrice scientifique du département HEALTH – ICM ;
  • Constance De Gourcy, sociologue, maîtresse de conférence à Aix-Marseille Université, fellow de l’ICM.

Modération : Bénédicte Barillé, responsable de production audiovisuelle, EHESS

La table ronde sera suivie par le vernissage de l’installation Cargo à la Station – Gare des Mines (29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris). 

Le lendemain, mercredi 17 mai, de 10h à 13h, le département HEALTH de l’ICM organise son séminaire « Les mobilités reproductives : regards croisés », qui sera suivi d’une visite guidée de l’installation Cargo à la Station – Gare des mines.

 

Le lien social à distance : (En)quête d’absence – HDR

Le 2 juillet 2020, je soutiendrai mon HDR devant un jury composé de:

Michel Agier, Directeur d’études à l’EHESS et à et à l’IRD

Dionigi Albera, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

William Berthomière, Directeur de recherche, CNRS

Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche émérite, CNRS, Rapporteur

Sylvie Mazzella, Directrice de recherche, CNRS, Rapporteure

Adelina Miranda, Professeure des Universités, Université de Poitiers, Garante

Résumé du manuscrit original :

Inscrite dans une approche critique des travaux se référant au transnationalisme, cette habilitation révise dans une perspective cumulative ses exigences théoriques et apports méthodologiques et fournit les bases d’une lecture renouvelée de la place donnée à l’absence dans les migrations internationales. Alors que la notion est désormais souvent limitée à être l’antonyme de la présence, ce travail s’efforce ainsi de mettre au jour les présupposés technicistes qui ont contribué à en faire un impensé et propose une étude serrée, à partir de jalons significatifs, de ses évolutions sémantiques depuis ses premières apparitions jusqu’à la période contemporaine caractérisée par l’étatisation de la notion et son usage à des fins régulatrices. Cette investigation sur le temps long et dans différents contextes (européens et non européens) invite ainsi à mettre en évidence la dimension genrée de l’absence qui place les individus selon leurs sexes dans des relations spécifiques et leur attribue un rôle dans l’espace social et physique des mobilités et des migrations.

Abordant la distance comme un paramètre essentiel des relations – qui agit comme l’avait souligné Georg Simmel sur les formes données aux socialités –, ce travail plaide pour une définition de l’absence comme l’institution sociale qui fait tenir la société à distance, à différentes échelles, de l’individu au groupe. Ce renouvellement du regard invite à délimiter deux angles d’analyse : un premier qui porte sur les mises à l’épreuve du lien social en raison de la prise de distance et de son inscription dans la durée ; un second qui consiste à poser une problématique de la reconnaissance dans la vulnérabilité des liens d’interdépendance. Plus largement, ce travail montre que la pluralité et la différenciation croissante des formes d’absence dans nos sociétés contemporaines s’accompagne paradoxalement de nouvelles sources d’inégalités sociales. 

Lieu :

Salle Guillemet, Hôtel Fumé, 8 Rue René Descartes, Bât E15, Poitiers.

Les morts en disent plus que les vivants : identifier les victimes des naufrages en Méditerranée


Depuis des années, l’actualité est ponctuée de naufrages tragiques, en Méditerranée. Cette mer est devenue un cimetière, mais un cimetière d’anonymes. En Italie, une femme cherche à connaître l’identité de chaque noyé. Cristina Cattaneo est médecin légiste à Milan. Elle a écrit un livre sur son travail, Naufragés sans visage. En France, il sortira en septembre 2019 chez Albin Michel. Franceline Beretti est allée à la rencontre de son équipe au service des morts.

Les morts en disent plus que les vivants. Grand reportage par Franceline Beretti – RFI

Sources
RFI grand reportage

mardi 19 mars 2019

Mobilités et migrations en Méditerranée : Vers une anthropologie de l’absence ?

L’association des termes mobilité et absence qui constituent le cœur de ce dossier suggère un parti pris : celui de penser l’immigration avec et à partir des sociétés de départ afin de ne pas considérer cet intervalle temporel uniquement du point de vue du lieu de la présence mais aussi avec celui de l’absence. C’est en effet cette temporalité effacée et ignorée par la science de l’immigration qu’il convient de réintroduire pour comprendre autrement les expériences plurielles de la mobilité et les interroger à l’aune des transformations induites par le transnationalisme.

Les contributions rassemblées dans ce numéro problématisent les perspectives ouvertes par ce paradigme et explorent des pistes de recherche inédites dont certaines sont mises à l’épreuve des contextes sociaux apparus depuis les révoltes dans le monde arabe. En posant comme hypothèse la nécessité de sonder la densité de l’expérience relationnelle que l’absence révèle ou dont elle est l’indicateur, les auteurs ont relevé le défi de montrer que l’absence n’est pas seulement le contraire de la présence, comme pourrait le laisser penser le remplacement de la « double absence » par la « double présence », mais une autre expérience du social au cœur de laquelle résident les effets de la distance et de la séparation. En réunissant onze contributions de spécialistes, ce dossier entend ainsi contribuer au renouvellement des recherches sur les questions migratoires en faisant de l’absence un poste d’observation inédit des transformations à l’œuvre dans le monde méditerranéen.

Table des matières

Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion

Le dernier numéro de la Revue Européenne des migrations Internationales vient de paraitre. Cette livraison enrichie d’un numéro Varia aborde un thème qui intéresse particulièrement les membres de l’équipe CRISALIDE car il pose de façon renouvelée et inédite la question de la présence numérique à travers celle de la “traçabilité migratoire”. Comme le souligne Dana Diminescu dans son éditorial “le support des TIC est un dispositif sociotechnique qui peut servir et/ou augmenter une forme de fonctionnement sociétal en réseau, spécifique aux diasporas et qui se manifeste sur la Toile par différentes formes de présence (Diminescu, 2005).  Continuer la lecture de Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion