Archives par mot-clé : Arts

Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

global dis:connect summer school 2023
Concept and organisation by Hanni Geiger and Tom Menger, Käte Hamburger Research Centre
global dis:connect, LMU, Munich.

The global dis:connect Research Centre invites MA, doctoral students and creative professionals in all stages of their careers to meet in Munich for a summer school on the absences produced by globalisation processes, focusing on the Mediterranean, particularly on the aspects of migration, tourism and (post)coloniality, in the past, present and future.
Like globalisation research generally, some of the most famous scholarship on the Mediterranean Sea has focused on the different connections that bind the ‘Middle Sea’ together (Braudel, 1949; Horden
& Purcell, 2000). Its connections, however, have also created and obfuscated many absences: of people, of cultural belonging, of institutions, of personal and collective memories, of regions, of (art)
objects, in archives, epistemologies, discourses, in stories and representations of and about the Mediterranean, and finally in our scholarship.
The summer school aims to combine subjects such as art history, history, social sciences, media and film studies, theatre studies, literary and cultural studies with artistic approaches. It will allow the participants to present their own projects and will feature several master classes by renowned scholars, as well as art and film presentations. All sessions will be held in English. global dis:connect promotes dialogue between scholarship and art as equal means to approach dis:connective phenomena of globalisation. Such phenomena leave few traces in archives and defy direct observation, but artistic practice can reveal them. Recent years have seen increased attention to the global Mediterranean and its absences, particularly in art, film, theatre, design and architecture.
Dissertation projects, grant proposals, exhibition projects and artistic interventions are all welcome. Participants can propose whatever format best suits their work, be it a traditional presentation, a film
screening, an artistic intervention, a moderated discussion or a slide show. The deadline for applications is 15 May 2023.
Continuer la lecture de Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Journée des doctorants AMERIBER – 22 mars 2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones

Juan Goytisolo dans Don Julian représente l’absence sous différentes formes. En effet, l’auteur écrit sans Je, sans ponctuation et sans identité pour aborder le péché dans une époque indéterminée. Dans cette œuvre, le lecteur accède aux pensées les plus intimes du narrateur (ou plutôt des narrateurs) et se perd dans les pérégrinations intellectuelles de ce Je sans identité. Goytisolo choisit de passer des pensées de Don Julian, à celles de sa fille Florinde, violée par Rodéric de Tolède.

L’absence est définie comme le manque, la suppression, la non-présence de quelque chose ou de quelqu’un. Ainsi, elle est une sorte d’abîme que l’on peut chercher à combler ou bien à entretenir parfois. Entre son culte et sa peur, les artistes s’emploient à la représenter, en un sens pour la rendre plus palpable et plus vivante, pour en témoigner. Pour que le manque existe, une attente de la non-présence s’impose créant ainsi un besoin et la nécessité -ou non- de le combler. Il faut donc (reprenant Sartre) une attente réelle qui constate l’absence. Elle devient alors pertinente lorsqu’elle fait partie des possibilités situationnelles.
Lorsque le constat de l’absence naît de la reconnaissance d’une autre présence que celle que l’on attendait, son portrait se fait par le remplacement de la présence attendue par une nouvelle. Elle devient alors une substitution ou un contournement (Bergson). Le manque d’une présence peut aboutir à la représentation d’excès et des figures de l’absence. Lorsqu’on parle d’oubli (manque de mémoire), du silence (manque de discours), de la mort (manque du vivant) ou de l’interdiction (manque de liberté), par exemple.

Au travers de la transversalité et pluridisciplinarité propres à l’équipe de recherche AMERIBER, cette journée de doctorants vise à travailler sur les possibilités de représentations de l’absence au travers des arts, de l’Histoire, de la linguistique et la littérature d’Espagne, du Portugal et de l’Amérique latine.

Cette journée s’articulera autour de trois axes

I) L’absence comme thématique dans la fiction:
D’aucuns choisiront d’évoquer le manque d’un être aimé ou d’une sensation plaisante par le passé, alors que d’autres choisiront la thématique des migrations, et tout ce qui en découle, l’exil ou la disparition de repères. C’est le cas dans le poème « Ausencia » de Jorge Luis Borges ou dans l’oeuvre de Neruda, ou encore en musique avec la chanteuse Silvia Pérez Cruz qui aborde l’absence de justice sociale dans l’Espagne contemporaine avec les paroles de « No hay tanto pan ».

II) L’absence comme procédé discursif, littéraire ou poétique :
Cette carence peut apparaître par l’utilisation de moyens stylistiques (figures de style et tropes) par ressemblance (métaphore) ou par correspondance (métonymie), entre autres. Elle peut également se manifester dans les recours linguistiques tels que les néologismes, le calligramme et le lipogramme : en prose nous trouvons Flor de Sainetes, la novela de los tres hermanos de Francisco et Ribera où la lettre ‘a’ n’est pas présente.

Il peut encore s’agir de l’absence d’un des éléments indispensables à l’acte communicatif. En effet, la disparition de la figure de l’auteur peut engendrer l’apparition d’une création collective. Dans Spain in a day, Isabel Coixet a réalisé le montage du film avec des vidéos réalisés par des amateurs espagnols afin de capter et montrer l’identité du pays.

III) L’absence d’un élément dans le processus de création :
Lorsque l’absence s’impose l’artiste ou l’auteur est contraint d’adapter ses méthodes et ses techniques pour mener à bien sa composition. Qu’il soit confronté à un manque économique, matériel ou humain, il doit se restreindre et s’imposer des conditions. L’inventivité devient alors un levier pour sauver l’oeuvre de la pénurie lui permettant ainsi de créer une réalité propre à l’oeuvre comme le fera Alejandro Jodorowsky dans son court-métrage La cravate. Cette privation peut être également volontaire voire politique. C’est le cas notamment de certaines oeuvres se réclamant collective ou libre de droit. Le but sera ici de transformer une création en arme et outil politique légitimé par ces absences dans la réalisation.

Calendrier et modalités de soumission
Les propositions de communication (comprenant un titre, un résumé entre 300 et 500 mots, une bibliographie, trois mots-clés et une note biographique de 10 lignes maximum) sont à adresser en français, espagnol, portugais et catalan, pour le 15 janvier 2018 au plus tard.

L’appel est ouvert aux doctorants d’AMERIBER ainsi qu’aux doctorants d’autres universités françaises et à l’étranger.

Les communications auront une durée de 20 minutes. Les possibilités qu’elles fassent éventuellement l’objet d’une publication sont à l’étude.

Les communications doivent être envoyées à l’adresse :
journee.doctorants.ameriber@gmail.com

Comité Organisateur
Joy COURET, Lidia SÁNCHEZ DE LAS CUEVAS et Lolita TODESCHINI

Bibliographie indicative

Ouvrages critiques:
– Bergson Henri, L’Evolution créatrice, Paris, Felix Alcan, 1907
– Deleuze Gilles et Félix Guatarri, L’anti-Oedipe, Paris, Édition de Minuit, 1972
– Fédida Pierre, L’absence, Paris, Folio Essais, 2005
– Goytisolo Juan, La reivindicación del Conde Don Julián, Madrid, Catedra, 2013
– Ittiruza Mariana, la presencia de la mujer en la fotografía de prensa argentina de 1920 a 1930, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2000
– Lacan Jacques, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, Paris, Seuil, 2004
– Lefèvre Henri, La présence et l’absence, contributions à la théorie des représentations, Paris, Casterman, 1980
– Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943
– Watroba Maria, Écritures de l’absence : Essais sur les frères Goncourt, Zola, Proust, Gide, Valéry, Leiris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007

Ouvrages littéraires:
– Borges Jorge Luis, Fervor de Buenos Aires, Buenos Aires, Imprenta Serrantes, 1923
– Cernuda Luis, Los placeres prohibidos, Madrid, Cátedra, 1999
– Muñoz Molina Antonio, En ausencia de Blanca, Madrid, Alfaguara, 2001
– Pessoa Fernando, Livro do desassossego, Lisbonne, Ática, 1982

Filmographie
– Guzman Patricio, Nostalgia de la luz, Chili, Renate Sachse, Atacama Productions, 2010, 94 min

Continuer la lecture de L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

AAC – Journée d’études “Les arts et les oubli(é)s de la mémoire”

Projet FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire)

Appel à communications
Date limite fixée au 20 décembre 2014

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet de recherche FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire), agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2013. Elle se tiendra le 5 juin 2015 à Angers.

Présentation :L’histoire officielle soutient la construction de la mémoire collective autour d’événements qui visent à favoriser l’identification à des valeurs communes (au sein de la nation ou d’autres groupes ou communautés). Dans ce contexte, nombreux sont les artistes qui ont utilisé les vecteurs de la création pour faire entendre d’autres voix, s’appropriant parfois les outils de l’historien pour contester une version normalisée du passé. L’historienne américaine Lynn Hunt définit l’histoire comme un récit qui oscille entre deux pôles : les histoires racontées et celles qui pourraient l’être. Elle évoque ces histoires « fantômes » qui hantent la mémoire et laissent des traces spectrales dans les arts. Si les histoires qui pourraient être racontées jettent un éclairage nouveau sur le passé et la façon dont il a été appréhendé, par le champ des possibles qu’elles représentent et l’alternative qu’elles proposent, elles invitent aussi à repenser le présent et l’avenir.