Archives par mot-clé : absence

Table-ronde « Enjeux d’écritures : mettre en fiction sonore la recherche. Expérience sonore immersive du Cargo » et vernissage de l’installation Cargo — Mardi 16 mai 2023, 14h30, MSH Paris Nord et Station – Gare des Mines

Présentation de la figure de l’absence.

“Jamais dans le monde on a vécu autant de situations d’absence en raison des possibilités de mobilité, de la modification du rapport aux distances, de l’extension des périmètres de vie. S’il est souvent question des morts aux frontières, nous nous intéresserons à la catégorie plus englobante de celles et ceux dont n perd la trace sans pour autant perdre le lien émotionnel et affectif.”

Programme de la table ronde : ici

Intervenant·es :

  • Anne de Giafferri et Christian Delécluse, auteurs et réalisateurs de Cargo ;
  • Betty Rouland, géographe, coordinatrice scientifique du département HEALTH – ICM ;
  • Constance De Gourcy, sociologue, maîtresse de conférence à Aix-Marseille Université, fellow de l’ICM.

Modération : Bénédicte Barillé, responsable de production audiovisuelle, EHESS

La table ronde sera suivie par le vernissage de l’installation Cargo à la Station – Gare des Mines (29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris). 

Le lendemain, mercredi 17 mai, de 10h à 13h, le département HEALTH de l’ICM organise son séminaire « Les mobilités reproductives : regards croisés », qui sera suivi d’une visite guidée de l’installation Cargo à la Station – Gare des mines.

 

Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

global dis:connect summer school 2023
Concept and organisation by Hanni Geiger and Tom Menger, Käte Hamburger Research Centre
global dis:connect, LMU, Munich.

The global dis:connect Research Centre invites MA, doctoral students and creative professionals in all stages of their careers to meet in Munich for a summer school on the absences produced by globalisation processes, focusing on the Mediterranean, particularly on the aspects of migration, tourism and (post)coloniality, in the past, present and future.
Like globalisation research generally, some of the most famous scholarship on the Mediterranean Sea has focused on the different connections that bind the ‘Middle Sea’ together (Braudel, 1949; Horden
& Purcell, 2000). Its connections, however, have also created and obfuscated many absences: of people, of cultural belonging, of institutions, of personal and collective memories, of regions, of (art)
objects, in archives, epistemologies, discourses, in stories and representations of and about the Mediterranean, and finally in our scholarship.
The summer school aims to combine subjects such as art history, history, social sciences, media and film studies, theatre studies, literary and cultural studies with artistic approaches. It will allow the participants to present their own projects and will feature several master classes by renowned scholars, as well as art and film presentations. All sessions will be held in English. global dis:connect promotes dialogue between scholarship and art as equal means to approach dis:connective phenomena of globalisation. Such phenomena leave few traces in archives and defy direct observation, but artistic practice can reveal them. Recent years have seen increased attention to the global Mediterranean and its absences, particularly in art, film, theatre, design and architecture.
Dissertation projects, grant proposals, exhibition projects and artistic interventions are all welcome. Participants can propose whatever format best suits their work, be it a traditional presentation, a film
screening, an artistic intervention, a moderated discussion or a slide show. The deadline for applications is 15 May 2023.
Continuer la lecture de Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

Angers

Appel à contributionDroit

L’absence. Perspectives juridiques

Argumentaire

En grec, le mot absence, ἄπειμι (apeimi), est constitué du verbe être, ειμι (eimi), auquel s’ajoute le préfixe ἄπo (apo-) « éloigné de ». Il suit la même construction que le mot présence, πάρειμι (pareimi), constitué du préfixe πάρα (para-) signifiant « à côté de ». Le rapport entre ces deux notions interroge car, paradoxalement, l’absence est liée à la présence. Comme le souligne l’Encyclopédie philosophique universelle, « il semble […] qu’il n’y ait d’absence que relative. […] Ce qui est absent est en fait présence en un autre lieu donné ». À l’inverse, l’absence, en tant qu’insatisfaction d’une existence attendue, est à distinguer du néant qui est une non-existence absolue. L’absence doit donc être conscientisée. Après tout, « [t]oute conscience d’absence ne suppose-t-elle pas quelque connaissance de ce qui est absent ? » (F. Alquié, La Nostalgie de l’Être). L’absence étant remarquée et remarquable, c’est ainsi que le droit va pouvoir s’en saisir en l’encadrant, qu’elle concerne une personne privée ou publique,une chose, un fait ou encore une information. Néanmoins, est-il vraiment opportun de l’encadrer ?

Dans une perspective libérale, la loi ne doit intervenir que par exception pour garantir à chacun sa liberté. L’individu aurait ainsi un droit à l’absence. Il a le droit de disparaitre, de s’abstenir ou de ne pas participer. Parfois, le droit accompagnera l’individu en lui garantissant la possibilité de jouir de sa liberté d’être absent. C’est en ce sens qu’a pu être reconnu un « droit à l’oubli » lui permettant d’obtenir qu’une information le concernant soit effacée.

Une telle présentation apparaît cependant assez théorique. Dans bien des cas, l’absence entraînera des conséquences importantes qui devront être prises en compte par l’ordre juridique. – D’une part, l’ordre juridique peut se contenter de prendre acte de l’absence et d’organiser ses conséquences. Les exemples sont nombreux. En droit civil, le régime de l’absence en est une excellente illustration car il a vocation à organiser le devenir du patrimoine de la personne qui « a cessé de paraître au lieu de son domicile ou de sa résidence sans que l’on en ait eu de nouvelles » (Art. 112 du Code civil). En droit administratif, il est prévu d’indemniser les personnes qui subissent un préjudice résultant de l’absence d’exécution d’une décision de justice par l’État pour des motifs d’intérêt général. En matière de procédure collective, il existe un régime spécial en cas d’absence d’administrateur judiciaire au cours d’une procédure de sauvegarde. En droit constitutionnel, il existe un régime transitoire prévoyant la substitution du chef de l’État en cas de vacance de ce dernier.- D’autre part, le droit peut chercher à limiter – voire empêcher – cette absence en raison du trouble qu’elle peut causer à la société. Il sera ainsi possible d’imposer des conditions à l’absentéisme des salariés privés ou des agents publics. La loi pourra également chercher à anticiper cette absence afin d’éviter qu’elle ait lieu. Tel est ainsi l’objet de l’obligation deprévenir le risque d’atteinte prévisible à la continuité du service public de transports terrestres de personnes. La loi peut aussi sanctionner cette absence pour en dissuader la survenance, comme en matière d’abandon d’enfants. À un stade bien plus avancé, l’ordre juridique pourra mettre en place un certain nombre de contraintes pour l’empêcher. Il peut s’agir de contraintes juridiques, telle la convention de l’ONU sur les disparitions forcées, ou de contraintes matérielles, telle l’obligation de comparution en matière de procédure pénale. Les atteintes à la liberté d’être absent pourront varier en fonction des sociétés et des époques. Ainsi, si dans de nombreux pays le droit de vote est libre, d’autres imposent la participation des individus aux élections (Australie, Bolivie, Brésil, Grèce, etc.). De même, l’on a pu observer des évolutions historiques sur le traitement de l’absence en matière de divorce. Si l’époque féodale était caractérisée par le principe de l’indissolubilité du mariage, l’autorisation du divorce à partir de la révolution a permis de faire de l’absence prolongée du conjoint une cause de divorce.

Sous un angle différent, le droit doit également composer avec sa propre absence. Elle peut être organisée sciemment, tel est le cas de l’absence d’effet direct d’une disposition de droit international ou de droit européen qui répond à une logique visant à laisser à l’État le soin de définir les moyens pour la mettre en œuvre. Cette absence de droit peut aussi résulter d’une carence du droit qui n’a pas pu tout prévoir. Il appartiendra alors aux praticiens et à la doctrine de pallier l’imprécision des règles, qui peut parfois être assimilée à une absence, voire de répondre au « vide juridique » qui correspondrait, selon le Vocabulaire juridique de Gérard Cornu, à une « lacune non intentionnelle du droit dont le comblement incombe in casu au juge, à terme au législateur lorsque l’analogie ne suffit pas à suppléer la loi, la doctrine ayant mission de montrer, en raison et imagination, que le vide est souvent plus apparent que réel ».

Loin d’avoir épuisé tous les sujets avec les exemples précités, l’éventail des possibilités offertes par la thématique de l’absence est large, l’actualité donnant d’ailleurs sans cesse de nouvelles manifestations de celle-ci. La réflexion qu’elle suscite pourra ainsi permettre aux contributeurs de proposer une vision approfondie, tant sur les exemples proposés que sur des sujets originaux.

Modalités de soumission

Pour soumettre vos projets de contribution, nous vous invitons à les envoyer à l’adresse colloque_doc_cjb_2023@contact.univ-angers.fr tout en précisant dans l’objet « Candidature – Colloque des doctorants 2023 »

au plus tard le 8 janvier 2023.

Nous accuserons réception de vos envois. L’appel à contribution est ouvert aux doctorants de toute année ainsi qu’aux docteurs. Les réponses vous seront communiquées avant le 28 janvier.

Votre écrit devra comporter le thème de votre intervention ainsi qu’un résumé de son contenu en 5000 signes maximum, style de police « Times New Roman » ou équivalent, texte justifié, interligne 1.5, taille de police 12. 

Merci également d’inclure dans l’en-tête de votre appel à contribution les informations suivantes :

  • Nom et prénom de l’auteur
  • Statut actuel
  • Sujet de thèse, directeur et date de début de thèse

Comité d’organisation

  • Sabrina Conte – Doctorante en droit privé et sciences criminelles – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • Léo Frémont – Doctorant en droit privé et sciences criminelles – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • François Péan – Doctorant en droit public – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)

Comité scientifique

  • Sabine Bernheim-Desvaux – Professeure de droit privé – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • Félicien Lemaire – Professeur de droit public – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)

Continuer la lecture de Angers

MARE NOSTRUM n° 93: Absence, mobilité et migration avec Constance de Gourcy.

Diffusions: Jeudis 7/04/2022 et 14/04/2022 à 12h30, samedi 9/04/2022 à 15h, samedi 16/04 à 19h, dimanche 17/04 à 7h et minuit. Podcasts sur radiozinzineaix.org
 
L’absence est entrée dans le champ de l’étude des mobilités et des migrations en apportant un éclairage renouvelé sur le transnationalisme en plein développement. Les déplacements des migrants maintiennent avec plus ou moins d’intensité, les liens entre le pays de résidence et le pays d’origine.
Étranger, absent, disparu, les situations de séparation sont vécues de façons bien différentes en fonction de critères nombreux : les types de déplacement, l’adaptation au pays d’accueil et les conditions juridiques et légales dans ce pays, les raisons du départ, les relations avec les proches, la situation politique du pays d’origine……
Constance De Gourcy est maîtresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille-Université, directrice adjointe du département de sociologie, chercheure au LAMES devenu MESOPOLHIS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
 
lien de téléchargement valide jusqu’au 12/04: https://we.tl/t-Sd70ZFSbR1
Promos sur la page Facebook “Mare Nostrum une émission de Radio Zinzine”, et mon compte twitter et celui de la radio “Radio Zinzine Aix.
Bonne écoute !

Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

Journée des Jeunes Chercheurs de  l’Institut de Géographie – Septembre 2021

Argumentaire

Les “blancs de la carte” au XVIIIème siècle, synonymes d’absence de connaissances sur des territoires entiers, jouaient un rôle moteur dans l’exploration et la production de savoirs géographiques.  Aujourd’hui, l’absence elle-même comme sujet en géographie  apparaît comme un “blanc”, car si l’étymologie latine du terme, absens, nominatif de abesso “être loin”, atteste de sa dimension intrinsèquement spatiale, ce concept a surtout été investi par l’histoire et la philosophie. La géographie, “science du concret” attachée à la matérialité et la représentation de l’espace, a longtemps eu du mal à s’emparer d’une réalité définie par sa difficulté à être saisie.

En réponse à ces inconnues, des courants de la géographie culturelle anglo-saxonne et francophone se sont réappropriés des objets peu étudiés parce qu’intangibles ou peu visibles.  Ainsi les numéros de Cultural Geography (2013, 2008), Space and Culture (2001) et Géographie et cultures (2018a, 2018b et 2020) attestent d’un regain d’intérêt pour les réflexions sur l’absence et ses objets. Cette géographie culturelle tend à démontrer que l’absence ne peut être assimilée au néant car elle possède une dimension matérielle, relationnelle et sociale, vectrice de nouvelles analyses utiles à la compréhension de la structure de l’espace. Aborder l’absence comme sujet et en définir les acteurs et les producteurs  (Meier, Frers et Sigvasdotter, 2013), est donc ce qui la distingue définitivement du vide, de ce qui n’a pas de réalité. L’absence est donc à penser de manière relationnelle, en lien avec des réalités sociales, politiques et spatiales. Continuer la lecture de Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

« PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Hélène Jagot

Partir de chez-soi. Gérer l’absence. Y revenir.
Une trilogie sans cesse convoquée, que l’on travaille au coin de la rue ou que l’on fasse le tour du monde.
Ce qu’on emporte. Ce qu’on laisse. Ce qu’on rapporte.
Tenter de ne rien oublier.
Faire des listes. Programmer des alertes informatiques. Se laisser un post-it.
Des tâches que l’on répète inlassablement, que l’on a tellement automatisées que l’on ne se rappelle parfois plus si on les a menées à leur terme. La mémoire est joueuse, le temps devient élastique dans ces moments entre deux états : partir, revenir. Entre : un déplacement, un voyage, une errance – des êtres toujours en mouvement.

Hortense Soichet, photographe, et Benjamin Pradel, sociologue, se sont intéressés aux lieux que nous laissons derrière nous quand nous fermons leur porte pour aller vers d’autres, à ce que l’on qualifie de « chez-soi », de « lieu de vie », ou tout simplement de « maison », en s’interrogeant sur ce que notre absence produit sur eux, sur la manière dont nous gérons le vide créé par nos mobilités toujours renouvelées – travail, loisirs, voyages –, sur les stratégies mises en place pour y rester présents sans pourtant y demeurer physiquement. Continuer la lecture de « PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

L’absence au Moyen Âge (Poitiers)

Continuer la lecture de L’absence au Moyen Âge (Poitiers)

Echoes of Absence | Lockdown Paris, par Erieta Attali

J’écris dans un présent qui nous échappe. J’écris dans un présent sur lequel je n’ai pas de prise. Déprise ? Ou reprise d’un temps autre ? Celui de la mémoire et de l’histoire.

Ecrire à revers, à rebours contre ce temps qui s’étend et s’étire de pays en pays. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Ces images de l’absence révèlent la fragilité du monde, de la présence et nous questionnent sur ce temps d’incertitude qui s’est installé.  

La photographe Erieta Attali cherche ainsi les échos de l’absence au cœur de Paris.  Sources : ici 

Paris Lockdown

Expériences migratoires et communications numériques en Méditerranée De la préservation des liens sociaux

Cet article présente fruit de la collaboration entre une politiste et un sociologue, est consacré l’analyse de la préservation des liens sociaux pendant l’expérience migratoire au prisme des communications numériques. De la nécessité du maintien des relations avec les origines à l’étude des figures d’intermédiarité, cette recherche étudie le rapport aux outils numériques chez les jeunes migrant·e·s parti·e·s seul·e·s, sans pour autant les sacraliser.

Les auteurs : Matthieu Demory et Nouran Gad

Article en ligne disponible ici

Festival international de géographie, 30e édition – Migrations

Table ronde « Migrations en images » organisée par William Berthomière, géographe, Constance De Gourcy, sociologue, David Lessault, géographe (ESO, CNRS), animée par Taina Ternoven, journaliste indépendante.

Les expériences migratoires ont toujours trouvé dans l’art diverses formes d’expression. L’intensité du rapport au monde que suscitent les migrations et la mise en contact qu’elles enclenchent entre diverses sphères culturelles font des arts graphiques, de la photographie ou de la bande dessinée, voire de la musique ou la littérature, autant de médium pour faire exister des récits qui ne sauraient parfois se dire
autrement. Investies par des artistes-migrants et par des artistes inspirés par les migrations, les approches artistiques se sont également diffusées dans les recherches scientifiques, les revues, voire les rapports d’ONG, à travers de nouvelles méthodes d’enquêtes ou par des collaborations et des approches hybrides art-science.

Samedi 5 octobre 2019
↔ 13h30-15h / ESPACE GEORGES SADOUL,
Salle Yvan Goll – Saint Dié

Le programme ici

Quelques liens :

Le Libé des géographes : https://www.liberation.fr/Libedesgeographes2015,100559

France 3 Grand Est : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/migrations-theme-central-30eme-edition-du-festival-international-geographie-saint-die-vosges-1730841.html

Nombreux articles et photographies de Vosges matin : https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2019/10/05/photos-festival-international-de-geographie-le-deuxieme-jour-en-images

France Culture : Le temps du débat https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/comment-ameliorer-laccompagnement-des-mineurs-migrants

Télévision Locale du Val d’Argent (TLVA) : https://www.youtube.com/watch%3Fv=42KlequEqcw

Arté journal (lundi 7 octobre 2019 / 19 h 45) : https://www.arte.tv/fr/videos/092808-000-A/festival-de-geographie-le-pouvoir-des-cartes/

Mobilités et migrations en Méditerranée : Vers une anthropologie de l’absence ?

L’association des termes mobilité et absence qui constituent le cœur de ce dossier suggère un parti pris : celui de penser l’immigration avec et à partir des sociétés de départ afin de ne pas considérer cet intervalle temporel uniquement du point de vue du lieu de la présence mais aussi avec celui de l’absence. C’est en effet cette temporalité effacée et ignorée par la science de l’immigration qu’il convient de réintroduire pour comprendre autrement les expériences plurielles de la mobilité et les interroger à l’aune des transformations induites par le transnationalisme.

Les contributions rassemblées dans ce numéro problématisent les perspectives ouvertes par ce paradigme et explorent des pistes de recherche inédites dont certaines sont mises à l’épreuve des contextes sociaux apparus depuis les révoltes dans le monde arabe. En posant comme hypothèse la nécessité de sonder la densité de l’expérience relationnelle que l’absence révèle ou dont elle est l’indicateur, les auteurs ont relevé le défi de montrer que l’absence n’est pas seulement le contraire de la présence, comme pourrait le laisser penser le remplacement de la « double absence » par la « double présence », mais une autre expérience du social au cœur de laquelle résident les effets de la distance et de la séparation. En réunissant onze contributions de spécialistes, ce dossier entend ainsi contribuer au renouvellement des recherches sur les questions migratoires en faisant de l’absence un poste d’observation inédit des transformations à l’œuvre dans le monde méditerranéen.

Table des matières

Méditerranée : genre, violence et dépassement

Guerres, conflits et migrations bouleversent l’organisation des sociétés, questionnent notre rapport à l’autre, qu’il soit proche ou lointain. Vies et parcours brisés imposent la recherche de nouvelles stratégies de survie, de nouvelles voies de dépassement. À partir du film Panoptic (2017) de la réalisatrice libanaise Rana Eid (née en 1976, enfant de la guerre), cette journée d’étude publique animée par des universitaires et des artistes méditerranéens s’organise autour de quatre séquences du film, ouvrant la réflexion sur les violences de genre créées ou renforcées dans ces contextes. Avec la participation de Rana Eid.

Projection de Panoptic au cinéma César, Marseille, le 10 octobre à 18h.

Co-organisé par : Mucem, GenderMed (MMSH, AMU/CNRS), Films Femmes Méditerranée.

PROGRAMME

9h30
Ouverture de la Journée
Yolande Padilla (Mucem, Coopération Internationale en recherche, formation et enseignement) et Randi Deguilhem (CNRS, Directrice de recherche, TELEMMe-MMSH/AMU, responsable GenderMed)

10h00
Silence et prise de parole : récit de la résistance à une guerre phallocentrique
Roa’a Gharaibeh (Centre Émile Durkheim, chercheure, Université de Bordeaux)

11h15
La guerre aux entrailles : réflexions sur l’oubli et l’amnistie
Jocelyne Dakhlia (EHESS, Directrice d’Études, Centre de Recherche Historique, Paris)

12h15
Surveiller les ténèbres
Rana Eid (réalisatrice du film, Panoptic, Sound Designers, DB Studios, Beyrouth)

13h15 Pause

14h45
La séparation ou l’ambivalence de l’absence/présence
Mohamed Kerrou (professeur de sciences politiques à l’université centrale, Tunis)

15h45
L’absence entre souvenirs communs et souvenirs partagés
Constance de Gourcy (AMU, maîtresse de conférences, LAMES-MMSH)

16h30
Table-Ronde
animée par Mathilde Rouxel (Université Paris 3-Sorbonne, IRCAV, Études cinématographiques, Arts et Medias) avec Jocelyne Dakhlia, Rana Eid, Roa’a Gharaibeh, Mohamed Kerrou

17h30
Clôture de la journée

Tarif Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org
LieuI2MP
Horaires Vendredi 12 octobre de 9h30 à 17h30

Migrations, circulations, mobilités Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

 

Vient de paraitre aux Presses Universitaires de Provence dans la collection “Sociétés Contemporaines” un ouvrage qui fait le point sur les catégories de mobilité, migration.

Titre :

Migrations, circulations, mobilités

Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

Les auteurs sont :
Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn & Mathis Stock, dir.
Date de parution: 2018 trimestre 3

Résumé : Au cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.
Table des matières

Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

Tijuana San Diego border deaths © Revue Diasporas

Tomas Castelazo, Memorial coffins on the US-Mexico barrier for those killed crossing the border fence in Tijuanan Mexico. CC B-SA 2.5

En choisissant de consacrer son dernier numéro thématique à la place de la mort dans les expériences migratoires aux époques moderne et contemporaine, la revue “Diasporas” a cherché à rendre à la mort la place qui lui revient dans l’histoire des migrations, et par là même à penser à nouveaux frais à la fois l’humanité même des parcours migratoires, et l’ensemble des constructions contingentes (à la fois juridiques, politiques et économiques) qui situent les phénomènes de mobilités dans leurs différents environnements. Ce séminaire propose à quatre chercheurs venus de différentes disciplines (historiens, sociologues et anthropologues) de prolonger cette réflexion en discutant ensemble, et avec le public, de la présence comme de l’image de la mort en migration – une thématique à laquelle le drame des migrants en Méditerranée confère bien sûr une brûlante actualité ainsi qu’un évident enjeu citoyen. Continuer la lecture de Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

“Migration, genre et absence”. Rencontre avec la réalisatrice Lidia Leber Terki et Constance De Gourcy

Comme chaque année, le collectif Crisalide s’associe avec le festival de cinéma  de Rousset pour traiter de l’absence. Cette année, c’est le film de la réalisatrice Lidia Leber Terki “Paris la Blanche” qui a été choisi, film dont nous avions déjà parlé dans ce carnet. Il s’agit donc du troisième volet d’une programmation ouverte au grand public qui a pour vocation de faire résonner Recherche et œuvres cinématographiques de fiction autour de ces questions.

Synopsis : Sans nouvelles de son mari parti travailler en France dans les années soixante-dix, Rekia, quitte le village de Kabylie où elle vit. Elle traverse l’Algérie, la France et les banlieues parisiennes pour ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver dans un foyer d’anciens travailleurs immigrés à la retraite a changé. Son héros, l’ancien combattant des maquis, celui qui était revenu au village pour la dernière fois il y a quatre ans, est devenu un étranger.

Pour en savoir plus : http://www.filmsdelta.com/crbst_104.html

Cette séance aura lieu le dimanche 25 mars à 14h (salle Emilien Ventre de Rousset).