Archives de catégorie : Ressources

Le festival nouv.o. monde : un certain regard sur un monde en mouvement

Du 3 au 12 mars 2017 se tiendra la prochaine édition du festival Nouv.o.monde à Rousset et dans le pays d’Aix.

Dans le cadre du partenariat établi depuis 2016 entre ce festival  et l’équipe Crisalide, une séance annuelle est programmée autour de l’absence dans les migrations internationales. En 2016, l’absence a été traitée à partir du film Umrika (Inde | 2015 | 1h45 Sundance 2015 – Prix du Public Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar).

L’édition 2017 promet de riches rencontres. L’après-midi du 11 mars sera consacrée à la projection de film et court-métrage traitant de ce monde en mouvement à partir du lien complexe entre famille et migrations. Le film Mercenaire de Sacha Wolff aborde ainsi avec tendresse et poésie la relation entre migration sportive et regard familial : Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.

Le court-métrage Sinto a tua falta (Je ressens ton absence) de Lucas Roxo traite du rapport entre mémoire et histoire. En février 1971, Léonor a laissé sa fille au Portugal pour venir s’installer en France. Quarante ans plus tard, elle retourne sur le chemin de l’exil et écrit les lettres qu’elle ne lui a jamais envoyées.

Ces séances seront suivies de tables-rondes avec les réalisateurs. voir le Lien page programmation en partenariat avec le collectif Crisalide (MMSH)

Chaque année, les rencontres et discussions autour de ce thème enrichissent ce  dialogue fécond entre les sciences sociales et les arts visuels afin d’explorer, documenter et élargir les significations de l’absence.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451

Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

« La demande d’amour » photo extraite de l’ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Si l’absence est souvent signifiée – e.g. une chaise ou une place vide, la vacuité renvoyant précisément à la présence manquante –, la photographie, cette émanation du référent, révèle les distances – temporelles, géographiques ou autres – qui séparent le spectateur de ce qui est donné à voir, c’est-à-dire pour reprendre la terminologie de Barthes, le spectator du spectrum. Dans La chambre claire. Note sur la photographie, ouvrage publié en 1980, cette technique est présentée comme un art de la coprésence entre le spectator et le « ça a été », ce qui confère au passé un statut moins teinté de nostalgie que de certitude. Elle « est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont partie des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici » (Barthes, 1980 : 126). Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Si les ressources existent pour figurer l’absence, rares sont les effets techniques non recherchés, non voulus, qui en rendent compte. Le procédé photographique, connu sous le nom de Daguerréotype, a permis par une technique de faible impression de fixer, pour la première fois, en 1838, la silhouette de deux personnes. Mais autour deux, le vide et l’absence dominent si bien que l’on peut parler d’un procédé d’effacement de la présence. 330px-boulevard_du_temple_by_daguerre

Cette grande artère parisienne – censé être animée à cette heure matinale (8h du matin) – baigne dans une atmosphère étrange, presque fantomatique. Deux personnages, et seulement deux, se font face (l’un cire les chaussures de l’autre) sur ce qui apparaît comme étant le Boulevard du Temple. Ces « premiers hommes » à être photographiés ne sont pas des passants ordinaires, selon l’expression d’Isaac Joseph (1985), mais des personnes engagées dans une interaction marchande, du type de celles qui existaient sous la monarchie de Juillet. D’autres passants étaient sans doute là, on devine leur présence sans les voir. L’absence ne semble donc pas venir de ce vide, mais du questionnement sur la présence manquante car la présence des uns et l’interaction dans laquelle ils sont engagés, révèle l’absence des autres.

Cette présence non révélée mais probable nous interroge sur ce que le regard sait « voir », sans voir. C’est parce que notre « regard est institué dans l’espace de la culture et de la société » (Havelange, 1997), que ce que l’on ne voit pas accède néanmoins au statut de la représentation. La familiarité que procure la vision de cette scène du quotidien dans une ville telle que Paris nous renseigne ainsi sur le mouvement de ceux qui passaient, emportés par le cours d’une activité routinière.

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ? Appel à contribution

Après trois années de recherche interdisciplinaire sur les situations d’absence en Méditerranée, l’équipe CRISALIDE a le plaisir de vous faire part d’un appel à contribution pour la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM). Il est intitulé « Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ?  »

Calendrier

5 novembre 2016 : Envoi des propositions aux directeurs scientifiques du numéro :

Kamel Chachoua (chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr) Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France

et Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr) , Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

5 janvier 2017 : Réponse aux auteurs

5 juin 2017 : Envoi des articles aux directeurs scientifiques du numéro

Automne 2018 : Publication du numéro

Appel à contribution

Femmes Face à l’absence, Bretagne et Québec (XVIIe -XVIIIe SIÈCLES) Sous la direction d’ Emmanuelle Charpentier et Benoît Grenier

La revue «Cheminements» du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ ) a publié un numéro sur l’absence masculine et ses effets sur l’agentivité des femmes. Les contributions réunies dans ce recueil examinent  l’articulation entre les femmes et l’absence, en s’appuyant sur des trajectoires individuelles que tous les contributeurs se sont attachés à replacer dans des perspectives plus générales.

Imposée par le travail, la guerre, ou bien choisie par la migration, l’absence des hommes offre la possibilité de contourner, partiellement, les «silences de l’histoire » à l’égard des femmes, si bien soulignés par Michelle Perrot. Elle laisse même entrevoir des femmes dans une intéressante situation d’entre-deux qui les

démarque des «filles majeures», des femmes séparées et de celles qui sont frappées par l’absence définitive de leur époux, les veuves.

APPEL À TEXTES COMMENT LES FAMILLES CONSTRUISENT LEURS TEMPS ? COMMENT LE TEMPS CONSTRUIT LES FAMILLES ?

Cet appel à texte portant sur les temporalités familiales ouvre une réflexion inédite sur le couple présence/absence.  La problématique particulière des familles séparées ou recomposées  est présentée comme une entrée pour aborder les constructions nouvelles des temps familiaux, que ce soit sur les négociations calendaires des temps de résidences des enfants, les perceptions du temps partagé avec de nouveaux entrants – ou la question de l’absence ou du manque – ou encore sur sur les situations des familles transnationales (Merla et François, 2014).

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 1er juin 2016.

EFG29_Appel_Construction des temps

Nouv.o.monde le festival de cinéma de Rousset et le CRISALIDE

Du 07 au 13 mars 2016, se tiendra l’édition 2016 du festival de cinéma de Rousset et du Pays d’Aix. Depuis 2012, ce festival interroge les changements majeurs de nos sociétés en privilégiant le prisme méditerranéen. Ce faisant, il contribue à l’étude d’un monde en mouvement qui éclaire les liens multiples entre cinéma, cultures, arts et sociétés. Chaque édition comme celle de 2016 propose à travers ses rencontres de croiser des regards de cinéastes, d’artistes de différentes disciples et de spécialistes afin de prendre le temps de réfléchir ensemble « ces moments de cinéma ».

Cette année, le CRISALIDE ( Collectif de recherche interdisciplinaire sur l’absence et les liens diasporiques dans l’espace euro-méditerranéen) est invité pour animer la discussion qui aura lieu le 13 mars à l’issue de la projection du film Umrika, Comédie Dramatique de Prashant Nair – Inde – 1h45.

Rencontre avec Ilana Salama Ortar docteure en philosophie. Artiste visuelle interdisciplinaire, elle vit à Tel Aviv et Frankfort. Son travail,sous forme d’installations participatives, traite de l’immigration, du déracinement, de l’exil et de l’architecture d’urgence.
Alice Ruffini est artiste plasticienne, scénographe et musicienne. Son travail s’articule autour de problématiques liées à l’espace, à l’habiter, aux déplacements, aux voyages.
Constance De Gourcy est maîtresse de conférences en sociologie, membre du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES, MMSH, AMU). Ses travaux portent principalement sur les migrations, l’absence et ses effets sur les liens de famille.

http://festivalnouvomonde.com/

Disparition et absence : Pour une anthropologie des limites

Pour cette rentrée universitaire, nous avons choisi l’ouvrage de David Le Breton disparaitre-de-soi .

Extrait : « au fil de ce livre, j’appellerai “blancheur” cet état d’absence à soi plus ou moins prononcé, le fait de prendre congé de soi sous une forme ou sous une autre à cause de la difficulté ou de la pénibilité d’être soi. Dans tous les cas, la volonté est de relâcher la pression.
Il s’agit ici de plonger dans la subjectivité contemporaine et d’en analyser l’une des tentations les plus vives, celle de se défaire enfin de soi, serait-ce pour un moment. Sous une forme douloureuse ou propice, cette étude arpente une anthropologie des limites dans la pluralité des mondes contemporains, elle s’attache à une exploration de l’intime quand l’individu lâche prise sans pour autant vouloir mourir, ou quand il s’invente des moyens provisoires de se déprendre de soi. Les conditions sociales sont toujours mêlées à des conditions affectives. »

Déplacements et traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence

Alice Ruffini, membre du Crisalide, propose ses prises de notes du séminaire du 30 janvier 2015. Celles-ci sont une invite au voyage, à la déambulation sur les traces sensibles laissées par celles et ceux qui sont en mouvement. Elle dessine une véritable cartographie de l’absence à partir des mémoires multiples qui la (re)composent dans le temps et l’espace. A lire, voire et contempler :

Carto-graphie de l’absence

Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion

Le dernier numéro de la Revue Européenne des migrations Internationales vient de paraitre. Cette livraison enrichie d’un numéro Varia aborde un thème qui intéresse particulièrement les membres de l’équipe CRISALIDE car il pose de façon renouvelée et inédite la question de la présence numérique à travers celle de la « traçabilité migratoire ». Comme le souligne Dana Diminescu dans son éditorial « le support des TIC est un dispositif sociotechnique qui peut servir et/ou augmenter une forme de fonctionnement sociétal en réseau, spécifique aux diasporas et qui se manifeste sur la Toile par différentes formes de présence (Diminescu, 2005).  Continuer la lecture de Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion

Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Connaissez-vous le « tourisme pathologique » ? Ce que l’on a ainsi qualifié est une maladie qui s’est répandue en France à la fin du XIXe siècle puis en Italie et en Allemagne avant de disparaitre progressivement. Albert Dadas (1860-1907) est le premier cas officiel de « touriste pathologique » connu pour entrer dans des états de transe semi-somnambulique qui lui faisaient tout quitter pour voyager avec frénésie, généralement à pied. L’histoire de ce fugueur maladif, sans cesse jeté sur les routes par son impérieuse et insatiable quête d’ailleurs constitue le point de départ du roman de Minh Tran Huy qui est aussi une quête sur les « voyageurs malgré eux », ces exilés qui peuplent l’histoire familiale de la narratrice. Continuer la lecture de Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq

« Je n’aurais rien à regretter », ainsi, se termine le roman de Michel Houellebecq Soumission. Si celui-ci n’est pas un roman de la nostalgie, il est en revanche un roman qui traite de l’absence et c’est à ce titre que nous proposons ces quelques lignes. L’absence – même sans nostalgie – n’est pourtant pas le sujet principal, loin s’en faut, mais un des fils qui parcourt l’ouvrage mettant ainsi en lumière la façon dont se pensent certaines formes d’attaches. Ces attaches ne sont pas posées sur un plan familial : c’est par l’avènement de leur mort que les parents du narrateur deviennent ainsi paradoxalement présents. L’absence est donc moins à mettre en relation avec la disparition causée par le décès d’un être « proche » qu’avec la séparation induite par l’éloignement géographique, en l’occurrence le départ vers un pays de référence, Israël. Continuer la lecture de Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq

Quelques notes d’exil : les effets de l’absence

Ces quelques notes ont été envoyées par Eckehard Pistrick, membre de Crisalide. Son travail de recherche porte sur les traces sonores qui ponctuent la migration. Bagage immatériel, invisible du migrant, la musique permet de sonoriser l’expérience de l’exil et de mieux comprendre ainsi la force des liens qui perdurent dans l’éloignement.

–  Extrait de Chant d’exil (Polyphonie albanaise et ukrainienne), projet du groupe polyphonique « Jonianet » et de la chanteuse Marjana Sadowska réalisé par Eckehard Pistrick pour Bayerischer Rundfunk Nuremberg, Mars 2009© tous droits réservés.