Archives de catégorie : Ressources

Quel côté de l’Absence ?

Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où enterrer les morts ? Présente aux uns, absente aux autres, la sépulture devient un lieu d’ancrage dans le désordre de la migration. Pourtant, même si les choix funéraires cherchent à maintenir des continuités, ils semblent davantage produire des ruptures et de l’impermanence.
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse, plus qu’il ne montre, la complexité de la mort dans un parcours migratoire. Dans la réciprocité de leur dialogue, entre sciences sociales et photographie, Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux cherchent à traduire des paroles rares sur un sujet délicat et laissent entrevoir avec pudeur la vulnérabilité de ceux qui les prononcent. Avec les mots du doute et du paradoxe, l’intime côtoie le politique, et questionne les appartenances et les frontières dans leur sens le plus large.
Un film de Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux

Migrations, circulations, mobilités Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

 

Vient de paraitre aux Presses Universitaires de Provence dans la collection « Sociétés Contemporaines » un ouvrage qui fait le point sur les catégories de mobilité, migration.

Titre :

Migrations, circulations, mobilités

Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

Les auteurs sont :
Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn & Mathis Stock, dir.
Date de parution: 2018 trimestre 3

Résumé : Au cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.
Table des matières

Écrire à l’absent.e France Culture La compagnie des auteurs

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu)

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu) Crédits : Cecil Beaton / Condé Nast et REPORTERS ASSOCIES / Gamma Rapho – Getty – Sources France Culture

Comment écrire à l’absent.e ? Que peut-on écrire ? peut-on tout écrire ? Passionnées, érotiques ou tendres, extravagantes ou terre à terre… La Compagnie des auteurs explore cette semaine du 25 juin au 28 juin 2018 des correspondances amoureuses aux multiples facettes.

à écouter, podcaster

“Migration, genre et absence”. Rencontre avec la réalisatrice Lidia Leber Terki et Constance De Gourcy

Comme chaque année, le collectif Crisalide s’associe avec le festival de cinéma  de Rousset pour traiter de l’absence. Cette année, c’est le film de la réalisatrice Lidia Leber Terki « Paris la Blanche » qui a été choisi, film dont nous avions déjà parlé dans ce carnet. Il s’agit donc du troisième volet d’une programmation ouverte au grand public qui a pour vocation de faire résonner Recherche et œuvres cinématographiques de fiction autour de ces questions.

Synopsis : Sans nouvelles de son mari parti travailler en France dans les années soixante-dix, Rekia, quitte le village de Kabylie où elle vit. Elle traverse l’Algérie, la France et les banlieues parisiennes pour ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver dans un foyer d’anciens travailleurs immigrés à la retraite a changé. Son héros, l’ancien combattant des maquis, celui qui était revenu au village pour la dernière fois il y a quatre ans, est devenu un étranger.

Pour en savoir plus : http://www.filmsdelta.com/crbst_104.html

Cette séance aura lieu le dimanche 25 mars à 14h (salle Emilien Ventre de Rousset).

 

« Les cloches silencieuses » de l’artiste Sylvie Tisserand

Sylvie Tisserand est de retour au Centre d’exposition de Mont-Laurier avec son dernier projet, « Les cloches silencieuses ».

 

Sous le titre « Les cloches silencieuses », Mme Tisserand suscite évidemment la curiosité avec son dernier projet, qui témoigne d’une démarche questionnant le cycle de la vie.

L’artiste avait partagé « Frontière humaine » en 2001 et « À cent nœuds lumière » en 1994.

Retrouver la présence de l’absence

Les cloches silencieuses sont des sculptures de fil de fer qui représentent des cloches, mais qui ne sonnent pas. Cette exposition était une occasion pour l’artiste de faire une réflexion sur le sens et l’essence même de la vie : « Pour moi, les cloches silencieuses sont porteuses de sens, d’un bagage universel qui va au-delà de leur conception même. Une cloche en fil de fer ne sonne pas, elle sonne les «non-dits»». Cette manière de représenter l’objet par l’absence et par le vide permet de mettre au jour ce qui est caché, mais qui est tout aussi vrai et pertinent. Sylvie Tisserand initie alors un jeu entre présence/absence, dit/non-dit, matière/vide, bruit/silence et amorce un questionnement sur le cycle de la vie.

Ainsi, ce sont plusieurs séries de cloches silencieuses qui accueilleront les visiteurs à la salle d’exposition de Mont-Laurier, sans oublier la présence d’une projection vidéo et d’une présentation de l’artiste.

La rencontre avec Sylvie Tisserand, qui aura lieu le jeudi 26 octobre à 17h, sera l’occasion de discuter avec l’artiste et d’en découvrir davantage sur « Les cloches silencieuses ».

Lors de cette soirée, une performance en lien avec l’exposition sera présentée par l’artiste multidisciplinaire Loraine Galarneau.

sources

Absence (Looking for Hammershøi) by Frank Ammerlaan

Frank Ammerlaan,  Absence (Looking for Hammershøi)

David Risley Gallery, Copenhagen

Group show:
Frank Ammerlaan, Spencer Anthony, Anna Bjerger, Patrick Caulfield, Dexter Dalwood, Graham Dolphin, Wilhelm Freddie, David Hockney, Alex Katz, Alice Neel, Michael Simpson and Francesca Woodman.

January 15 – February 28, 2015

Artist website

Installation view, Absence.

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32

Le bien des absents – Elias Sanbar

Palestinien né à Haïfa mais vivant depuis toujours en exil, Elias Sanbar évoque la maison familiale, l’exode des siens, l’enfance dans le Liban des années cinquante, les rencontres, les proches et les camarades de combat, les vaines négociations israélo-palestiniennes, un bref retour à Haïfa. Son témoignage apporte une perspective sensible aux événements contemporains

Souvenirs émaillés de mille anecdotes rendant hommage à ceux qui sont tombés pour la cause palestinienne, souvenirs de ses rencontres avec les poètes (quelques pages superbes sur Jean Genet), avec l’Amérique et les Indiens qu’il affectionne, par analogie de sort…
Continuer la lecture de Le bien des absents – Elias Sanbar

Bruno Fert | Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Un projet photographique sur la mémoire d’un conflit

Le Projet

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de sept cent mille Palestiniens vers les pays voisins. À la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

Où ?  Librairie Maupetit à Marseille

du 22 juin au 2 septembre

Un travail de mémoire

Durant plus de trois années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des cinq cents villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont un voyage aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

Continuer la lecture de Bruno Fert | Les Absents

Paris la Blanche, film sur l’absence

Une histoire familiale traversée par l’absence – Film de la réalisatrice Lidia Terki

Dès les premières scènes, une tension se manifeste entre des enfants adultes et un père absent qu’ils ne connaissent pas ou si peu. Il est à Paris, retraité, ils sont en Algérie et ne cherchent pas à le revoir. Est-il encore absent ? Plus probablement étranger au sens où ils n’ont rien en commun, ni souvenir, ni récits de leurs vies, ici et là-bas. Le lien de famille ne suffit pas à faire proximité quand les possibilités de contact sont à ce point réduites. Seule la mère se souvient de son mari, le père de ses enfants. Seule, elle partira en France à sa recherche. Son objectif est de le faire revenir au pays, il n’a plus de raison de rester en France, loin de tout. Mais le retour supposerait savoir vers où revenir pour retrouver sa place. Il est père et grand-père mais 48 ans passés à travailler en France ont fait de lui un étranger, captif d’une vie passée loin de ses proches. Après l’absence, c’est désormais l’exil qui guette celui qui ne peut plus rentrer et a rompu par son silence les amarres avec les siens. Au-delà de ce destin singulier, ce travail de l’absence sur les liens sociaux familiaux permet d’aborder la condition sociale de ces Chibanis, ces invisibles de l’histoire. Continuer la lecture de Paris la Blanche, film sur l’absence

Le festival nouv.o. monde : un certain regard sur un monde en mouvement

Du 3 au 12 mars 2017 se tiendra la prochaine édition du festival Nouv.o.monde à Rousset et dans le pays d’Aix.

Dans le cadre du partenariat établi depuis 2016 entre ce festival  et l’équipe Crisalide, une séance annuelle est programmée autour de l’absence dans les migrations internationales. En 2016, l’absence a été traitée à partir du film Umrika (Inde | 2015 | 1h45 Sundance 2015 – Prix du Public Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar).

L’édition 2017 promet de riches rencontres. L’après-midi du 11 mars sera consacrée à la projection de film et court-métrage traitant de ce monde en mouvement à partir du lien complexe entre famille et migrations. Le film Mercenaire de Sacha Wolff aborde ainsi avec tendresse et poésie la relation entre migration sportive et regard familial : Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.

Le court-métrage Sinto a tua falta (Je ressens ton absence) de Lucas Roxo traite du rapport entre mémoire et histoire. En février 1971, Léonor a laissé sa fille au Portugal pour venir s’installer en France. Quarante ans plus tard, elle retourne sur le chemin de l’exil et écrit les lettres qu’elle ne lui a jamais envoyées.

Ces séances seront suivies de tables-rondes avec les réalisateurs. voir le Lien page programmation en partenariat avec le collectif Crisalide (MMSH)

Chaque année, les rencontres et discussions autour de ce thème enrichissent ce  dialogue fécond entre les sciences sociales et les arts visuels afin d’explorer, documenter et élargir les significations de l’absence.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451

Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

« La demande d’amour » photo extraite de l’ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Si l’absence est souvent signifiée – e.g. une chaise ou une place vide, la vacuité renvoyant précisément à la présence manquante –, la photographie, cette émanation du référent, révèle les distances – temporelles, géographiques ou autres – qui séparent le spectateur de ce qui est donné à voir, c’est-à-dire pour reprendre la terminologie de Barthes, le spectator du spectrum. Dans La chambre claire. Note sur la photographie, ouvrage publié en 1980, cette technique est présentée comme un art de la coprésence entre le spectator et le « ça a été », ce qui confère au passé un statut moins teinté de nostalgie que de certitude. Elle « est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont partie des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici » (Barthes, 1980 : 126). Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Si les ressources existent pour figurer l’absence, rares sont les effets techniques non recherchés, non voulus, qui en rendent compte. Le procédé photographique, connu sous le nom de Daguerréotype, a permis par une technique de faible impression de fixer, pour la première fois, en 1838, la silhouette de deux personnes. Mais autour deux, le vide et l’absence dominent si bien que l’on peut parler d’un procédé d’effacement de la présence. 330px-boulevard_du_temple_by_daguerre

Cette grande artère parisienne – censé être animée à cette heure matinale (8h du matin) – baigne dans une atmosphère étrange, presque fantomatique. Deux personnages, et seulement deux, se font face (l’un cire les chaussures de l’autre) sur ce qui apparaît comme étant le Boulevard du Temple. Ces « premiers hommes » à être photographiés ne sont pas des passants ordinaires, selon l’expression d’Isaac Joseph (1985), mais des personnes engagées dans une interaction marchande, du type de celles qui existaient sous la monarchie de Juillet. D’autres passants étaient sans doute là, on devine leur présence sans les voir. L’absence ne semble donc pas venir de ce vide, mais du questionnement sur la présence manquante car la présence des uns et l’interaction dans laquelle ils sont engagés, révèle l’absence des autres.

Cette présence non révélée mais probable nous interroge sur ce que le regard sait « voir », sans voir. C’est parce que notre « regard est institué dans l’espace de la culture et de la société » (Havelange, 1997), que ce que l’on ne voit pas accède néanmoins au statut de la représentation. La familiarité que procure la vision de cette scène du quotidien dans une ville telle que Paris nous renseigne ainsi sur le mouvement de ceux qui passaient, emportés par le cours d’une activité routinière.

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ? Appel à contribution

Après trois années de recherche interdisciplinaire sur les situations d’absence en Méditerranée, l’équipe CRISALIDE a le plaisir de vous faire part d’un appel à contribution pour la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM). Il est intitulé « Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ?  »

Calendrier

5 novembre 2016 : Envoi des propositions aux directeurs scientifiques du numéro :

Kamel Chachoua (chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr) Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France

et Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr) , Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

5 janvier 2017 : Réponse aux auteurs

5 juin 2017 : Envoi des articles aux directeurs scientifiques du numéro

Automne 2018 : Publication du numéro

Appel à contribution

Femmes Face à l’absence, Bretagne et Québec (XVIIe -XVIIIe SIÈCLES) Sous la direction d’ Emmanuelle Charpentier et Benoît Grenier

La revue «Cheminements» du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ ) a publié un numéro sur l’absence masculine et ses effets sur l’agentivité des femmes. Les contributions réunies dans ce recueil examinent  l’articulation entre les femmes et l’absence, en s’appuyant sur des trajectoires individuelles que tous les contributeurs se sont attachés à replacer dans des perspectives plus générales.

Imposée par le travail, la guerre, ou bien choisie par la migration, l’absence des hommes offre la possibilité de contourner, partiellement, les «silences de l’histoire » à l’égard des femmes, si bien soulignés par Michelle Perrot. Elle laisse même entrevoir des femmes dans une intéressante situation d’entre-deux qui les

démarque des «filles majeures», des femmes séparées et de celles qui sont frappées par l’absence définitive de leur époux, les veuves.