Archives de catégorie : Billets – Happenings

L’impensé de l’absence. (En)quête sur le lien social à distance

Issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, cet ouvrage court mais dense propose de combler un manque dans la littérature sociologique francophone. En effet, depuis les travaux fondateurs du sociologue Abdelmalek Sayad, le terme d’absence a déserté la recherche à l’exception des ouvrages s’inscrivant dans le champ de la maternité transnationale. Ce constat est d’autant plus paradoxal qu’il existe dans l’espace académique anglophone une anthropologie et une géographie de l’absence actuellement en plein essor.

L’ouvrage prend appui sur la formation de ce silence car il fait surgir un impensé autour de la difficulté à traiter d’un objet dont l’évidence ne s’impose plus en sociologie. Pour mener à bien cette (en)quête de sens, ce livre s’appuie sur une lecture approfondie des principaux travaux fondateurs de la discipline, classiques et contemporains, afin d’y trouver des pistes possibles permettant de retracer une histoire de l’émergence de l’absence comme objet de connaissance tout en explorant ses multiples ramifications dans le temps et l’espace. Cet objectif se double d’un enjeu plus global qui consiste à montrer que la notion n’a pas seulement une portée descriptive dans notre monde en mouvement. Ce qui est institué dans l’absence permet de voir quelles sont les multiples résistances opposées aux logiques de transformations structurelles du monde et aux inégalités d’accès à la mobilité.

Table-ronde « Enjeux d’écritures : mettre en fiction sonore la recherche. Expérience sonore immersive du Cargo » et vernissage de l’installation Cargo — Mardi 16 mai 2023, 14h30, MSH Paris Nord et Station – Gare des Mines

Présentation de la figure de l’absence.

“Jamais dans le monde on a vécu autant de situations d’absence en raison des possibilités de mobilité, de la modification du rapport aux distances, de l’extension des périmètres de vie. S’il est souvent question des morts aux frontières, nous nous intéresserons à la catégorie plus englobante de celles et ceux dont n perd la trace sans pour autant perdre le lien émotionnel et affectif.”

Programme de la table ronde : ici

Intervenant·es :

  • Anne de Giafferri et Christian Delécluse, auteurs et réalisateurs de Cargo ;
  • Betty Rouland, géographe, coordinatrice scientifique du département HEALTH – ICM ;
  • Constance De Gourcy, sociologue, maîtresse de conférence à Aix-Marseille Université, fellow de l’ICM.

Modération : Bénédicte Barillé, responsable de production audiovisuelle, EHESS

La table ronde sera suivie par le vernissage de l’installation Cargo à la Station – Gare des Mines (29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, Paris). 

Le lendemain, mercredi 17 mai, de 10h à 13h, le département HEALTH de l’ICM organise son séminaire « Les mobilités reproductives : regards croisés », qui sera suivi d’une visite guidée de l’installation Cargo à la Station – Gare des mines.

 

Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

global dis:connect summer school 2023
Concept and organisation by Hanni Geiger and Tom Menger, Käte Hamburger Research Centre
global dis:connect, LMU, Munich.

The global dis:connect Research Centre invites MA, doctoral students and creative professionals in all stages of their careers to meet in Munich for a summer school on the absences produced by globalisation processes, focusing on the Mediterranean, particularly on the aspects of migration, tourism and (post)coloniality, in the past, present and future.
Like globalisation research generally, some of the most famous scholarship on the Mediterranean Sea has focused on the different connections that bind the ‘Middle Sea’ together (Braudel, 1949; Horden
& Purcell, 2000). Its connections, however, have also created and obfuscated many absences: of people, of cultural belonging, of institutions, of personal and collective memories, of regions, of (art)
objects, in archives, epistemologies, discourses, in stories and representations of and about the Mediterranean, and finally in our scholarship.
The summer school aims to combine subjects such as art history, history, social sciences, media and film studies, theatre studies, literary and cultural studies with artistic approaches. It will allow the participants to present their own projects and will feature several master classes by renowned scholars, as well as art and film presentations. All sessions will be held in English. global dis:connect promotes dialogue between scholarship and art as equal means to approach dis:connective phenomena of globalisation. Such phenomena leave few traces in archives and defy direct observation, but artistic practice can reveal them. Recent years have seen increased attention to the global Mediterranean and its absences, particularly in art, film, theatre, design and architecture.
Dissertation projects, grant proposals, exhibition projects and artistic interventions are all welcome. Participants can propose whatever format best suits their work, be it a traditional presentation, a film
screening, an artistic intervention, a moderated discussion or a slide show. The deadline for applications is 15 May 2023.
Continuer la lecture de Sea of absence? Globalisation, the Mediterranean and beyondMunich, 24-27 July 2023

Angers

Appel à contributionDroit

L’absence. Perspectives juridiques

Argumentaire

En grec, le mot absence, ἄπειμι (apeimi), est constitué du verbe être, ειμι (eimi), auquel s’ajoute le préfixe ἄπo (apo-) « éloigné de ». Il suit la même construction que le mot présence, πάρειμι (pareimi), constitué du préfixe πάρα (para-) signifiant « à côté de ». Le rapport entre ces deux notions interroge car, paradoxalement, l’absence est liée à la présence. Comme le souligne l’Encyclopédie philosophique universelle, « il semble […] qu’il n’y ait d’absence que relative. […] Ce qui est absent est en fait présence en un autre lieu donné ». À l’inverse, l’absence, en tant qu’insatisfaction d’une existence attendue, est à distinguer du néant qui est une non-existence absolue. L’absence doit donc être conscientisée. Après tout, « [t]oute conscience d’absence ne suppose-t-elle pas quelque connaissance de ce qui est absent ? » (F. Alquié, La Nostalgie de l’Être). L’absence étant remarquée et remarquable, c’est ainsi que le droit va pouvoir s’en saisir en l’encadrant, qu’elle concerne une personne privée ou publique,une chose, un fait ou encore une information. Néanmoins, est-il vraiment opportun de l’encadrer ?

Dans une perspective libérale, la loi ne doit intervenir que par exception pour garantir à chacun sa liberté. L’individu aurait ainsi un droit à l’absence. Il a le droit de disparaitre, de s’abstenir ou de ne pas participer. Parfois, le droit accompagnera l’individu en lui garantissant la possibilité de jouir de sa liberté d’être absent. C’est en ce sens qu’a pu être reconnu un « droit à l’oubli » lui permettant d’obtenir qu’une information le concernant soit effacée.

Une telle présentation apparaît cependant assez théorique. Dans bien des cas, l’absence entraînera des conséquences importantes qui devront être prises en compte par l’ordre juridique. – D’une part, l’ordre juridique peut se contenter de prendre acte de l’absence et d’organiser ses conséquences. Les exemples sont nombreux. En droit civil, le régime de l’absence en est une excellente illustration car il a vocation à organiser le devenir du patrimoine de la personne qui « a cessé de paraître au lieu de son domicile ou de sa résidence sans que l’on en ait eu de nouvelles » (Art. 112 du Code civil). En droit administratif, il est prévu d’indemniser les personnes qui subissent un préjudice résultant de l’absence d’exécution d’une décision de justice par l’État pour des motifs d’intérêt général. En matière de procédure collective, il existe un régime spécial en cas d’absence d’administrateur judiciaire au cours d’une procédure de sauvegarde. En droit constitutionnel, il existe un régime transitoire prévoyant la substitution du chef de l’État en cas de vacance de ce dernier.- D’autre part, le droit peut chercher à limiter – voire empêcher – cette absence en raison du trouble qu’elle peut causer à la société. Il sera ainsi possible d’imposer des conditions à l’absentéisme des salariés privés ou des agents publics. La loi pourra également chercher à anticiper cette absence afin d’éviter qu’elle ait lieu. Tel est ainsi l’objet de l’obligation deprévenir le risque d’atteinte prévisible à la continuité du service public de transports terrestres de personnes. La loi peut aussi sanctionner cette absence pour en dissuader la survenance, comme en matière d’abandon d’enfants. À un stade bien plus avancé, l’ordre juridique pourra mettre en place un certain nombre de contraintes pour l’empêcher. Il peut s’agir de contraintes juridiques, telle la convention de l’ONU sur les disparitions forcées, ou de contraintes matérielles, telle l’obligation de comparution en matière de procédure pénale. Les atteintes à la liberté d’être absent pourront varier en fonction des sociétés et des époques. Ainsi, si dans de nombreux pays le droit de vote est libre, d’autres imposent la participation des individus aux élections (Australie, Bolivie, Brésil, Grèce, etc.). De même, l’on a pu observer des évolutions historiques sur le traitement de l’absence en matière de divorce. Si l’époque féodale était caractérisée par le principe de l’indissolubilité du mariage, l’autorisation du divorce à partir de la révolution a permis de faire de l’absence prolongée du conjoint une cause de divorce.

Sous un angle différent, le droit doit également composer avec sa propre absence. Elle peut être organisée sciemment, tel est le cas de l’absence d’effet direct d’une disposition de droit international ou de droit européen qui répond à une logique visant à laisser à l’État le soin de définir les moyens pour la mettre en œuvre. Cette absence de droit peut aussi résulter d’une carence du droit qui n’a pas pu tout prévoir. Il appartiendra alors aux praticiens et à la doctrine de pallier l’imprécision des règles, qui peut parfois être assimilée à une absence, voire de répondre au « vide juridique » qui correspondrait, selon le Vocabulaire juridique de Gérard Cornu, à une « lacune non intentionnelle du droit dont le comblement incombe in casu au juge, à terme au législateur lorsque l’analogie ne suffit pas à suppléer la loi, la doctrine ayant mission de montrer, en raison et imagination, que le vide est souvent plus apparent que réel ».

Loin d’avoir épuisé tous les sujets avec les exemples précités, l’éventail des possibilités offertes par la thématique de l’absence est large, l’actualité donnant d’ailleurs sans cesse de nouvelles manifestations de celle-ci. La réflexion qu’elle suscite pourra ainsi permettre aux contributeurs de proposer une vision approfondie, tant sur les exemples proposés que sur des sujets originaux.

Modalités de soumission

Pour soumettre vos projets de contribution, nous vous invitons à les envoyer à l’adresse colloque_doc_cjb_2023@contact.univ-angers.fr tout en précisant dans l’objet « Candidature – Colloque des doctorants 2023 »

au plus tard le 8 janvier 2023.

Nous accuserons réception de vos envois. L’appel à contribution est ouvert aux doctorants de toute année ainsi qu’aux docteurs. Les réponses vous seront communiquées avant le 28 janvier.

Votre écrit devra comporter le thème de votre intervention ainsi qu’un résumé de son contenu en 5000 signes maximum, style de police « Times New Roman » ou équivalent, texte justifié, interligne 1.5, taille de police 12. 

Merci également d’inclure dans l’en-tête de votre appel à contribution les informations suivantes :

  • Nom et prénom de l’auteur
  • Statut actuel
  • Sujet de thèse, directeur et date de début de thèse

Comité d’organisation

  • Sabrina Conte – Doctorante en droit privé et sciences criminelles – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • Léo Frémont – Doctorant en droit privé et sciences criminelles – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • François Péan – Doctorant en droit public – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)

Comité scientifique

  • Sabine Bernheim-Desvaux – Professeure de droit privé – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)
  • Félicien Lemaire – Professeur de droit public – Université d’Angers (Centre Jean Bodin)

Continuer la lecture de Angers

MARE NOSTRUM n° 93: Absence, mobilité et migration avec Constance de Gourcy.

Diffusions: Jeudis 7/04/2022 et 14/04/2022 à 12h30, samedi 9/04/2022 à 15h, samedi 16/04 à 19h, dimanche 17/04 à 7h et minuit. Podcasts sur radiozinzineaix.org
 
L’absence est entrée dans le champ de l’étude des mobilités et des migrations en apportant un éclairage renouvelé sur le transnationalisme en plein développement. Les déplacements des migrants maintiennent avec plus ou moins d’intensité, les liens entre le pays de résidence et le pays d’origine.
Étranger, absent, disparu, les situations de séparation sont vécues de façons bien différentes en fonction de critères nombreux : les types de déplacement, l’adaptation au pays d’accueil et les conditions juridiques et légales dans ce pays, les raisons du départ, les relations avec les proches, la situation politique du pays d’origine……
Constance De Gourcy est maîtresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille-Université, directrice adjointe du département de sociologie, chercheure au LAMES devenu MESOPOLHIS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.
 
lien de téléchargement valide jusqu’au 12/04: https://we.tl/t-Sd70ZFSbR1
Promos sur la page Facebook “Mare Nostrum une émission de Radio Zinzine”, et mon compte twitter et celui de la radio “Radio Zinzine Aix.
Bonne écoute !

“Représenter le corps absent”

Journées d’étude interdisciplinaires en ligne
Représenter le corps absent
3 et 4 juin 2021

Pour obtenir le lien de connexion, s’inscrire sur : https://forms.gle/Zgmk4h4koAEhniBw5

Privant les humains de leurs rapports réels aux autres, le nouvel ordre du monde provoqué par le contexte pandémique a banalisé les échanges virtuels dans tous les domaines de la vie professionnelle, personnelle et culturelle. Les images des lieux dépeuplés à travers le monde – rues désertes de capitales, bureaux abandonnés, transports déserts – constituent des représentations insolites de l’absence qui interpellent et semblent déjà ancrées dans la mémoire collective. L’impact de la disparition physique du corps de l’autre et de la perte du lien social qu’induit l’isolement n’est pas anodin sur les pratiques corporelles collectives (manifestations culturelles, célébrations, mouvements sociaux…). L’omniprésence de la virtualité comme alternative aux rapports sociaux traditionnels, la peur implicite du corps des autres et le renversement d’une société où les corps sont présents mais invisibles nous amènent donc, dans le cadre de cette journée d’étude, à repenser la corporalité et sa visibilité dans le champ de la représentation. Continuer la lecture de “Représenter le corps absent”

« PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Hélène Jagot

Partir de chez-soi. Gérer l’absence. Y revenir.
Une trilogie sans cesse convoquée, que l’on travaille au coin de la rue ou que l’on fasse le tour du monde.
Ce qu’on emporte. Ce qu’on laisse. Ce qu’on rapporte.
Tenter de ne rien oublier.
Faire des listes. Programmer des alertes informatiques. Se laisser un post-it.
Des tâches que l’on répète inlassablement, que l’on a tellement automatisées que l’on ne se rappelle parfois plus si on les a menées à leur terme. La mémoire est joueuse, le temps devient élastique dans ces moments entre deux états : partir, revenir. Entre : un déplacement, un voyage, une errance – des êtres toujours en mouvement.

Hortense Soichet, photographe, et Benjamin Pradel, sociologue, se sont intéressés aux lieux que nous laissons derrière nous quand nous fermons leur porte pour aller vers d’autres, à ce que l’on qualifie de « chez-soi », de « lieu de vie », ou tout simplement de « maison », en s’interrogeant sur ce que notre absence produit sur eux, sur la manière dont nous gérons le vide créé par nos mobilités toujours renouvelées – travail, loisirs, voyages –, sur les stratégies mises en place pour y rester présents sans pourtant y demeurer physiquement. Continuer la lecture de « PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Parcours de femmes algeriennes dans l’absence

Par Lena Haziza

Dans ce mémoire[1] je me suis intéressée aux familles transnationales algériennes. Plutôt que de regarder les migrations depuis la nouvelle société d’installation, je me suis tournée vers l’expérience des femmes restées dans le pays de départ, l’Algérie.

Le choix de se concentrer sur les femmes provient du postulat qu’elles peuvent connaître des expériences de vie singulières. Par les spécificités qu’on leur octroie du fait de leur genre, sans qu’elles soient réelles, elles peuvent le devenir dans leur vécu. Continuer la lecture de Parcours de femmes algeriennes dans l’absence

Le lien social à distance : (En)quête d’absence – HDR

Le 2 juillet 2020, je soutiendrai mon HDR devant un jury composé de:

Michel Agier, Directeur d’études à l’EHESS et à et à l’IRD

Dionigi Albera, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

William Berthomière, Directeur de recherche, CNRS

Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche émérite, CNRS, Rapporteur

Sylvie Mazzella, Directrice de recherche, CNRS, Rapporteure

Adelina Miranda, Professeure des Universités, Université de Poitiers, Garante

Résumé du manuscrit original :

Inscrite dans une approche critique des travaux se référant au transnationalisme, cette habilitation révise dans une perspective cumulative ses exigences théoriques et apports méthodologiques et fournit les bases d’une lecture renouvelée de la place donnée à l’absence dans les migrations internationales. Alors que la notion est désormais souvent limitée à être l’antonyme de la présence, ce travail s’efforce ainsi de mettre au jour les présupposés technicistes qui ont contribué à en faire un impensé et propose une étude serrée, à partir de jalons significatifs, de ses évolutions sémantiques depuis ses premières apparitions jusqu’à la période contemporaine caractérisée par l’étatisation de la notion et son usage à des fins régulatrices. Cette investigation sur le temps long et dans différents contextes (européens et non européens) invite ainsi à mettre en évidence la dimension genrée de l’absence qui place les individus selon leurs sexes dans des relations spécifiques et leur attribue un rôle dans l’espace social et physique des mobilités et des migrations.

Abordant la distance comme un paramètre essentiel des relations – qui agit comme l’avait souligné Georg Simmel sur les formes données aux socialités –, ce travail plaide pour une définition de l’absence comme l’institution sociale qui fait tenir la société à distance, à différentes échelles, de l’individu au groupe. Ce renouvellement du regard invite à délimiter deux angles d’analyse : un premier qui porte sur les mises à l’épreuve du lien social en raison de la prise de distance et de son inscription dans la durée ; un second qui consiste à poser une problématique de la reconnaissance dans la vulnérabilité des liens d’interdépendance. Plus largement, ce travail montre que la pluralité et la différenciation croissante des formes d’absence dans nos sociétés contemporaines s’accompagne paradoxalement de nouvelles sources d’inégalités sociales. 

Lieu :

Salle Guillemet, Hôtel Fumé, 8 Rue René Descartes, Bât E15, Poitiers.

In the shadow of the pandemic. Dying and disappearing at the borders Sofia Stimmatini, anthropologist, & Constance De Gourcy, sociologist

 

That we live in uncertain times is a statement widely shared by many authors and thinkers of modernity (Beck, 2001; Giddens, 1991). The Covid-19 pandemic, which since the end of 2019 has been spreading throughout the world, confirms that we are engaged in “irreversible ecological and sustainable change” (Latour, 2020). In fact, the Covid-19 virus suddenly sends us back to the finiteness of our existence in a striking way: despite everything that the human species is capable of, we violently realize that we cannot control everything. Above all, we cannot have complete mastery of biology: our bodies reveal themselves in their naked, pure and simple, killable and unspeakable lives (Agamben, 1997). Individuals who lose their lives on a daily basis after being infected by Covid-19 share a vulnerability common to all human beings. They also share the right to be mourned and the right to receive a dignified burial. This article acknowledges the vulnerability of humans while highlighting how basic rights are being denied to certain people by social and economic inequalities combined with disparities in treatment.

Several testimonies from relatives of the deceased speak of the immeasurable suffering caused by the uncertainty surrounding the loss of a loved one who died without being accompanied on his or her final journey. In Italy, for example, where funerals have been banned, families are left without answers. How did he or she die? Where was the place of death? Will we be able to see him or her one last time? These questions haunt the relatives of the deceased and make the experience of the event extremely traumatic. The changes in the management of death and funerals in the Covid-19 era thus offer us Westerners the possibility of questioning the importance of knowing the context of a person’s death and being able to celebrate funeral rites: when these two conditions are not fulfilled, uncertainty grows and profoundly disturbs mourning. This state of affairs is reminiscent of the anguish that grips the family members of individuals who disappear or die at country borders, after having undertaken the journey to Europe without the necessary documents to enter the Schengen area. Here and elsewhere, as soon as migration is made illegal and leads to the disappearance of family members, the impossibility of mourning relatives, and doubts about their fate, prevails over everything else. Continuer la lecture de In the shadow of the pandemic. Dying and disappearing at the borders Sofia Stimmatini, anthropologist, & Constance De Gourcy, sociologist

Echoes of Absence | Lockdown Paris, par Erieta Attali

J’écris dans un présent qui nous échappe. J’écris dans un présent sur lequel je n’ai pas de prise. Déprise ? Ou reprise d’un temps autre ? Celui de la mémoire et de l’histoire.

Ecrire à revers, à rebours contre ce temps qui s’étend et s’étire de pays en pays. Jusqu’à quand ? Jusqu’où ? Ces images de l’absence révèlent la fragilité du monde, de la présence et nous questionnent sur ce temps d’incertitude qui s’est installé.  

La photographe Erieta Attali cherche ainsi les échos de l’absence au cœur de Paris.  Sources : ici 

Paris Lockdown

Expériences migratoires et communications numériques en Méditerranée De la préservation des liens sociaux

Cet article présente fruit de la collaboration entre une politiste et un sociologue, est consacré l’analyse de la préservation des liens sociaux pendant l’expérience migratoire au prisme des communications numériques. De la nécessité du maintien des relations avec les origines à l’étude des figures d’intermédiarité, cette recherche étudie le rapport aux outils numériques chez les jeunes migrant·e·s parti·e·s seul·e·s, sans pour autant les sacraliser.

Les auteurs : Matthieu Demory et Nouran Gad

Article en ligne disponible ici

Quel côté de l’absence ?

Film / Débat
Création et recherche

Le Rize initie un cycle de rencontres mettant en dialogue la création artistique et la recherche. Pour ce premier rendez-vous, c’est la question de la sépulture dans les parcours migratoires qui est posée. Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où souhaite-t’on être enterré ? Ici, en France ou là-bas, dans la tradition du pays ?
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse la complexité de cette question pour cinq Chalonnais qui racontent avec pudeur les enjeux de l’inhumation malgré l’enracinement des familles. Dans la réciprocité de leur dialogue, une chercheuse et un photographe cherchent à traduire ces paroles, associant un vidéaste et un musicien dans leur projet de création. Comment l’image, la musique et la photographie répondent au travail de recherche de la sociologie ? Comment chacun se nourrit du regard de l’autre ?

samedi 18 janvier 2020
19:00-20:30

Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux : Réalisation
Luc Torrès : Image
Thomas Durand : Musique
Rencontre animée par Marina Chauliac, conseillère pour l’ethnologie à la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour en savoir plus, cliquez ici

« En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Sit-in du 4 juillet 2018

Sit-in du 4 juillet 2018                          Crédit : Sofia Stimmatini

Dans ce mémoire, je me suis intéressée aux disparitions aux frontières des jeunes Tunisiens partis vers l’Italie en 2011. A ce moment en effet, les contrôles des garde-côtes s’étaient relâchés suite aux contestations débutées en décembre 2010, ce qui a permis à pas moins de 40 000 personnes de rejoindre les côtes italiennes[1]. Parmi eux, des centaines ont disparu, laissant leurs familles dans l’attente depuis désormais 8 ou 9 ans. Continuer la lecture de « En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Festival international de géographie, 30e édition – Migrations

Table ronde « Migrations en images » organisée par William Berthomière, géographe, Constance De Gourcy, sociologue, David Lessault, géographe (ESO, CNRS), animée par Taina Ternoven, journaliste indépendante.

Les expériences migratoires ont toujours trouvé dans l’art diverses formes d’expression. L’intensité du rapport au monde que suscitent les migrations et la mise en contact qu’elles enclenchent entre diverses sphères culturelles font des arts graphiques, de la photographie ou de la bande dessinée, voire de la musique ou la littérature, autant de médium pour faire exister des récits qui ne sauraient parfois se dire
autrement. Investies par des artistes-migrants et par des artistes inspirés par les migrations, les approches artistiques se sont également diffusées dans les recherches scientifiques, les revues, voire les rapports d’ONG, à travers de nouvelles méthodes d’enquêtes ou par des collaborations et des approches hybrides art-science.

Samedi 5 octobre 2019
↔ 13h30-15h / ESPACE GEORGES SADOUL,
Salle Yvan Goll – Saint Dié

Le programme ici

Quelques liens :

Le Libé des géographes : https://www.liberation.fr/Libedesgeographes2015,100559

France 3 Grand Est : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/migrations-theme-central-30eme-edition-du-festival-international-geographie-saint-die-vosges-1730841.html

Nombreux articles et photographies de Vosges matin : https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2019/10/05/photos-festival-international-de-geographie-le-deuxieme-jour-en-images

France Culture : Le temps du débat https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/comment-ameliorer-laccompagnement-des-mineurs-migrants

Télévision Locale du Val d’Argent (TLVA) : https://www.youtube.com/watch%3Fv=42KlequEqcw

Arté journal (lundi 7 octobre 2019 / 19 h 45) : https://www.arte.tv/fr/videos/092808-000-A/festival-de-geographie-le-pouvoir-des-cartes/