Archives de catégorie : Billets – Happenings

Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

Tijuana San Diego border deaths © Revue Diasporas

Tomas Castelazo, Memorial coffins on the US-Mexico barrier for those killed crossing the border fence in Tijuanan Mexico. CC B-SA 2.5

En choisissant de consacrer son dernier numéro thématique à la place de la mort dans les expériences migratoires aux époques moderne et contemporaine, la revue « Diasporas » a cherché à rendre à la mort la place qui lui revient dans l’histoire des migrations, et par là même à penser à nouveaux frais à la fois l’humanité même des parcours migratoires, et l’ensemble des constructions contingentes (à la fois juridiques, politiques et économiques) qui situent les phénomènes de mobilités dans leurs différents environnements. Ce séminaire propose à quatre chercheurs venus de différentes disciplines (historiens, sociologues et anthropologues) de prolonger cette réflexion en discutant ensemble, et avec le public, de la présence comme de l’image de la mort en migration – une thématique à laquelle le drame des migrants en Méditerranée confère bien sûr une brûlante actualité ainsi qu’un évident enjeu citoyen. Continuer la lecture de Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

Journée internationale des droits des femmes 2018 – ATMF

Journée internationale des droits des femmes 2018, L’ATMF et son Réseau Femmes vous convient à une rencontre autour des
Dynamiques des luttes des femmes. Il y sera notamment question de l’absence.

A partir d’extraits du film Paris La Blanche de la réalisatrice, Lidia Terki, C. De Gourcy, mettra en évidence les différentes formes de résistance qui émanent de l’absence. Loin de se réduite à une posture d’attente, l’absence est propice au développement de nouvelles luttes contre l’oubli et contre l’isolement.

Lieu : Aix-en-Provence AFFICHE JOURNEE FEMMES PDFF_2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Journée des doctorants AMERIBER – 22 mars 2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones

Juan Goytisolo dans Don Julian représente l’absence sous différentes formes. En effet, l’auteur écrit sans Je, sans ponctuation et sans identité pour aborder le péché dans une époque indéterminée. Dans cette œuvre, le lecteur accède aux pensées les plus intimes du narrateur (ou plutôt des narrateurs) et se perd dans les pérégrinations intellectuelles de ce Je sans identité. Goytisolo choisit de passer des pensées de Don Julian, à celles de sa fille Florinde, violée par Rodéric de Tolède.

L’absence est définie comme le manque, la suppression, la non-présence de quelque chose ou de quelqu’un. Ainsi, elle est une sorte d’abîme que l’on peut chercher à combler ou bien à entretenir parfois. Entre son culte et sa peur, les artistes s’emploient à la représenter, en un sens pour la rendre plus palpable et plus vivante, pour en témoigner. Pour que le manque existe, une attente de la non-présence s’impose créant ainsi un besoin et la nécessité -ou non- de le combler. Il faut donc (reprenant Sartre) une attente réelle qui constate l’absence. Elle devient alors pertinente lorsqu’elle fait partie des possibilités situationnelles.
Lorsque le constat de l’absence naît de la reconnaissance d’une autre présence que celle que l’on attendait, son portrait se fait par le remplacement de la présence attendue par une nouvelle. Elle devient alors une substitution ou un contournement (Bergson). Le manque d’une présence peut aboutir à la représentation d’excès et des figures de l’absence. Lorsqu’on parle d’oubli (manque de mémoire), du silence (manque de discours), de la mort (manque du vivant) ou de l’interdiction (manque de liberté), par exemple.

Au travers de la transversalité et pluridisciplinarité propres à l’équipe de recherche AMERIBER, cette journée de doctorants vise à travailler sur les possibilités de représentations de l’absence au travers des arts, de l’Histoire, de la linguistique et la littérature d’Espagne, du Portugal et de l’Amérique latine.

Cette journée s’articulera autour de trois axes

I) L’absence comme thématique dans la fiction:
D’aucuns choisiront d’évoquer le manque d’un être aimé ou d’une sensation plaisante par le passé, alors que d’autres choisiront la thématique des migrations, et tout ce qui en découle, l’exil ou la disparition de repères. C’est le cas dans le poème « Ausencia » de Jorge Luis Borges ou dans l’oeuvre de Neruda, ou encore en musique avec la chanteuse Silvia Pérez Cruz qui aborde l’absence de justice sociale dans l’Espagne contemporaine avec les paroles de « No hay tanto pan ».

II) L’absence comme procédé discursif, littéraire ou poétique :
Cette carence peut apparaître par l’utilisation de moyens stylistiques (figures de style et tropes) par ressemblance (métaphore) ou par correspondance (métonymie), entre autres. Elle peut également se manifester dans les recours linguistiques tels que les néologismes, le calligramme et le lipogramme : en prose nous trouvons Flor de Sainetes, la novela de los tres hermanos de Francisco et Ribera où la lettre ‘a’ n’est pas présente.

Il peut encore s’agir de l’absence d’un des éléments indispensables à l’acte communicatif. En effet, la disparition de la figure de l’auteur peut engendrer l’apparition d’une création collective. Dans Spain in a day, Isabel Coixet a réalisé le montage du film avec des vidéos réalisés par des amateurs espagnols afin de capter et montrer l’identité du pays.

III) L’absence d’un élément dans le processus de création :
Lorsque l’absence s’impose l’artiste ou l’auteur est contraint d’adapter ses méthodes et ses techniques pour mener à bien sa composition. Qu’il soit confronté à un manque économique, matériel ou humain, il doit se restreindre et s’imposer des conditions. L’inventivité devient alors un levier pour sauver l’oeuvre de la pénurie lui permettant ainsi de créer une réalité propre à l’oeuvre comme le fera Alejandro Jodorowsky dans son court-métrage La cravate. Cette privation peut être également volontaire voire politique. C’est le cas notamment de certaines oeuvres se réclamant collective ou libre de droit. Le but sera ici de transformer une création en arme et outil politique légitimé par ces absences dans la réalisation.

Calendrier et modalités de soumission
Les propositions de communication (comprenant un titre, un résumé entre 300 et 500 mots, une bibliographie, trois mots-clés et une note biographique de 10 lignes maximum) sont à adresser en français, espagnol, portugais et catalan, pour le 15 janvier 2018 au plus tard.

L’appel est ouvert aux doctorants d’AMERIBER ainsi qu’aux doctorants d’autres universités françaises et à l’étranger.

Les communications auront une durée de 20 minutes. Les possibilités qu’elles fassent éventuellement l’objet d’une publication sont à l’étude.

Les communications doivent être envoyées à l’adresse :
journee.doctorants.ameriber@gmail.com

Comité Organisateur
Joy COURET, Lidia SÁNCHEZ DE LAS CUEVAS et Lolita TODESCHINI

Bibliographie indicative

Ouvrages critiques:
– Bergson Henri, L’Evolution créatrice, Paris, Felix Alcan, 1907
– Deleuze Gilles et Félix Guatarri, L’anti-Oedipe, Paris, Édition de Minuit, 1972
– Fédida Pierre, L’absence, Paris, Folio Essais, 2005
– Goytisolo Juan, La reivindicación del Conde Don Julián, Madrid, Catedra, 2013
– Ittiruza Mariana, la presencia de la mujer en la fotografía de prensa argentina de 1920 a 1930, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2000
– Lacan Jacques, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, Paris, Seuil, 2004
– Lefèvre Henri, La présence et l’absence, contributions à la théorie des représentations, Paris, Casterman, 1980
– Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943
– Watroba Maria, Écritures de l’absence : Essais sur les frères Goncourt, Zola, Proust, Gide, Valéry, Leiris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007

Ouvrages littéraires:
– Borges Jorge Luis, Fervor de Buenos Aires, Buenos Aires, Imprenta Serrantes, 1923
– Cernuda Luis, Los placeres prohibidos, Madrid, Cátedra, 1999
– Muñoz Molina Antonio, En ausencia de Blanca, Madrid, Alfaguara, 2001
– Pessoa Fernando, Livro do desassossego, Lisbonne, Ática, 1982

Filmographie
– Guzman Patricio, Nostalgia de la luz, Chili, Renate Sachse, Atacama Productions, 2010, 94 min

Continuer la lecture de L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Bruno Fert | Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Un projet photographique sur la mémoire d’un conflit

Le Projet

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de sept cent mille Palestiniens vers les pays voisins. À la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

Où ?  Librairie Maupetit à Marseille

du 22 juin au 2 septembre

Un travail de mémoire

Durant plus de trois années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des cinq cents villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont un voyage aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

Continuer la lecture de Bruno Fert | Les Absents

Paris la Blanche, film sur l’absence

Une histoire familiale traversée par l’absence – Film de la réalisatrice Lidia Terki

Dès les premières scènes, une tension se manifeste entre des enfants adultes et un père absent qu’ils ne connaissent pas ou si peu. Il est à Paris, retraité, ils sont en Algérie et ne cherchent pas à le revoir. Est-il encore absent ? Plus probablement étranger au sens où ils n’ont rien en commun, ni souvenir, ni récits de leurs vies, ici et là-bas. Le lien de famille ne suffit pas à faire proximité quand les possibilités de contact sont à ce point réduites. Seule la mère se souvient de son mari, le père de ses enfants. Seule, elle partira en France à sa recherche. Son objectif est de le faire revenir au pays, il n’a plus de raison de rester en France, loin de tout. Mais le retour supposerait savoir vers où revenir pour retrouver sa place. Il est père et grand-père mais 48 ans passés à travailler en France ont fait de lui un étranger, captif d’une vie passée loin de ses proches. Après l’absence, c’est désormais l’exil qui guette celui qui ne peut plus rentrer et a rompu par son silence les amarres avec les siens. Au-delà de ce destin singulier, ce travail de l’absence sur les liens sociaux familiaux permet d’aborder la condition sociale de ces Chibanis, ces invisibles de l’histoire. Continuer la lecture de Paris la Blanche, film sur l’absence

Circulations familiales et reconfigurations de la parenté

A noter le 16 et 17 mars 2017 prochain la tenue de deux journées  d’étude dont l’objectif est d’analyser les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. La circulation familiale sera notamment interrogée sous l’angle de l’absence dans la relation parent/enfant.

JournéesDSVS 2017

Lieu :
Salle A
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13002 Marseille

Le festival nouv.o. monde : un certain regard sur un monde en mouvement

Du 3 au 12 mars 2017 se tiendra la prochaine édition du festival Nouv.o.monde à Rousset et dans le pays d’Aix.

Dans le cadre du partenariat établi depuis 2016 entre ce festival  et l’équipe Crisalide, une séance annuelle est programmée autour de l’absence dans les migrations internationales. En 2016, l’absence a été traitée à partir du film Umrika (Inde | 2015 | 1h45 Sundance 2015 – Prix du Public Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar).

L’édition 2017 promet de riches rencontres. L’après-midi du 11 mars sera consacrée à la projection de film et court-métrage traitant de ce monde en mouvement à partir du lien complexe entre famille et migrations. Le film Mercenaire de Sacha Wolff aborde ainsi avec tendresse et poésie la relation entre migration sportive et regard familial : Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.

Le court-métrage Sinto a tua falta (Je ressens ton absence) de Lucas Roxo traite du rapport entre mémoire et histoire. En février 1971, Léonor a laissé sa fille au Portugal pour venir s’installer en France. Quarante ans plus tard, elle retourne sur le chemin de l’exil et écrit les lettres qu’elle ne lui a jamais envoyées.

Ces séances seront suivies de tables-rondes avec les réalisateurs. voir le Lien page programmation en partenariat avec le collectif Crisalide (MMSH)

Chaque année, les rencontres et discussions autour de ce thème enrichissent ce  dialogue fécond entre les sciences sociales et les arts visuels afin d’explorer, documenter et élargir les significations de l’absence.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451

Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

 

« Revenir »

A propos de l’installation de Nicène Kossentini « Revenir », 2006, Art video/ black and white.

Une photographie de famille travaillée par la vidéo ; une « image-vidéo » donc qui expérimente une nouvelle dimension, la profondeur temporelle de l’histoire et sa part d’ombre. Ce faisant, se produit une inversion : le caché accède à une forme de visibilité, le second plan devient premier, l’absence fait place à la présence. En décomposant et recomposant la photographie de famille, la vidéo scrute intimement sa composition jusqu’à faire ressortir et donc resurgir l’énigme d’une présence, celle d’une petite fille, cachée, montrée ainsi révélée, qui se tient derrière le groupe familial occupé qu’il est à poser devant l’objectif. Longtemps, l’image-vidéo se fixe sur le contour imprécis d’un visage dont on devine la bouche ouverte, muette. Il s’agit d’une apparition furtive, troublante, entre présence et absence. Les vibrations de l’image-vidéo restituent la densité de cette expérience et l’immobilité initiale de l’image vibrante cède au mouvement, celui-là même qui produit le questionnement sur le sens de cette absence. A voir ici

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

« La demande d’amour » photo extraite de l’ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Si l’absence est souvent signifiée – e.g. une chaise ou une place vide, la vacuité renvoyant précisément à la présence manquante –, la photographie, cette émanation du référent, révèle les distances – temporelles, géographiques ou autres – qui séparent le spectateur de ce qui est donné à voir, c’est-à-dire pour reprendre la terminologie de Barthes, le spectator du spectrum. Dans La chambre claire. Note sur la photographie, ouvrage publié en 1980, cette technique est présentée comme un art de la coprésence entre le spectator et le « ça a été », ce qui confère au passé un statut moins teinté de nostalgie que de certitude. Elle « est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont partie des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici » (Barthes, 1980 : 126). Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Si les ressources existent pour figurer l’absence, rares sont les effets techniques non recherchés, non voulus, qui en rendent compte. Le procédé photographique, connu sous le nom de Daguerréotype, a permis par une technique de faible impression de fixer, pour la première fois, en 1838, la silhouette de deux personnes. Mais autour deux, le vide et l’absence dominent si bien que l’on peut parler d’un procédé d’effacement de la présence. 330px-boulevard_du_temple_by_daguerre

Cette grande artère parisienne – censé être animée à cette heure matinale (8h du matin) – baigne dans une atmosphère étrange, presque fantomatique. Deux personnages, et seulement deux, se font face (l’un cire les chaussures de l’autre) sur ce qui apparaît comme étant le Boulevard du Temple. Ces « premiers hommes » à être photographiés ne sont pas des passants ordinaires, selon l’expression d’Isaac Joseph (1985), mais des personnes engagées dans une interaction marchande, du type de celles qui existaient sous la monarchie de Juillet. D’autres passants étaient sans doute là, on devine leur présence sans les voir. L’absence ne semble donc pas venir de ce vide, mais du questionnement sur la présence manquante car la présence des uns et l’interaction dans laquelle ils sont engagés, révèle l’absence des autres.

Cette présence non révélée mais probable nous interroge sur ce que le regard sait « voir », sans voir. C’est parce que notre « regard est institué dans l’espace de la culture et de la société » (Havelange, 1997), que ce que l’on ne voit pas accède néanmoins au statut de la représentation. La familiarité que procure la vision de cette scène du quotidien dans une ville telle que Paris nous renseigne ainsi sur le mouvement de ceux qui passaient, emportés par le cours d’une activité routinière.

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Les migrations des Roms roumains en Europe

Le dernier numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales porte sur les migrations des Roms roumains en Europe. A l’heure où l’on ne parle des Roms que pour évoquer des opérations d’expulsion ou d’éloignement, il importe de considérer ce qu’ils peuvent nous apprendre. Michel Agier (2016 : 21) dans son dernier ouvrage « Les migrants et nous. Comprendre Babel », CNRS Édition, rappelait à leur sujet : « ‘ils’ sont tout ce que nous ne sommes pas, ils ont ce que nous n’avons pas, ce que nous avons en abondance ne leur manque pas, ils incarnent une altérité « bonne à penser » qui est à l’origine d’une solidarité reconnaissante, ils sont un « autre » dont nous avons besoin : la tsigane, le gitan, avec leur cabane ou leur caravane. On peut associer à cette figure-là celle du campement comme un lieu désiré ou effrayant, mais toujours le contraire de ce que « nous » avons et de ce que « nous » sommes ». Continuer la lecture de Les migrations des Roms roumains en Europe

Partir et revenir : l’absence et les « effets » de villes

Photo author’s own

The feeling of absence can be felt in many ways. British journalist and English language coach, Ian Lavis, experienced absence as an immigrant in Marseille, where he lived and worked for five years, but also on his return to Croydon in south London, where he now resides. These two places could not be more different in terms of setting, history and culture, but they share many similarities which he explores in his article: « Why Croydon is the new Marseille ».

article

 

« Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine (Europe-Amérique du Nord) : terre, mer, outre-mer » colloque international

Le colloque « Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine : terre, mer, outre-mer (Europe – Amérique du Nord) » propose de réfléchir à la condition et au quotidien des femmes mariées confrontées à l’absence temporaire de leur époux.

Celle-ci recouvre une grande diversité de situations selon les raisons du départ (activité maritime, emprisonnement, guerre, migration, travail saisonnier, religion….), ses modalités (absence choisie ou subie), l’implantation géographique (ville, campagne, littoral, montagne, île, colonie…), l’âge de l’épouse, la présence d’enfants, le milieu social et l’éventuel soutien du réseau de parenté et d’amitié.

Alors que le veuvage – conséquence de l’absence irréversible des hommes – et le célibat ont fait l’objet de nombreux travaux et synthèses, la solitude des femmes mariées, momentanément « affranchies » de la tutelle masculine, reste largement un territoire en friche.

Le colloque est organisé en partenariat avec le Centre International de la Mer (Rochefort) et avec le soutien du Framespa-UMR 5136, du CRHIA-EA 1163, du CRIHAM-EA 4270, de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, de l’Université de Sherbrooke (Québec), de l’Université de Poitiers et de l’Université de La Rochelle.

site web dédié au colloque : https://femmes-abs-2017.sciencesconf.org/resource/page/id/1

 

Colloque Scientifique International Ludovia 24-26 août 2016 Appel à communication

Pour sa douzième édition, le Colloque Ludovia, lieu d’échanges et de  réflexions, poursuit son exploration des problématiques posées par le multimédia dans les pratiques éducatives et/ou ludiques. Que ce soit en production ou en réception, les réalisations sont des creusets de synergies convoquant des approches pluridisciplinaires (arts, informatique, sciences de l’éducation, sciences cognitives, sciences de l’information et de la communication, etc). Après les  problématiques de l’immersion (2006), de la convivialité (2007), du « faire soi-même» (2008), «espace(s) et mémoire(s)» (2009), «interactivité et interactions» (2010),de la mobilité (2011), du plaisir (2012), de l’imaginaire (2013), de création et de consommation (2014), des appropriations et détournements (2015) nous proposons pour l’édition 2016 le thème : Formes d’attention, formes de présence, engagement

Calendrier :
Date limite de soumission: 15 mars 2016.
Notification d’acceptation des propositions : 15 mai 2016
Colloque : du mercredi 24 au vendredi 26 août 2016.
Remise des textes complets pour publication (30000 signes maximum): 15 octobre 2016

 



Retour sur… Les territoires de l’absence

Boubat, Nazare, Portugal, 1956

Retour sur… Les territoires de l’absence, journée d’étude conclusive du programme « Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : l’absence comme modalité d’appartenance » qui s’est tenue le 27 novembre 2015 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. L’expérience de l’absence implique en effet la référence à un territoire implicite qui s’exprime à travers des termes comme ailleurs, là-bas, autre pays, etc. Autant de termes qui sont pris dans une relation d’antonymie avec des territoires posés en référence, au moins pour ceux qui les énoncent et les évoquent dans les échanges avec les membres de collectifs géographiquement éloignés. Continuer la lecture de Retour sur… Les territoires de l’absence