Tous les articles par Nasser Tafferant

Prochainement, notre séminaire sur le thème « Déplacements et Traces en Méditerranée »

– Séminaire ATRI –

Déplacements et Traces en Méditerranée :

le fil d’Ariane de l’absence

Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines

30 janvier 2015 

Cliché Constance

Présentation : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requiert l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ? 

Matin (10h-12h) salle 9 

Constance De Gourcy (LAMES CNRS AMU), & Nasser Tafferant (LAMES CNRS AMU)

Introduction : L’absence peut-elle être tracée ? 

Loïc Le Pape (IDEMEC CNRS AMU)

Traces, désirs de savoir et volonté d’être. L’après-colonie au Maghreb 

 Après-midi (13h30-17h) salle 1

 Eckehard Pistrick (Martin-Luther-Université Halle/CREM-LESC Paris)

Absences – Silences : La sonorité du vide 

Malika Gouirir (Université Paris Descartes)

Retour en France, terre natale

AAC – Journée d’études « Les arts et les oubli(é)s de la mémoire »

Projet FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire)

Appel à communications
Date limite fixée au 20 décembre 2014

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet de recherche FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire), agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2013. Elle se tiendra le 5 juin 2015 à Angers.

Présentation :L’histoire officielle soutient la construction de la mémoire collective autour d’événements qui visent à favoriser l’identification à des valeurs communes (au sein de la nation ou d’autres groupes ou communautés). Dans ce contexte, nombreux sont les artistes qui ont utilisé les vecteurs de la création pour faire entendre d’autres voix, s’appropriant parfois les outils de l’historien pour contester une version normalisée du passé. L’historienne américaine Lynn Hunt définit l’histoire comme un récit qui oscille entre deux pôles : les histoires racontées et celles qui pourraient l’être. Elle évoque ces histoires « fantômes » qui hantent la mémoire et laissent des traces spectrales dans les arts. Si les histoires qui pourraient être racontées jettent un éclairage nouveau sur le passé et la façon dont il a été appréhendé, par le champ des possibles qu’elles représentent et l’alternative qu’elles proposent, elles invitent aussi à repenser le présent et l’avenir.

« Materializing Absence – Migrants Living Spaces in Albania » (projet en cours)

« Materializing Absence – Migrants Living Spaces in Albania » (projet en cours)

réalisateur: Miguel Filgueras; recherche/assistance: Gerda Dalipaj/Eckehard Pistrick

The film will employ a scientific (anthropological-philosophical) as well as an artistic approach on the topic of absence and abandonment. What concerns the scientific approach of the film, the filmmakers will build on the recently established anthropology of absence (Bille, Hastrup and Sorensen 2010) and use the approach of Australian philosopher Patrick Fuery (1995) concerned with the mediation of presences through representations of absence.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées

What concerns the artistic approach, the film – both in its visual imagery and in the editing process – will be inspired by the work of the Danish painter Vilhelm Hammershoj (1864-1916). Overall the project will be concerned with the imagination of space in the eyes of those who will watch the film. The tension between boundedness/enclosure and openness as well as the tension between materiality and immateriality, the intimate and the public anonymous space will stand at the core of the project. The final work will thus eventually provide different perspectives on spatial construction, playing with the imagination of those who watch the film. These different spatialities – set into relation to oral narratives – will convey different modes of remembering individual migrant destinies and evoking different emotional states.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées 

 

 

These two approaches will be applied on a concrete ethnographic object, unravelled through meticious fieldwork. These objects are the newly constructed houses/rooms in the peripheric district of the Central Albanian town of Elbasan and the « migrant rooms » in family houses in the mountainous district of Shpati, located 20 km from Elbasan. Both settings are tightly (inter-)connected both to internal migration from Mountain Shpati to the urban center of Elbasan and through external migration to Greece and Italy.

The film understands itself as a case study of a Mediterranean phenomenon experienced especially in the rural areas of Portugal, Spain, Greece and Turkey since the 1960s (Gastarbeitermigration) and in relation to the flux of Asian and African immigrants to Europe through the Mediterranean. Abandoned villages, displaced families and an emotional vaccum are an imminent feature of many rural areas in these countries. The film may provide essential insights into the psychological marks migration experience leaves. It will provide a much closer and more intimate perspective than demographic and statistical studies on the subject.

Photos inédits de Florian Bachmeier de la série "Songes de mariées" (2013)©tout droits réservées
Photos inédits de Florian Bachmeier de la série « Songes de mariées » (2013)©tout droits réservées

The film will be a concrete and imaginative contribution to the interdisciplinary discipline of Migration Studies. It will effectively show how methods of visual anthropology (photography and film) may be used to artistically render visible the emotionality of migration experience, the individual destinies and life histories which stand at the core of human mobility. But it will as well provide answers to more existential problems such as absence and human separation omnipresent in a globalized world.

The management of the film is currently searching for institutional and financial support to realize the film project. For further information please contact: Mrs Margarida Gonçalves altodominho@gmail.com

http://www.florianbachmeier.com

La mémoire des traces par Nadège Pandraud.

En amont de la prochaine journée d’étude intitulée « Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence » qui se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme le 30 janvier 2015, Nadège Pandraud nous invite à aller voir un spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie », par la compagnie Arnica, textes de Sébastien Joanniez, mise en scène Emilie Flacher.

Il s’agit d’une proposition artistique de spectacle vivant qui mêle des éléments très visuels et du récit, une forme de théâtre avec du texte (un texte de nature fictionnelle entièrement écrit par un écrivain-auteur, mais un texte nourri entre autres choses de bribes de témoignages recueillis, ces derniers, remâchés, réécrits …), avec des comédiens qui jouent mais aussi avec des marionnettes et des créations plastiques.

La thématique est celle de la mémoire et des « traces », ici, les traces de la guerre d’Algérie. Le spectacle donne à réfléchir quant à ces traces, leur statut (ici des photos, mais aussi des objets, de la parole et des récits de témoins de la guerre, d’enfants d’immigrés etc…), ou encore à la variété et à la pertinence (au choix) d’une place, d’une méthode, d’un dispositif matériel et discursif, ces derniers repris ou inventés, nous reconstruisons des traces, et encore aux effets de nos « constructions » (savantes ou artistiques) sur un destinataire (effets cognitifs, esthétiques, émotionnels, performatifs…), sur le tissage ou la transformation de rapports au monde et à l’autre, puisqu’il s’agit bien, au bout du compte, de transmettre ou de partager quelque chose avec d’autres personnes, un point de vue sur le monde, un questionnement etc.

Ce spectacle nous pose aussi la question de la frontière entre réel et fiction (ou « documentaire » et « fiction » pour reprendre les catégories appliquées aux genres littéraires ou artistiques : d’aucuns classent ce spectacle dans la catégorie de « théâtre documentaire », la metteur en scène ne s’y reconnaît pas et réfute ce qualificatif). Par-là, il est l’occasion de nous poser plus fondamentalement en retour la question du récit, des récits divers (et de différents types?), que chercheurs en sciences humaines ou artistes produisent à partir d’un recueil de « traces » de même nature …

En bref, ce spectacle constitue un stimulus parmi d’autres pour nous saisir de la question de savoir comment nous reconstituons des traces d’une « réalité » sociale (mais des traces « de quoi » précisément ?) à partir de données matérielles diverses et hétérogènes (des photos, des vidéos, de la parole, de l’écrit, des objets …), pour nous interroger sur le statut de ces traces, non seulement savoir quelle(s) signification(s) leur attribuer mais aussi comment reconstituer le sens d’une présence et d’une existence sociale.

Le mieux est encore et toujours d’aller voir ou le revoir, sans trop d’attente et en oubliant surtout (provisoirement) toutes ces questions.

Ce spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie » a lieu du 24 au 30 novembre 2014 au théâtre Massalia de la Friche de la Belle de mai à Marseille.

 

Séminaire « Migrations : regards croisés »

Séminaire « Migrations : regards croisés »
L’ objectif du séminaire est de proposer un espace d’échange autour de récents travaux de recherche sur la question des migrations. S’appuyant sur la présence de plusieurs enseignant-e-s chercheur-e-s de l’université Paris-Ouest Nanterre travaillant sur ce sujet, il vise à favoriser le dialogue entre différentes disciplines (histoire, sociologie, science politique, droit, anthropologie et économie) et à décloisonner la question migratoire des ancrages disciplinaires. Il s’agit également de valoriser les jeunes chercheur-e-s, doctorant-e-s et docteur-e-s, qui trouveront un lieu de discussion, à la fois rigoureux et bienveillant, de leurs travaux de recherche. Une certaine place est accordée aux travaux de recherche portant sur les politiques publiques et leurs implications juridiques, à l’État et à l’administration, objets qui facilitent la confrontation des disciplines.
Organisateurs/rices : Karen Akoka, Stéphane Beaud, Stéphane Dufoix, Abdellali Hajjat, Dzovinar Kévonian, Lionel Ragot, Philippe Rygiel et Serge Slama.
Lieux et horaires : en alternance à l’université Paris-Ouest Nanterre (bâtiment F, salle des conférences F352) et au Musée de l’histoire de l’immigration – 2eme mercredi du mois, de 15h30 à 17h30.

 Programmation du séminaire 2014-2015 : Semigrations_prog_2014_2015

 

A(T)HOME

Les Écrans du Large vous annonce la diffusion de

AT(H)OME

un film de ÉLISABETH LEUVREY
d’après le travail photographique et une enquête de
BRUNO  HADJIH
(53 min) SUR MEDIAPART DU 4 NOVEMBRE 2014 AU 4 FÉVRIER 2015
en partenariat avec Images en Bibliothèque

Zahaba (partir)

Dans le cadre du dernier séminaire du Crisalide, Alice Ruffini a présenté son court-métrage « Zahaba » (partir). Elle nous livre ici le sens qu’elle donne à vouloir interroger la notion de déplacement à travers le prisme de l’expérimentation d’une scénographique de rue.

Une histoire de chemins, de traversées invisibles,d’individus en partance dans des lieux qui se dérobent. Enfourchons notre bicyclette et partons. En peloton sur les traces d’un voyage, d’un passage, les sens aux aguets, éprouvons cet équilibre précaire et ordinaire. Dans une expérience à bicyclette entre ici et là bas/ Zahaba ( partir). Des petits trajets qui parlent de grands voyages.

Continuer la lecture de Zahaba (partir)

Après La Traversée

Le 7 octobre 2014 de 13h à 15h en salle 6 de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) a été projeté le film “La Traversée” d’Elisabeth Leuvrey, en sa présence. Cette projection fut proposée dans le cadre des activités du projet amorce “Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : L’absence comme modalité d’appartenance “, coordonné par Constance De Gourcy & Nasser Tafferant (LAMES). On trouvera ci-après l’impression à « bonne température » de Nasser Tafferant qui, plusieurs fois, a vu le film et l’a discuté dans le cadre de conférences académiques et de festivals de films documentaires. Le très beau dossier de presse, téléchargeable, figure en bas de page1.

Continuer la lecture de Après La Traversée

  1. DOSSIER DE PRESSE LA TRAVERSÉE []

AncrAges

Les correspondances avec l’association AncrAges à Marseille se renforcent au fil des années. Le travail de mémoire auquel se livre l’association constitue une source de réflexion et d’inspiration inestimable tant pour les chercheurs en sciences sociales que pour les acteurs du monde du spectacle.

Le colloque   « Les migrants, passeurs de mémoire », qui s’était tenu à Oujda le 25 avril 2012, a permis de tisser ce premier lien fécond.

Programme du colloque

Séminaire « Les migrants, passeurs de mémoires » Avril 2012_vd

Site Web du partenaire

 AncrAges Histoire mémoires et territoires

Théâtre du Merlan scène nationale et le GdRA

Plusieurs activités ont été organisées avec le théâtre du Merlan scène nationale à Marseille, le GdRA et la spécialité professionnelle du master de sociologie d’Aix-Marseille Université (resp. Constance De Gourcy) au cours de la période 2011-2014 telles que les rencontres/débats au Merlan rassemblant public et étudiants de master à l’issue des représentations du GdRA. L’objectif pédagogique était de créer un dialogue fécond autour de la façon dont on considère l’autre, le semblable et le différent dans l’espace de la cité. Il s’agissait plus précisément à partir des portraits déployés de faire « parler » et dialoguer des savoirs « savants » et des savoirs « sensibles » sur des problématiques interrogeant la proximité de cet autre différent. Ces rencontres ont permis de décloisonner les savoirs et de tisser des liens entre les membres du public.

Chronologie des collaborations :

2011 : « Singularités ordinaires http://www.merlan.org/archives/saison-2010-2011/detail/singularites-ordinaires-le-gdra/

2012 : « Nour » http://www.merlan.org/accueil/detail/nour-le-gdra/

2013 : Organisation d’un cycle de débat dans le cadre de « Vif. Un musée de la personne »
http://www.merlan.org/programmation/detail/human-trip/

Sites web des partenaires :

 le GdRA 

Théâtre du Merlan scène nationale

Partenaires – Partners

Des membres de l’équipe Crisalide ont déjà engagé un travail et une dynamique de collaboration avec les partenaires du monde associatif et du spectacle. Les associer à notre démarche pluridisciplinaire fait d’autant plus sens compte tenu d’une ouverture à de nouvelles perspectives de diffusion et de narration de la recherche dans la cité.

Some members of the Crisalide team have begun a dynamic collaboration with partners in the entertainment world. The association to our multidisciplinary approach to open to new perspectives of presenting and narrating research in the city.

Crisalide, un collectif de recherche interdisciplinaire – Crisalide, an interdisciplinary research collective

Le couple présence/absence apparaît comme un outil d’analyse inédit des dynamiques à l’œuvre dans les formes sociales et relationnelles des sociétés. C’est pourquoi notre projet se présente comme une opportunité pour construire une équipe de recherche autour des questions migratoires  aux entrées multiples : approche des sciences sociales, également du point de vue artistique, ce qui engagera les chercheurs dans une réflexion sur les formes de narration ethnographique.

More than a research subject, the study of presence/absence is a unique tool for analysing the dynamics at work in the social and relational forms of societies. Our project is an opportunity to build a research team around the questions of migration from different access points: the social sciences approach and equally the artistic viewpoint. The researchers will be engaged in looking at these access points in relation to different forms of ethnographic storytelling.

Continuer la lecture de Crisalide, un collectif de recherche interdisciplinaire – Crisalide, an interdisciplinary research collective