Tous les articles par Constance De Gourcy

Constance De Gourcy est maitresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille Université, chercheure au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie.

« En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Sit-in du 4 juillet 2018

Sit-in du 4 juillet 2018                          Crédit : Sofia Stimmatini

Dans ce mémoire, je me suis intéressée aux disparitions aux frontières des jeunes Tunisiens partis vers l’Italie en 2011. A ce moment en effet, les contrôles des garde-côtes s’étaient relâchés suite aux contestations débutées en décembre 2010, ce qui a permis à pas moins de 40 000 personnes de rejoindre les côtes italiennes[1]. Parmi eux, des centaines ont disparu, laissant leurs familles dans l’attente depuis désormais 8 ou 9 ans. Continuer la lecture de « En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Festival international de géographie, 30e édition – Migrations

Table ronde « Migrations en images » organisée par William Berthomière, géographe, Constance De Gourcy, sociologue, David Lessault, géographe (ESO, CNRS), animée par Taina Ternoven, journaliste indépendante.

Les expériences migratoires ont toujours trouvé dans l’art diverses formes d’expression. L’intensité du rapport au monde que suscitent les migrations et la mise en contact qu’elles enclenchent entre diverses sphères culturelles font des arts graphiques, de la photographie ou de la bande dessinée, voire de la musique ou la littérature, autant de médium pour faire exister des récits qui ne sauraient parfois se dire
autrement. Investies par des artistes-migrants et par des artistes inspirés par les migrations, les approches artistiques se sont également diffusées dans les recherches scientifiques, les revues, voire les rapports d’ONG, à travers de nouvelles méthodes d’enquêtes ou par des collaborations et des approches hybrides art-science.

Samedi 5 octobre 2019
↔ 13h30-15h / ESPACE GEORGES SADOUL,
Salle Yvan Goll – Saint Dié

Le programme ici

Quelques liens :

Le Libé des géographes : https://www.liberation.fr/Libedesgeographes2015,100559

France 3 Grand Est : https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/vosges/epinal/migrations-theme-central-30eme-edition-du-festival-international-geographie-saint-die-vosges-1730841.html

Nombreux articles et photographies de Vosges matin : https://www.vosgesmatin.fr/edition-de-saint-die/2019/10/05/photos-festival-international-de-geographie-le-deuxieme-jour-en-images

France Culture : Le temps du débat https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/comment-ameliorer-laccompagnement-des-mineurs-migrants

Télévision Locale du Val d’Argent (TLVA) : https://www.youtube.com/watch%3Fv=42KlequEqcw

Arté journal (lundi 7 octobre 2019 / 19 h 45) : https://www.arte.tv/fr/videos/092808-000-A/festival-de-geographie-le-pouvoir-des-cartes/

« Mobilités et migrations en Méditerranée. Vers une anthropologie de l’absence ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 144, 2018, Compte-rendu

Dans le compte-rendu qu’elle a effectué pour liens Socio, Sofia Stimmatini ne propose pas seulement un point de vue assez fidèle de la dernière livraison de la REMMM sur l’absence, elle met en lumière les liens qui unissent les différentes contributions par delà leur diversité. Ce faisant, elle souligne la capacité heuristique de cette “institution de l’absence” à renouveler les regards portés sur les faits migratoires.

” Ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée propose de réintroduire l’expérience temporelle de l’absence au centre de l’étude des phénomènes migratoires, permettant ainsi de penser la migration avec et à partir les sociétés de départ. En effet, les personnes qui se déplacent maintiennent des liens avec les membres du groupe d’appartenance afin d’éviter d’être considérées comme « étrangères » ou « disparues ». Une sociabilité à distance se développe alors, dans laquelle l’absent occupe un statut provisoire et labile, toujours susceptible de disparaître si les échanges s’interrompent. C’est en problématisant les perspectives ouvertes par le transnationalisme1 dans le champ des migrations internationales, et notamment celles de l’absence, que les articles recueillis dans ce volume sondent les différentes expériences de migration dans l’espace méditerranéen. Cette question est posée par les chercheurs à partir de leurs terrains respectifs, et explorée en suivant trois dimensions : la séparation, considérée comme « l’expérience fondatrice de la mise en mouvement » (p. 14), les politiques d’État, analysées dans leur travail de formalisation de l’absence, et l’action, mise à l’épreuve par l’entretien des liens entre membres géographiquement éloignés.

La séparation, première condition de la relation à distance, est dépassée par la force des liens et des sentiments qui lient ceux qui partent à ceux qui restent. Les membres du groupe de départ organisent la relation à distance en donnant à l’absent un rôle au sein de leur organisation sociale. Cependant, certains refusent cette place ainsi que l’obligation morale d’entretenir le lien. Ces trajectoires marginales sont abordées par Emmanuel Blanchard et Kamel Chachoua dans leurs articles. Le premier, en se penchant sur les archives du Service des affaires indigènes nord-africaines (Saina), analyse les demandes d’intervention que les familles kabyles adressaient au Saina durant les années 1930, à la recherche de leurs proches égarés en région parisienne. Il démontre ainsi que ces requêtes étaient souvent liées à des intérêts matériels ou à des flux financiers. L’article de Kamel Chachoua examine une archive orale et musicale kabyle des années 1940-1960 et explore le jih, l’égarement en immigration, depuis le point de vue des mères et épouses des imjahen2, ces hommes emportés par « l’air de l’émigration ». Les femmes restées en Kabylie, hantées par la figure redoutable de l’amjah, dont l’absence retentissait sur leur propre statut, pratiquaient alors le rite de l’« appel » (asiwel) afin de solliciter leur retour. L’auteur souligne que, de nos jours, ce rituel n’est plus célébré de la même manière, en partie parce que la représentation de l’émigration, qui peut être aujourd’hui souhaitée et désirée, s’est elle-même modifiée. À partir de l’étude des kabyles en France, ces deux articles démontrent combien le statut et la place de l’absent est fragile : ce dernier peut se transformer en « disparu » dès lors que la communication se dissout. Ainsi l’absence n’est plus seulement une conséquence géographique de la migration, mais aussi la forme manifeste de l’émancipation sociale et individuelle du groupe d’appartenance.

En analysant le phénomène migratoire du double point de vue de la société de départ et de la société d’installation, le transnationalisme offre également une perspective intéressante pour étudier les mutations de l’État. En effet, comme Constance De Gourcy l’écrit, « il devient possible d’analyser la formalisation de [la notion d’absence] par les biais des politiques d’États » (p. 19). Pour Malika Gouirir, le Maroc apparaît comme un observatoire privilégié de politiques publiques qui officialisent la place de l’absent en maintenant sa nationalité marocaine par le biais d’un statut juridique spécifique. Le « Marocain résident à l’étranger » (MRE) est un statut qui répond à la volonté étatique de consolider le lien indissoluble entre un individu et le Royaume, lien qui peut parfois être vécu comme une entrave par les concernés. L’auteure souligne toutefois les difficultés juridiques concrètes que pose cette double affiliation, notamment face aux questions d’héritage.

La mort à l’étranger est aussi une dimension abordée par ce volume. Le fait de mourir en migration pose en effet la question fondamentale de « savoir où se “place” l’absence » (p. 20). C’est dans ce cadre que s’inscrivent les articles d’Azzedine Kinzi et de Valérie Cuzol. Le premier étudie les rapatriements à Tounef (Kabylie) des dépouilles d’immigrés décédés à Saint-Étienne (France) et la deuxième analyse les pratiques funéraires des immigrés algériens, tunisiens et marocains à Chalon-sur-Saône (France). En examinant les trajectoires post-mortem des corps, les deux articles mettent en évidence le souhait majoritaire des immigrés d’être enterrés dans leur village d’origine. Les auteurs décrivent la manière dont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie facilitent le déplacement des dépouilles, dans le but politique de récupérer les citoyens éloignés, tout en allégeant la peine des familles. « La liberté de circulation des morts » comme enjeu politique se manifeste également dans l’article de Lisa Anteby-Yemini, qui décrit la gestion des défunts érythréens et soudanais en Israël. Elle montre comment le retour de ces corps dépend des relations diplomatiques qu’Israël entretient avec les deux pays. L’État érythréen maintient des relations diplomatiques avec Israël et les corps de ses ressortissants sont souvent rapatriés, d’autant plus que l’État a le souci d’entretenir un sentiment d’unité nationale. En revanche, aucune représentation soudanaise n’est présente sur le sol israélien, et les défunts sont donc enterrés dans des cimetières d’Israël. Ceci est clairement lié au fait que l’État soudanais considère les réfugiés comme des traîtres et n’a aucun intérêt à les rapatrier. Ainsi, nous voyons que la gestion de la mort en migration révèle des logiques politiques contrastées, qui témoignent de l’intérêt qu’un État porte – ou non – à ses ressortissants émigrés.

L’article de Laura Odasso nous révèle les manières dont les États interviennent dans la définition même de la « famille » des personnes qui sont loin de leur pays d’origine. L’auteure explore la manière dont les femmes ressortissantes du Maroc et du Liban, mariées à des Français et installées en France, sont soumises à des règles institutionnelles genrées. En effet, les femmes libanaises ne peuvent transmettre la nationalité à leurs enfants, tandis que les marocaines doivent fournir toute une série de documents qui ne sont pas exigées des hommes marocains mariés à une femme étrangère – comme par exemple l’acte de conversion. En étudiant les cas de ces deux pays, Laura Odasso met en lumière ces discriminations genrées dans la définition et la gestion étatique de la nationalité et de sa transmission, et montre que beaucoup des femmes sont ainsi amenées à distendre le lien avec leur pays d’origine, ce qui contribue à consolider l’absence.

Nous voyons donc que l’absence et la présence sont en partie fabriquées par les États, mais qu’elles peuvent également être souhaitées, désirées et aménagées par les acteurs eux-mêmes. Ce fait est illustré par le cas des Grecs restés en Égypte malgré l’incitation au départ de Gamal Abdel Nasser en 1960, décrit par Efychia Mylona. Grâce à leurs activités commerciales rentables, les migrants grecs ont en effet réussi à imposer leur présence, soulignant leur compétitivité marchande et taisant leur nationalité. L’aménagement de la présence et de l’absence est aussi l’angle d’analyse des deux dernières contributions, celle de Claire Demesmay, Sabine Russ-Sattar et Katrin Sold et celle de Leo Fourn, qui explorent la dimension émotionnelle de l’engagement à distance lors d’évènements politiques particuliers. La première traite des Tunisiens à l’étranger après 2011 et documente la présence d’une communauté diasporique émotionnelle postrévolutionnaire : la deuxième étudie les trajectoires des militants révolutionnaire syriens, dont l’engagement s’estompe au fur et à mesure que leur absence du pays d’origine se prolonge.

En suivant la perspective des travaux de Sayad (1999)3, ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée invite à (re)mettre le concept d’absence au centre des analyses des phénomènes migratoires, en « tenant compte de [sa] nature processuelle » (p. 22). L’approche pluridisciplinaire de l’ouvrage permet d’appréhender les notions d’absence et de mobilité humaine sous plusieurs angles. Tout d’abord, l’absent se redéfinit lui-même constamment en fonction de la posture choisie et de la temporalité. Ensuite, faire de l’absence « l’institution fondatrice de la relation à distance » permet de considérer les mouvements migratoires dans un même espace-temps sur deux scènes sociales, ici les deux rives de la Méditerranée. Enfin, la malléabilité du concept d’« absence » rend compte de l’expérience du manque de manière polymorphe, faisant ainsi surgir son caractère relationnel, ce qui se révèle être un prisme fécond par lequel analyser les phénomènes d’immigration et d’émigration.

Haut de page

Notes

1 Depuis une trentaine d’années, les chercheurs ont commencé à appréhender les phénomènes migratoires à partir de la capacité des personnes à organiser leurs déplacements et à entretenir des liens malgré la distance, et non plus seulement à partir du prisme des sociétés d’installation.

2 En Kabylie le terme utilisé pour nommer l’émigré « égaré » était celui d’amjah (pluriel imjahen).

3 Sayad Abdelmalek, La double absence, Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999.

Les morts en disent plus que les vivants : identifier les victimes des naufrages en Méditerranée


Depuis des années, l’actualité est ponctuée de naufrages tragiques, en Méditerranée. Cette mer est devenue un cimetière, mais un cimetière d’anonymes. En Italie, une femme cherche à connaître l’identité de chaque noyé. Cristina Cattaneo est médecin légiste à Milan. Elle a écrit un livre sur son travail, Naufragés sans visage. En France, il sortira en septembre 2019 chez Albin Michel. Franceline Beretti est allée à la rencontre de son équipe au service des morts.

Les morts en disent plus que les vivants. Grand reportage par Franceline Beretti – RFI

Sources
RFI grand reportage

mardi 19 mars 2019

Profils sociologiques des émigrés

Migration et absence

La Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée consacre sa dernière livraison aux mobilités et migrations dans la mer commune autour d’une « anthropologie de l’absence ». Émigrer et s’absenter – parfois définitivement – faire l’épreuve de l’absence dans l’angle mort des politiques d’État, activer l’absence comme une ressource à distance vers sa famille ou sa communauté d’origine, tous les cas de figure sont au sommaire. L’ethnomusicologue Eckehard Pistrick étudie la dialectique du son et du silence dans la perception des émigrés albanais. L’environnement sonore du pays constitue une mémoire fragile mais entêtante – les sonnailles des brebis, les sons des ensembles de clarinettes qui accompagnent les fêtes, le murmure d’une rivière… Rétrospectifs et prospectifs à la fois, ils ont « la capacité de négocier entre plusieurs spatialités et plusieurs temporalités ». Quitte à se confronter douloureusement aux remugles de la grande ville de l’exil. Il arrive aussi que, dans un accès de nostalgie – le mal du pays – la silencieuse « phonosphère de la mort » se rappelle crûment à l’émigrant, ravivant le sentiment que sa fuite en avant s’apparente à une disparition temporaire.

Pour en savoir plus

Par Jacques Munier France Culture 29 janvier 2019
LE JOURNAL DES IDÉES


A lire aussi 

Mobilités et migrations en Méditerranée : Vers une anthropologie de l’absence ?

L’association des termes mobilité et absence qui constituent le cœur de ce dossier suggère un parti pris : celui de penser l’immigration avec et à partir des sociétés de départ afin de ne pas considérer cet intervalle temporel uniquement du point de vue du lieu de la présence mais aussi avec celui de l’absence. C’est en effet cette temporalité effacée et ignorée par la science de l’immigration qu’il convient de réintroduire pour comprendre autrement les expériences plurielles de la mobilité et les interroger à l’aune des transformations induites par le transnationalisme.

Les contributions rassemblées dans ce numéro problématisent les perspectives ouvertes par ce paradigme et explorent des pistes de recherche inédites dont certaines sont mises à l’épreuve des contextes sociaux apparus depuis les révoltes dans le monde arabe. En posant comme hypothèse la nécessité de sonder la densité de l’expérience relationnelle que l’absence révèle ou dont elle est l’indicateur, les auteurs ont relevé le défi de montrer que l’absence n’est pas seulement le contraire de la présence, comme pourrait le laisser penser le remplacement de la « double absence » par la « double présence », mais une autre expérience du social au cœur de laquelle résident les effets de la distance et de la séparation. En réunissant onze contributions de spécialistes, ce dossier entend ainsi contribuer au renouvellement des recherches sur les questions migratoires en faisant de l’absence un poste d’observation inédit des transformations à l’œuvre dans le monde méditerranéen.

Table des matières

Quel côté de l’Absence ?

Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où enterrer les morts ? Présente aux uns, absente aux autres, la sépulture devient un lieu d’ancrage dans le désordre de la migration. Pourtant, même si les choix funéraires cherchent à maintenir des continuités, ils semblent davantage produire des ruptures et de l’impermanence.
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse, plus qu’il ne montre, la complexité de la mort dans un parcours migratoire. Dans la réciprocité de leur dialogue, entre sciences sociales et photographie, Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux cherchent à traduire des paroles rares sur un sujet délicat et laissent entrevoir avec pudeur la vulnérabilité de ceux qui les prononcent. Avec les mots du doute et du paradoxe, l’intime côtoie le politique, et questionne les appartenances et les frontières dans leur sens le plus large.
Un film de Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux

Méditerranée : genre, violence et dépassement

Guerres, conflits et migrations bouleversent l’organisation des sociétés, questionnent notre rapport à l’autre, qu’il soit proche ou lointain. Vies et parcours brisés imposent la recherche de nouvelles stratégies de survie, de nouvelles voies de dépassement. À partir du film Panoptic (2017) de la réalisatrice libanaise Rana Eid (née en 1976, enfant de la guerre), cette journée d’étude publique animée par des universitaires et des artistes méditerranéens s’organise autour de quatre séquences du film, ouvrant la réflexion sur les violences de genre créées ou renforcées dans ces contextes. Avec la participation de Rana Eid.

Projection de Panoptic au cinéma César, Marseille, le 10 octobre à 18h.

Co-organisé par : Mucem, GenderMed (MMSH, AMU/CNRS), Films Femmes Méditerranée.

PROGRAMME

9h30
Ouverture de la Journée
Yolande Padilla (Mucem, Coopération Internationale en recherche, formation et enseignement) et Randi Deguilhem (CNRS, Directrice de recherche, TELEMMe-MMSH/AMU, responsable GenderMed)

10h00
Silence et prise de parole : récit de la résistance à une guerre phallocentrique
Roa’a Gharaibeh (Centre Émile Durkheim, chercheure, Université de Bordeaux)

11h15
La guerre aux entrailles : réflexions sur l’oubli et l’amnistie
Jocelyne Dakhlia (EHESS, Directrice d’Études, Centre de Recherche Historique, Paris)

12h15
Surveiller les ténèbres
Rana Eid (réalisatrice du film, Panoptic, Sound Designers, DB Studios, Beyrouth)

13h15 Pause

14h45
La séparation ou l’ambivalence de l’absence/présence
Mohamed Kerrou (professeur de sciences politiques à l’université centrale, Tunis)

15h45
L’absence entre souvenirs communs et souvenirs partagés
Constance de Gourcy (AMU, maîtresse de conférences, LAMES-MMSH)

16h30
Table-Ronde
animée par Mathilde Rouxel (Université Paris 3-Sorbonne, IRCAV, Études cinématographiques, Arts et Medias) avec Jocelyne Dakhlia, Rana Eid, Roa’a Gharaibeh, Mohamed Kerrou

17h30
Clôture de la journée

Tarif Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org
LieuI2MP
Horaires Vendredi 12 octobre de 9h30 à 17h30

Migrations, circulations, mobilités Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

 

Vient de paraitre aux Presses Universitaires de Provence dans la collection “Sociétés Contemporaines” un ouvrage qui fait le point sur les catégories de mobilité, migration.

Titre :

Migrations, circulations, mobilités

Nouveaux enjeux épistémologiques et conceptuels à l’épreuve du terrain

Les auteurs sont :
Nathalie Ortar, Monika Salzbrunn & Mathis Stock, dir.
Date de parution: 2018 trimestre 3

Résumé : Au cours de la dernière décennie, l’usage du terme mobilité, porté par le mobility turn, s’est progressivement substitué à migration dans la sphère politique et dans la recherche sans que ce glissement conceptuel n’ait réellement fait l’objet d’un questionnement approfondi. Ont ainsi été intégrées au sein d’un même corpus analytique toutes les formes de déplacement physique des personnes, les mobilités imaginaires, virtuelles et de communication comme celles des objets. L’ouvrage les interroge dans une perspective pluridisciplinaire en proposant une réflexion épistémologique autour des termes « mobilité » et « migration » et de leurs relations afin d’interroger les présupposés des mobilities studies. Articulé en trois parties destinées à explorer les liens, porosités et impermanences de ces concepts, il porte sur la production des catégories par le politique et l’administration, les représentations de la migration et de la mobilité, et les reconfigurations apportées par les nouvelles technologies aux frontières entre mobilité et migration.
Table des matières

Écrire à l’absent.e France Culture La compagnie des auteurs

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu)

Albert Camus (en 1946) et Maria Casarès (1951, dans la pièce Le Diable et le bon Dieu) Crédits : Cecil Beaton / Condé Nast et REPORTERS ASSOCIES / Gamma Rapho – Getty – Sources France Culture

Comment écrire à l’absent.e ? Que peut-on écrire ? peut-on tout écrire ? Passionnées, érotiques ou tendres, extravagantes ou terre à terre… La Compagnie des auteurs explore cette semaine du 25 juin au 28 juin 2018 des correspondances amoureuses aux multiples facettes.

à écouter, podcaster

Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

Tijuana San Diego border deaths © Revue Diasporas

Tomas Castelazo, Memorial coffins on the US-Mexico barrier for those killed crossing the border fence in Tijuanan Mexico. CC B-SA 2.5

En choisissant de consacrer son dernier numéro thématique à la place de la mort dans les expériences migratoires aux époques moderne et contemporaine, la revue “Diasporas” a cherché à rendre à la mort la place qui lui revient dans l’histoire des migrations, et par là même à penser à nouveaux frais à la fois l’humanité même des parcours migratoires, et l’ensemble des constructions contingentes (à la fois juridiques, politiques et économiques) qui situent les phénomènes de mobilités dans leurs différents environnements. Ce séminaire propose à quatre chercheurs venus de différentes disciplines (historiens, sociologues et anthropologues) de prolonger cette réflexion en discutant ensemble, et avec le public, de la présence comme de l’image de la mort en migration – une thématique à laquelle le drame des migrants en Méditerranée confère bien sûr une brûlante actualité ainsi qu’un évident enjeu citoyen. Continuer la lecture de Mourir Ailleurs : revue Diasporas n°30

“Migration, genre et absence”. Rencontre avec la réalisatrice Lidia Leber Terki et Constance De Gourcy

Comme chaque année, le collectif Crisalide s’associe avec le festival de cinéma  de Rousset pour traiter de l’absence. Cette année, c’est le film de la réalisatrice Lidia Leber Terki “Paris la Blanche” qui a été choisi, film dont nous avions déjà parlé dans ce carnet. Il s’agit donc du troisième volet d’une programmation ouverte au grand public qui a pour vocation de faire résonner Recherche et œuvres cinématographiques de fiction autour de ces questions.

Synopsis : Sans nouvelles de son mari parti travailler en France dans les années soixante-dix, Rekia, quitte le village de Kabylie où elle vit. Elle traverse l’Algérie, la France et les banlieues parisiennes pour ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver dans un foyer d’anciens travailleurs immigrés à la retraite a changé. Son héros, l’ancien combattant des maquis, celui qui était revenu au village pour la dernière fois il y a quatre ans, est devenu un étranger.

Pour en savoir plus : http://www.filmsdelta.com/crbst_104.html

Cette séance aura lieu le dimanche 25 mars à 14h (salle Emilien Ventre de Rousset).

 

Journée internationale des droits des femmes 2018 – ATMF

Journée internationale des droits des femmes 2018, L’ATMF et son Réseau Femmes vous convient à une rencontre autour des
Dynamiques des luttes des femmes. Il y sera notamment question de l’absence.

A partir d’extraits du film Paris La Blanche de la réalisatrice, Lidia Terki, C. De Gourcy, mettra en évidence les différentes formes de résistance qui émanent de l’absence. Loin de se réduite à une posture d’attente, l’absence est propice au développement de nouvelles luttes contre l’oubli et contre l’isolement.

Lieu : Aix-en-Provence AFFICHE JOURNEE FEMMES PDFF_2018