L’impensé de l’absence. (En)quête sur le lien social à distance

Issu d’un mémoire d’habilitation à diriger des recherches, cet ouvrage court mais dense propose de combler un manque dans la littérature sociologique francophone. En effet, depuis les travaux fondateurs du sociologue Abdelmalek Sayad, le terme d’absence a déserté la recherche à l’exception des ouvrages s’inscrivant dans le champ de la maternité transnationale. Ce constat est d’autant plus paradoxal qu’il existe dans l’espace académique anglophone une anthropologie et une géographie de l’absence actuellement en plein essor.

L’ouvrage prend appui sur la formation de ce silence car il fait surgir un impensé autour de la difficulté à traiter d’un objet dont l’évidence ne s’impose plus en sociologie. Pour mener à bien cette (en)quête de sens, ce livre s’appuie sur une lecture approfondie des principaux travaux fondateurs de la discipline, classiques et contemporains, afin d’y trouver des pistes possibles permettant de retracer une histoire de l’émergence de l’absence comme objet de connaissance tout en explorant ses multiples ramifications dans le temps et l’espace. Cet objectif se double d’un enjeu plus global qui consiste à montrer que la notion n’a pas seulement une portée descriptive dans notre monde en mouvement. Ce qui est institué dans l’absence permet de voir quelles sont les multiples résistances opposées aux logiques de transformations structurelles du monde et aux inégalités d’accès à la mobilité.



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2024, 17 mars). L’impensé de l’absence. (En)quête sur le lien social à distance. CRISALIDE. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w15f