Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

Journée des Jeunes Chercheurs de  l’Institut de Géographie – Septembre 2021

Argumentaire

Les « blancs de la carte » au XVIIIème siècle, synonymes d’absence de connaissances sur des territoires entiers, jouaient un rôle moteur dans l’exploration et la production de savoirs géographiques.  Aujourd’hui, l’absence elle-même comme sujet en géographie  apparaît comme un « blanc », car si l’étymologie latine du terme, absens, nominatif de abesso « être loin », atteste de sa dimension intrinsèquement spatiale, ce concept a surtout été investi par l’histoire et la philosophie. La géographie, « science du concret » attachée à la matérialité et la représentation de l’espace, a longtemps eu du mal à s’emparer d’une réalité définie par sa difficulté à être saisie.

En réponse à ces inconnues, des courants de la géographie culturelle anglo-saxonne et francophone se sont réappropriés des objets peu étudiés parce qu’intangibles ou peu visibles.  Ainsi les numéros de Cultural Geography (2013, 2008), Space and Culture (2001) et Géographie et cultures (2018a, 2018b et 2020) attestent d’un regain d’intérêt pour les réflexions sur l’absence et ses objets. Cette géographie culturelle tend à démontrer que l’absence ne peut être assimilée au néant car elle possède une dimension matérielle, relationnelle et sociale, vectrice de nouvelles analyses utiles à la compréhension de la structure de l’espace. Aborder l’absence comme sujet et en définir les acteurs et les producteurs  (Meier, Frers et Sigvasdotter, 2013), est donc ce qui la distingue définitivement du vide, de ce qui n’a pas de réalité. L’absence est donc à penser de manière relationnelle, en lien avec des réalités sociales, politiques et spatiales.

D’un point de vue épistémologique, ce travail sur l’absence est la capacité à étudier des phénomènes qui ne laissent pas nécessairement de traces explicites dans l’espace, mais qui se manifestent par d’autres indices. Par ailleurs, se saisir de cet objet permet aussi de renouveler des thématiques anciennes de la géographie. Un concept tel que celui de la « double absence » d’A. Sayad (1999) permet par exemple d’intégrer l’absence comme un élément central, et donc concret, de la migration.

De même, l’absence peut être envisagée comme moteur de la recherche. La concevoir, c’est se confronter à la question des choix d’approches et d’objets d’études, c’est envisager, par exemple, la concentration des études sur certains espaces ou thématiques au détriment d’autres objets (Robic, 2006). Si tous les sujets ne peuvent être abordés, toutes les approches ne bénéficient pas de la même attractivité, ni de la même valorisation par l’ensemble des acteurs de la connaissance scientifique. Quelle est la place du retour réflexif sur ce qu’on laisse de côté ? Et comment celui-ci peut permettre une évolution des horizons géographiques ? Ce sont autant de questions qui s’imposent dans une approche de l’absence en géographie. Dans ce sens, la pensée de l’absence renvoie aussi aux réflexions quant à la capacité et à la légitimité des géographes à investir des champs de recherche qui sont davantage explorés par d’autres disciplines scientifiques.

Le rôle d’une géographie qui s’intéresse à l’absence est alors d’éclairer et les visibles, et les invisibles, dans leurs interrelations et leurs manifestations spatiales. De plus, il s’agit ici  de s’interroger sur les présences et absences de la géographie et des géographes dans les débats de société. Cet appel à communication tient donc à mettre en valeur ce type d’approches encore trop rares et peu valorisées, tout en cherchant à comprendre ce que ces absences révèlent sur nos pratiques de recherche.

 

 Axes de réflexions

Les espaces vécus de l’absence et des absents

Dans le cadre de cette journée, nous souhaitons donner voix aux travaux qui mettent au cœur de leurs réflexions l’absence et les absents en s’attachant à montrer ce qui les lie à la société et à l’espace. Selon D. De Lyser (2014), la géographie culturelle aborde ces espaces selon quatre axes : la géographie des fantômes et de la spectralité ;  celle des morts et des disparus (plus largement celle des corps absents tels que les prisonniers et les internés) ; la géographie des objets disparus et enfin le traitement des paysages de l’abandon et de la dégradation. L’ensemble des recherches mettant en avant les formes spatiales provoquées par l’absence telles que les cimetières, les salles de visite des prisons, ou encore les monuments aux morts (Meier, Frers et Sigvardsdotter, 2013 ; Ginn, 2013 ; Moran & Disney, 2018), s’inscrivent particulièrement dans les thématiques de cette journée. En effet, cette géographie des lieux en marge met en avant des espaces vécus auxquels est attribuée une puissante charge idéelle. Une passerelle avec une géographie des représentations peut donc être envisagée, ce qui nous conduit à questionner les marques de l’absence et leur influence sur les manières d’appréhender l’espace. 

Cette convocation de l’invisible, à l’inverse de l’oubli, lui donne une présence à travers des pratiques sociales et matérielles (Meyer, 2012). Le champ de la géographie, par une approche des lieux, trouble la définition dichotomique qui distingue l’absence de la présence, et permet de poursuivre le travail perpétuel de définition et de compréhension du concept d’espace social. Le ruban de Möebius illustre parfaitement ce rapport entre espace social et espace vécu, qui est un rapport continu dans le temps mais marqué par des contacts ponctuels dans la sphère matérielle.

La mémoire joue un rôle majeur dans l’existence de ces points de contact. Ce concept a été largement investi par la géographie, notamment avec le renouvellement dans les années 1990 des études sur l’articulation entre lieux et mémoires (Chevalier et Hertzog, 2018). En examinant à nouveau le rôle de l’espace dans la construction des identités mémorielles, V. Veschambre (2008) a démontré combien la mémoire, plus ou moins visible et lisible, d’un passé réactivé, nié ou instrumentalisé, ne se conçoit qu’en lien avec des stratégies d’acteurs diversifiés.

Que peut apporter le concept de l’absence à cette géographie de la mémoire ? La spatialisation de l’absence peut-elle se faire en dehors de ces lieux véhiculant la mémoire ? L’absence peut-elle aussi convoquer les possibles du futur ? sont autant de questions à soulever.

 

 

 

Les territoires conçus de l’absence

Si les recherches sur les « blancs de la carte » ont illustré combien l’absence d’informations a pu être le moteur d’avancées scientifiques et cartographiques, elles ont aussi démontré que l’absence d’informations représentées a pu justifier les velléités de conquête et de contrôle des puissances coloniales (Laboulais, 2004). Par exemple, selon P.J. Stickler (1990), l’absence de représentation des quartiers noirs sur les cartes des villes sud-africaines participent de l’exercice du pouvoir par le régime de l’Apartheid. Ainsi, l’absence apparaît-elle également comme un instrument permettant l’appropriation et l’exercice d’une domination sur certains espaces. Elle est en cela un concept fécond dont se saisit la géographie politique qui s’intéresse, entre autres, aux processus de territorialisation du pouvoir.

Cela étant, l’absence en tant que stratégie n’est pas l’apanage des entreprises de domination : si l’on peut subir l’absence, elle peut faire l’objet d’un choix. L’absence dans l’espace public pris au sens d’Habermas peut autant relever d’un refus d’y participer que d’une volonté d’y intervenir ponctuellement. Ainsi, la question de la clandestinité, tant des sans-papiers (Sigvarsdotter, 2012) que de groupes musicaux prônant des idéologies politiques en marge (Beauguitte et Pecout, 2019), témoigne de cette agencéité à apparaître ou non dans le temps et l’espace.

Questionner les phénomènes de territorialisation par l’absence, sans s’attacher à une échelle spécifique, problématise les processus de production de l’espace : comment l’analyse des territoires oubliés et délaissés s’expliquent par les choix d’aménagement aux échelles locale et nationale ? Comment les structurations de l’espace mondial mettent en évidence les disparités économiques et la marginalisation de certains territoires dans les dynamiques de mondialisation ? Existe-t-il des espaces exempts de rapports de pouvoir et de logiques territoriales ?  

 

L’absence et ses méthodologies

L’absence est ainsi un concept transversal entre différents champs de la géographie, permettant d’apporter un regard complémentaire à une multitude de réflexions scientifiques, qu’elles soient anciennes ou récentes. Au-delà du concept, l’absence est  aussi une réalité méthodologique pour bon nombre de travaux.

Ce questionnement sur la dialectique entre absence et méthode est multiple. D’abord, se pose la question des méthodologies les plus adaptées à l’étude et à la théorisation de l’absence. En effet, la dimension très empirique du concept d’absence a poussé de nombreux chercheurs à développer des approches créatives et originales mais souvent jugées comme peu rigoureuses. Dès lors, D. De Lyser (2014) réaffirme la nécessité d’opérer un travail de formalisation des méthodologies de recherche pour travailler sur l’absence. Notre réflexion nous amène donc à nous poser deux questions : Quels sont les défis méthodologiques posés par les travaux sur l’absence ou sur la prospective ? Dans un contexte d’exigence à l’innovation méthodologique, quel peut être l’intérêt de recourir aux méthodes « classiques » des sciences sociales pour étudier un nouveau type d’objet ?

 

De même, nous tenons aussi à intégrer des travaux qui relèvent des défis méthodologiques face à une absence de données, de terrains, ou d’observations directes possibles. Si le volume croissant de données disponibles rend les inconnues territoriales moins visibles, ces données ne sont pas toujours accessibles ou mobilisables aisément, de la même manière que tous les terrains ne sont pas toujours à portée, matériels ou existant à l’époque de l’analyse. Les stratégies pour pouvoir mener ses recherches face à un manque d’accès aux données ou à des objets d’étude absents peuvent prendre différentes formes : la modélisation comme une « alternative au terrain » (Cura, Gravier, Nahassia, 2017), l’expérimentation de réalisation de terrain à distance ou encore le développement de méthodologies plus sensibles et participatives. Jusqu’où ces stratégies peuvent-elles répondre aux besoins de la connaissance scientifique ? Que faire en cas d’échec ou d’absence de résultats suffisants pour répondre au problème posé ? sont des entrées que nous souhaiterions aborder lors de cette journée d’étude.

Aborder l’absence nécessite enfin d’engager une réflexion sur ce que signifie représenter et sur les choix de représentation. Cela implique d’interroger ce qu’un visuel, cartographique ou non, met en valeur et sur ce qu’il occulte, mais aussi sur ce que le chercheur peut déontologiquement publier. En effet, les représentations sont des  « créations sociales ou individuelles de schémas pertinents du réel » (in André et al., 1989, p. 4) qui s’affranchissent de la réalité au profit d’une sélection d’informations dans la perspective d’une action (Guérin et Gumuchian, 1985). Ne pas représenter peut donc être un choix visant un objectif précis, de la même manière que la surreprésentation est un indice sur la priorisation de certains terrains de recherche et/ou thématiques. Comment dès lors se situer dans ces choix de représentation ?

 

Les géographes, les grands absents ?

Pour finir, après l’absence comme objet d’études ou méthode, nous proposons également de réfléchir à l’absence de la géographie dans le débat public et politique. Comme le souligne Yves Lacoste dans l’édition augmentée de son essai « La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre », l’influence vidalienne a contribué à faire apparaître la géographie (française) comme une discipline apolitique, à l’écart des sciences sociales et cantonnée à l’étude des « faits physiques ». Cette approche a longtemps empêché l’essor de débats épistémologiques sur les concepts géographiques et plus largement sur son rôle dans la société. Cela s’illustre notamment par un désaveu de la géographie comme discipline scolaire malgré un intérêt croissant des étudiants pour les questions géopolitiques – dont se sont emparés l’histoire, la sociologie ou encore l’économie. Les crises récentes, parmi lesquelles la crise environnementale (Chartier & Rodary, 2016), les « Gilets Jaunes » (Depraz, 2019) ou le Covid-19 ont néanmoins vu un retour en grâce de la géographie et des géographes dans les débats publics. Tout ceci ouvre de nouvelles pistes de réflexion sur le rôle politique inhérent à la discipline. Ainsi, cette journée d’études accueillera-t-elle avec grand intérêt des réflexions sur la place (renouvelée) de la géographie dans l’analyse des crises récentes ou encore dans les programmes scolaires.

 

 

 

 

Organisation de la journée

Ouverture de l’appel à communication : 15 mars 2021

Afin de valoriser la participation de chacun.e.s nous proposons divers types de modes de participations : communication orale ou poster

Réception des propositions (2500-3000 signes espaces compris) jusqu’au 15 mai 2021 à : representantsdoctorants.ed434@gmail.com

Retour aux participant.e.s vers le 30 Juin 2021

Tenue de la journée d’études : fin septembre 2021 à l’Institut de Géographie

Nous espérons évidemment tenir cette journée en présentiel mais nous adapterons à la situation sanitaire pour ne pas être absents de la production scientifique.

 

Bibliographie

André Yves, Bailly Antoine, Ferras Robert., Guérin Jean-Paul. et Gumuchian Hervé. 1989. Représenter l’espace. L’imaginaire spatial à l’école, Paris, Economica, 227 p

Barthe-Deloizy Francine, Bonte Marie, Fournier Zara et Tadié Jérôme. 2018. « Géographie des fantômes », Géographie et cultures, n° 106, p. 5‑15.

Beauguitte Laurent, Pecout Hugues. Analyse relationnelle d’une scène musicale extrême, le Darah & Maruah movement (Malaisie, Singapour). Cinquième rencontre Réseaux et histoire, Oct 2019, Rennes, France. ffhalshs-02360137

Chartier Denis et Rodary Estienne. 2016. Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie, politique. Presses de Sciences Po, « Académique », 2016, 440 pages.

Chevalier Dominique et Hertzog Anne. 2018. « Introduction », Géographie et cultures, n° 105, p. 5‑10.

DeLyser, Dydia. 2014. « Tracing absence: enduring methods, empirical research and a quest for the first neon sign in the USA », Area, vol. 46, n° 1, p. 40‑49.

Depraz Samuel. 2019.  » La géographie est-elle une science engagée ? Fracture(s) territoriale(s) et gilets jaunes ». Historiens & Géographes, n°446, p. 25-29

Ginn Franklin. 2014. « Death, absence and afterlife in the garden », cultural geographies, vol. 21, n° 2, p. 229‑245.

Guérin Jean-Paul et Gumuchian Hervé (dir.). 1985. Les représentations en actes, Grenoble, Institut de Géographie Alpine, 352 p

Laboulais Isabelle (dir.). 2004. Combler les blancs de la carte : Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xviie-xxe siècle), Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 314p.

Lacoste Yves. 2014. La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre. Édition augmentée. La Découverte, 254p.

Le Lay Yves-François, « Représentation », notion à la une de Géoconfluences, janvier 2016. URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/notion-a-la-une-representation

Madder Jo Frances et Adey Peter, 2008 « Spectro-Geographies », in Cultural geographies, London : Arnold, p. 291-402

Meier Lars, Frers Lars et Sigvardsdotter Erika. 2013. « The importance of absence in the present: practices of remembrance and the contestation of absences », cultural geographies, vol. 20, n° 4, p. 423‑430.

Morgan Meyer. 2012. Placing and tracing absence: A material culture of the immaterial. Journal of Material Culture, SAGE Publications (UK and US), vol.17, n°1, p.103 – 110.

Moran Dominique et Disney Tom. 2019. « ‘It’s a horrible, horrible feeling’: ghosting and the layered geographies of absent–presence in the prison visiting room », Social & Cultural Geography, vol. 20, n° 5, p. 692‑709.

Robic Marie-Claire (dir.). 2006. Couvrir le monde – Un grand XXe siècle de géographie française, ADPF, 229p.

Sayad Abdelmalek, La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999, 448p.

Shields Rob. 1992. « A Truant Proximity: Presence and Absence in the Space of Modernity », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 10, n° 2, p. 181‑198.

Surun Isabelle, Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xvii-xx siècle), Presses Universitaires de Strasbourg, 2004,

Sigvardsdotter Erika. 2012. « Presenting absent bodies: undocumented persons coping and resisting in Sweden », cultural geographies, vol. 20, n° 4, p. 523‑539.

Stickler P.J. 1990. « Invisible towns : A Case Study in the Cartography of South Africa », GéoJournal, vol. 22, n° 3, p. 329‑333.

Varnier Camille. 2019. « Introduction », Géographie et cultures, n° 110, p. 5‑11.