« PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE –

Hélène Jagot

Partir de chez-soi. Gérer l’absence. Y revenir.
Une trilogie sans cesse convoquée, que l’on travaille au coin de la rue ou que l’on fasse le tour du monde.
Ce qu’on emporte. Ce qu’on laisse. Ce qu’on rapporte.
Tenter de ne rien oublier.
Faire des listes. Programmer des alertes informatiques. Se laisser un post-it.
Des tâches que l’on répète inlassablement, que l’on a tellement automatisées que l’on ne se rappelle parfois plus si on les a menées à leur terme. La mémoire est joueuse, le temps devient élastique dans ces moments entre deux états : partir, revenir. Entre : un déplacement, un voyage, une errance – des êtres toujours en mouvement.

Hortense Soichet, photographe, et Benjamin Pradel, sociologue, se sont intéressés aux lieux que nous laissons derrière nous quand nous fermons leur porte pour aller vers d’autres, à ce que l’on qualifie de « chez-soi », de « lieu de vie », ou tout simplement de « maison », en s’interrogeant sur ce que notre absence produit sur eux, sur la manière dont nous gérons le vide créé par nos mobilités toujours renouvelées – travail, loisirs, voyages –, sur les stratégies mises en place pour y rester présents sans pourtant y demeurer physiquement.
Né d’une collaboration inédite entre le Forum Vies Mobiles et Leroy Merlin Source, deux instituts de recherche aux préoccupations complémentaires – se déplacer, habiter –, le travail de Benjamin Pradel et Hortense Soichet a débuté fin 2017-début 2018 lorsque les travaux de sociologie du premier sur les espaces intermédiaires que sont les garages ont croisé ceux de la seconde sur le logement et les manières d’habiter. L’idée de réunir les deux instituts a alors permis de mixer les problématiques de la mobilité à celles de l’habitat en interrogeant cet entre-deux que sont les lieux vidés de leurs habitants.

Pour ce faire, Benjamin Pradel et Hortense Soichet ont réalisé conjointement 18 enquêtes auprès d’un échantillon de personnes très diverses. Le premier a mené les interviews selon une grille sociologique définie en amont, tandis que la seconde a élaboré une grille de prises de vues photographiques. Avant chaque entretien, elle a contacté les habitants pour les amener à préparer les objets en lien avec leur absence : clefs, alarmes, sacs de voyage, produits de première nécessité, documents officiels, plantes vertes à arroser, cartes postales, to-do lists, téléphones et ordinateurs portables, doudous et fétiches… L’enjeu photographique consistant à matérialiser l’absence des habitants, sans les photographier eux-mêmes, les objets deviennent nécessairement la projection, sous forme de kaléidoscope ou de cadavre exquis, de celle ou de celui qui les possède. Du reste, par les choix qu’ils opèrent, les habitants révèlent ce qu’ils souhaitent dévoiler de leur intérieur, la manière dont ils désirent être perçus par la photographe, le sociologue, peut-être même le public qui verra les images. Tout est affaire de regard et de projection. Ce que l’on associe à ces lieux qui cessent d’être des « lieux de vie » sitôt vides, sans paradoxalement perdre leur côté vivant, révélant en creux l’absence de leurs habitants.

Hortense Soichet se fit alors enquêtrice de terrain, enregistrant avec la minutie d’un détective les preuves de la gestion de l’absence. Les cadrages sont volontairement tronqués ; le puissant flash éblouit les surfaces lisses ; les moindres détails sont enregistrés, consignés par la photographe. L’absence des habitants vient corroborer l’impression de contempler une scène de crime. Les amoncellements d’objets témoignent alors tantôt de la fantaisie d’un voyageur, tantôt de l’obsession d’un maniaque du rangement ; les placards vides et les valises pleines marquent les départs au long cours ; les magnets sur les frigos, les cartes postales étalées sur une table et les petits mots collés sur les portes attestent des échanges entre les habitants. Des tempéraments, des histoires de vie, des désirs d’ailleurs se dessinent dans ces natures mortes contemporaines. Le travail y côtoie l’intimité familiale, les souvenirs de vacances s’anonymisent, les objets connectés prennent possession du territoire, les autres attendent le retour de leurs propriétaires.

Mené sur trois ans, ce travail d’enquête a pris des formes assez variées, du rapport de recherche aux portfolios photographiques, avec comme exigence de ne pas rendre illustratif le travail de l’autre en tirant au maximum profit de la complémentarité des approches sociologique et photographique.
L’idée de boucler leur recherche par la recréation d’idéaux-types de maisons, conçus à partir du corpus de lieux de vie pour mieux lire les différents rapports entretenus par l’absence au domicile, leur permet d’aller encore plus loin dans le croisement de leurs expériences. En évitant l’écueil d’une approche monographique par habitant/maison, puisque chaque entretien/prise de vue photographique se retrouve dispersé au sein de plusieurs idéaux-types, ils exemplarisent leurs données et leur confèrent une dimension universelle à même d’impliquer tout lecteur du projet qui y retrouvera nécessairement des bribes de son rapport personnel et singulier à l’absence au domicile, à la manière d’habiter et à la mobilité.

Ils ont identifié sept idéaux-types de « maisons », fondés sur les grandes lignes de force que les habitants ont rendu saillants dans leurs discours sur leur gestion de l’absence.
Tout d’abord, la « maison de l’ailleurs », remplie d’objets-souvenirs qui rappellent à leurs habitants qu’ils se ressourcent ici pour repartir là-bas, diamétralement différente de la « maison mobile » qui s’invente au fur et à mesure des mobilités ; une maison sur son dos que l’on emporte partout mais qui ne peut véritablement revendiquer le titre de « chez-soi ». Du luxueux camping-car au baluchon de voyage, cette « maison mobile » dénote le goût d’une vie en mouvement, parfois vécue à trop vive allure. Elle côtoie de près la « maison travail » où la frontière entre vie privée et vie professionnelle s’efface. Une fluidité parfois bienvenue, parfois aliénante. Quant à la « maison autonome », elle est un peu la version connectée de la maison en pierre du conte des Trois Petits Cochons : moderne, réactive, protectrice, elle sécurise ses habitants par son rôle d’intendante ou de gardienne. Parfois pourtant, les machines abandonnent leur poste, prennent des initiatives malheureuses ou manquent à leur devoir, alors elles déçoivent, chagrinent et angoissent – elles qui ne sont pourtant guère sentimentales. La « maison refuge » est celle que nous désirons tous. Un endroit où se poser loin des bruits du monde, du rythme effréné de nos vies mobiles et connectées. Une maison pour les amis, la famille et la solitude. Une maison de vacances que l’on retrouverait tous les soirs. Tout le contraire de la « maison pivot », rendue tellement impersonnelle à force de servir à tout le monde, mais qui, parfois, parvient tout de même à devenir une « maison manifeste », celle que l’on construit à plusieurs, avec l’engagement de donner vie à un projet.
Tous ces lieux de vie coexistent bien souvent en chacune de nos « maisons » sans que l’on prenne conscience du passage de l’une à l’autre des identités. Décrypteurs de nos vies mobiles, Benjamin Pradel et Hortense Soichet ouvrent avec cette étude une porte sur les imaginaires associés à nos idéaux de vie, tiraillés entre l’ici et l’ailleurs.

Source : ici



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2021, 9 janvier). « PARTIR-REVENIR » LA GESTION DE L’ABSENCE AU DOMICILE – CRISALIDE. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndy4