Parcours de femmes algeriennes dans l’absence

Par Lena Haziza

Dans ce mémoire[1] je me suis intéressée aux familles transnationales algériennes. Plutôt que de regarder les migrations depuis la nouvelle société d’installation, je me suis tournée vers l’expérience des femmes restées dans le pays de départ, l’Algérie.

Le choix de se concentrer sur les femmes provient du postulat qu’elles peuvent connaître des expériences de vie singulières. Par les spécificités qu’on leur octroie du fait de leur genre, sans qu’elles soient réelles, elles peuvent le devenir dans leur vécu.

Qu’en-est-il de leurs trajectoires[2] de vie suite de la dispersion de leur famille à l’étranger ? Y-a-t-il des continuités, des restructurations ou des ruptures ? Où se situent-elles ?

Ces parcours de vie ont été interrogés à travers l’expérience de l’absence de la famille, vécue par ces femmes, à partir d’une approche relationnelle (Miranda, 2010) à l’échelle de la famille. L’absence ne se limite pas à penser le passage de la présence à l’absence physique : elle constitue une nouvelle forme de relation dans la distance et redéfinit les modalités de communication et les liens sociaux (De Gourcy, 2018). Elle est singulière selon les familles et ses membres : d’une temporalité différente, marquée par de potentiels retours temporaires et couverte par différents types de relation à travers les formes diverses de communication. Cette approche m’a permis de poser des pistes de réflexion en cherchant à comprendre comment l’absence réorganise les liens sociaux et les trajectoires de vie chez les femmes algériennes des familles transnationales.

12 femmes, âgées de 23 à 94 ans ont été rencontrées dans les wilayas d’Alger et de Relizane entre février et mars 2020. Leur expérience de l’absence est au cœur de la réflexion, tout en prenant en compte l’interdépendance entre les parcours des migrant·e·s et des non-migrantes : les différents territoires et les familles appartenant à une même dynamique (Feldman, 2018). Les trajectoires des un·e·s étant sans cesse transformées au gré des mouvements des autres.

L’absence est vécue différemment selon les modes migratoires. Leur multiplicité est examinée à partir des questions suivantes : qui migre ? Pour quelle(s) raison(s) ? A quelle époque ? Quelle est la durée de celle-ci ? Quels sont les temps de retours temporaires ?

Ces modes migratoires pluriels sont construits par les contextes sociétaux et les politiques migratoires propres à chaque époque. Les femmes les plus âgées rencontrées ont connu l’immigration de leurs pères ou maris afin de subvenir financièrement aux besoins de leur famille en Algérie, avant que les politiques migratoires freinent ces déplacements (Clochard, Lemoux, 2017). D’autres ont la majorité de leur famille qui a migré dans le cadre du regroupement familial, voire n’ont pas pu les suivre du fait des restrictions imposées aux familles algériennes par les différentes circulaires (Cohen, 2012). La parentèle migrante des plus jeunes femmes n’est pas systématiquement à l’étranger pour ce caractère de soutien financier à la famille (qui par ailleurs n’en a pas forcément besoin). Les motifs de la migration évoluent : travail, études, famille, projection d’un autre idéal de société, etc. tout comme la durée de la migration. Allant d’une volonté d’installation définitive, à temporaire, tacite ou non dite explicitement. La France reste le pays d’immigration majoritaire chez les familles enquêtées, mais les destinations se diversifient (Canada, Italie, États-Unis, Gabon, etc.).

Tout en se nourrissant de ces multiples modes migratoires, les liens sociaux dans l’absence sont interrogés. L’accès aux nouvelles technologies de communication est un des aspects qui explique que les liens sociaux qui découlent de l’absence, se reconfigurent différemment dans les familles. Un fossé dans le vécu de l’absence semble se tracer selon les générations : entre celles qui ont eu la possibilité de communiquer à souhait avec leur famille à l’étranger, et les autres. De la distance géographique peut naître une distance sociale. Cependant ce vécu ne peut pas être seulement analysé à travers la propension à communiquer.  L’éclatement familial (Lanthier, 2014) que certaines familles connaissent à la suite d’une migration intervient également dans des familles qui pourtant, peuvent communiquer à leur guise.

D’autres éléments entrent en jeu pour comprendre la restructuration des liens sociaux et ont été analysés : quelle était la qualité de la relation précédant la migration ? Les familles ont-elles évolué et grandi dans le même environnement ? Ont-elles eu accès aux mêmes modes de socialisation (Beaud, 2014) ? L’expérience de l’immigration de la parentèle à l’étranger peut aussi jouer dans la façon dont les liens sociaux se reconfigurent et s’entretiennent, ou non. Un vécu perçu comme négatif dans le pays étranger semble entrainer les migrant·e·s à nourrir la relation par des contacts fréquents, voire à rapprocher socialement certaines familles. Chez les familles enquêtées, les relations entre les membres lors des retours temporaires en Algérie rendent visible l’état des liens sociaux et sont le prolongement de la qualité des relations cultivées à distance.

La distance géographique n’est pas pensée comme un déterminant prédominant quant à la portée de l’absence. C’est pourquoi pour penser la réorganisation des liens sociaux et des trajectoires de vie, les caractéristiques sociales des femmes et les rapports sociaux dans lesquels elles s’inscrivent sont interrogés.

Ainsi, pour les femmes effectuant un travail reproductif[3] (Federici, 2020), quelle individuation est possible à la suite de la migration d’un·e membre selon la forme de la famille dans laquelle l’enquêtée vit (élargie[4] ou non) ? Comment le volume des ressources financières disponible ou envoyé par les migrant·e·s influe-t-il dans l’organisation de la vie des femmes ?

Les rapport sociaux d’âge et de genre complètent ce réagencement. A titre d’exemple, chez les familles enquêtées, lorsque un·e aîné·e part, une redistribution des rôles a lieu, généralement envers les aîné·e·s suivant·e·s qui restent en Algérie. Certain.e.s peuvent être amené·e·s à travailler, à veiller sur les plus jeunes, à prendre certaines décisions, etc. Le genre vient s’y mêler puisque ce glissement semble aussi en dépendre au sein de certaines familles. Au-delà du glissement tacite des rôles d’une personne vers une autre, le genre a d’autres conséquences dans l’absence. Pour certaines enquêtées, vivre l’absence d’un homme et accéder à de nouveaux rôles peut être plus difficile à assumer publiquement du fait de certaines règles tacites qui pèsent sur la présence des femmes dans l’espace public et sur leurs déplacements (Bidet, 2018). En somme, l’enchevêtrement de ces multiples circonstances et facteurs explique pourquoi l’expérience de l’absence et ses conséquences sont singulières chez toutes ces femmes, tout en traçant quelques tendances communes entre certaines.

De cette recherche exploratoire ressort entre autres que l’absence tant transnationale que nationale peut être agissante. Cependant, leur perception et conséquences sont-elles similaires ?

Le terrain ayant pris place lors de l’expansion de l’épidémie du coronavirus, l’impact de ce dernier sur l’expérience de l’absence a également été analysé. L’absence, phénomène stable au sein des familles rencontrées (au niveau des communications, des retours, etc.), s’est révélée tout à coup instable du fait de la covid-19 : bouleversée par la soudaine fermeture des frontières et remettant en question le contrôle que ces familles pouvaient avoir sur elle. Certaines femmes rencontrées se disaient heureuses que leur famille soit à l’étranger lorsqu’elles jugeaient leurs conditions de vie meilleures. Cette perspective était-elle conditionnée par l’aisance à se déplacer et à communiquer ? La crise sanitaire constitue-t-elle un tournant dans l’expérience de l’absence ?

Compte tenu de cette crise mais aussi des défis environnementaux remettant en cause certains moyens de déplacement, etc. quel est l’avenir de l’absence et son expérience ?

BIBLIOGRAPHIE :

BEAUD Stéphane, (2014) « Les trois sœurs et le sociologue. Notes ethnographiques sur la mobilité sociale dans une fratrie d’enfants d’immigrés algériens », Idées économiques et sociales, vol 175, n°1, pp36-48.

BIDET Jennifer, (2018), « Les frontières du genre, Descendantes d’immigrés algériens face aux décalages de normes en Algérie », Sociétés contemporaines, 2 n°110.

CLOCHARD Olivier, LEMOUX Julie, (2017) Voyager d’Alger à Marseille – Retour sur cinq décennies de dispositifs relatifs aux contrôles des migrations, L’espace politique, vol 31.

COHEN Muriel, (2012) « Regroupement familial : l’exception algérienne (1962-1976) », Plein droit, n°95, pp19-22.

DE GOURCY Constance, (2018) « L’institution de l’absence en Méditerranée », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, vol 144, pp13-26.

FEDERICI Silvia, (2020) « Le féminisme d’État est au service du développement capitaliste », Ballast, [en ligne], consulté le 25/07/20.

FELDMAN Nehara, (2018) Migrantes : du bassin du fleuve Sénégal aux rives de la Seine, Paris, Le genre du monde, 206p.

GUETTA Maurice, MEGDICHE Cyrille, (1990) « Famille, urbanisation et crise du logement en Algérie », Sociétés contemporaines, n°3, pp95-155.

LANTHIER Aude, (2014) « La famille martiniquaise à l’épreuve des migrations de retour : nouvelles pratiques de mobilité transatlantique et dynamiques transnationales », Diversité urbaine, vol 12, n°2, pp113-134.

MIRANDA Adelina, (2010) « Dynamiques de genre et de générations dans les familles transnationales », Lien social et Politiques, n°64, pp29-39.

[1] HAZIZA Léna, (2020) « Familles et lien social à distance : parcours de femmes algériennes dans l’absence », Mémoire master 2, Université de Poitiers.

[2] Le terme trajectoire de vie est entendu au sens « des positions successives occupées par un individu ou un groupe dans un espace social défini », qui peuvent en partie expliquer les actions et habitus. La trajectoire d’un.e individu.e est donc à la fois sociale, mais aussi géographique au sens des déplacements. Elle est aussi constituée par les expériences racontées, discursives qui peuvent être individuelles ou collectives (Fournier-Plamondon, Racine-Saint-Jacques, 2014).

[3] Le travail reproductif englobe le travail domestique, l’éducation et les soins donnés aux enfants, les liens affectifs, la sexualité, ainsi que la production générationnelle par la procréation, mais également l’environnement, la nature, l’agriculture, la culture, etc.

[4] Une famille élargie est un groupement domestique réunissant plusieurs familles conjugales sous le même toit (Guetta, Megdiche, 1990).



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2020, 15 octobre). Parcours de femmes algeriennes dans l’absence. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndy3