« En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles

Sit-in du 4 juillet 2018

Sit-in du 4 juillet 2018                          Crédit : Sofia Stimmatini

Dans ce mémoire, je me suis intéressée aux disparitions aux frontières des jeunes Tunisiens partis vers l’Italie en 2011. A ce moment en effet, les contrôles des garde-côtes s’étaient relâchés suite aux contestations débutées en décembre 2010, ce qui a permis à pas moins de 40 000 personnes de rejoindre les côtes italiennes[1]. Parmi eux, des centaines ont disparu, laissant leurs familles dans l’attente depuis désormais 8 ou 9 ans.

Dans ce travail, par disparition l’on entend une absence inexplicable et perçue comme non définitive. Différemment d’un individu décédé en effet, quelqu’un qui a disparu pourrait revenir d’un moment à un autre : l’attente de la famille est épuisante. Sans nouvelles, elle ne peut savoir si le proche est vivant ou mort. Les rites funéraires ne peuvent donc pas être accomplis : les disparus restent des êtres liminaux, à un niveau psychique, et social aussi, ils ne sont ni ici, ni là-bas, ne faisant partie ni du monde des vivants ni de celui des morts (Panizo, 2017). Le deuil de ceux et celles qui restent est alors suspendu. Ceci provoque une grande souffrance psychique car l’espoir que la personne est encore vivante persiste (Boss, 2004). A partir d’un aperçu de la disparition, qui se prolonge dans le temps, deux questions ont essayé de trouver une réponse dans ce mémoire : qu’est-ce que les migrants disparus font ou font faire aux vivants restés dans le pays d’origine ? Qu’est-ce que cette absence inexplicable fait à la société de départ des migrants ?

Ce travail s’inscrit dans le champ des études sur les morts et les disparitions aux frontières : il a analysé les disparitions des jeunes Tunisiens comme étant produites par la violence politique de la frontière (Ritaine, 2015) et s’est construit à partir de la perspective des familles des disparus (Kovras et Robins, 2016).

Etant donné que les disparitions des jeunes Tunisiens constituent des événements politiques négligés par les Etats impliqués, à savoir la Tunisie et l’Italie, dès 2011, beaucoup de familles sont descendues sur l’espace public afin d’espérer être écoutées : leur but était de connaître les sorts de leurs proches. Ensuite, des associations ont vu le jour afin de donner davantage de poids aux revendications des familles[2]. Depuis lors, la lutte pour la reconnaissance politique continue (Honneth, 2000) : les familles, notamment les mères, exigent que les Etats reconnaissent elles-mêmes et leurs proches disparus comme étant sujets au deuil (Butler, 2010).

Cette lutte se décline en plusieurs modalités d’action publique : les familles des disparus et les militants des associations organisent par exemple beaucoup de sit-in face aux différents ministères, notamment des Affaires Sociales ; les familles performent des récits de disparition et les militants énoncent des discours lors des réunions ou des séminaires organisés par les institutions[3]. Ainsi, la fabrication publique des disparus a lieu. Les modalités de présence, qui peuvent être pensées comme des spontaneous shrines (Santino, 2003 ; 2006), constituent des formes de rituel, véhiculant une contre-narration à la narration officielle européenne (Oliveri, 2016). Cette dernière tend à considérer les disparus et leurs proches comme étant non sujets au deuil. Les Etats effacent en effet toute trace de présence des disparus, tandis que les familles et les militants s’efforcent de défier cette absence imposée. L’absence inexplicable de la disparition suscite alors un deuil en action, performé dans la rue, notamment par les mères, dont la souffrance peut être exprimée en public. L’étrange forme de deuil que la disparition provoque est ainsi à la limite du privé et du public.

L’étude des disparitions tunisiennes révèle ensuite que des conflits surgissent à différents échelles : à l’échelle locale, entre les militants des associations et les familles, et à l’échelle internationale également.  Les corps absents des disparus, fabriqués dans l’espace public grâce aux actions de leurs familles et des militants, attirent l’attention de différents acteurs locaux et internationaux (FTDES – Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux, Organisation Mondiales pour les Migrations, mouvement No Border, etc.). Ces derniers investissent les corps absents des disparus avec des significations ou des intérêts politiques. Ils les transforment ainsi en objets politiques disputables et disputés (Kobelinsky, 2019), dont ils se servent dans leurs combats idéologiques respectifs. En tant qu’objets politiques alors, les corps vivent des vies politiques conflictuelles (Verdery, 1999), révélatrices d’enjeux locaux et globaux : les corps absents des harragas[1] tunisiens sont ainsi des locus de conflits, aussi bien que les corps des migrants retrouvés au Maroc (Kobelisnky, 2019).

En conclusion, la délégation politique et la performance publique des familles peuvent être lues comme une compensation à l’impossibilité de vivre le deuil dans la sphère privée et familiale. L’absence ambigüe et inexplicable de la disparition provoque le deuil en action, qui est un prolongement de l’étrange forme de deuil provoqué par la disparition, insoutenable individuellement. Le débordement de la disparition sur l’espace public fait de la souffrance des mères et des corps absents des disparus des objets politiques disputables, locus de conflits, en tension entre différentes manières de les concevoir.

BIBLIOGRAPHIE – Articles et livres

BOSS, Pauline, 2004. « Ambiguous loss research, theory and practice : reflections after 9/11 » , Journal of marriage and family, 66, pp. 551 – 566.

BUTLER, Judith, 2010. Ce qui fait une vie. Paris : Editions La Découverte.

HONNETH, Alexandre, 2000. La lutte pour la reconnaissance. Paris : Gallimard.

KOBELINSKY, Caroline, 2019. « Les traces des morts : gestion des corps retrouvés et traitement des corps absent à la frontière hispano-marocaine », Critique internationale, 88, pp. 21 – 39.

KOVRAS, Iosif et ROBINS, Simon, 2016. « Death as the border : Managing missing migrants and unidentified bodies at the EU’s Mediterranean frontier », Political Geography, 55, pp. 40 – 49.

OLIVERI, Federico, 2016. « “Where are our sons?” Tunisians families and the repoliticization of deadly Migration across the Mediterranean Sea », in Migration by Boat. Discourses of Trauma, Exclusion and Survival, pp. 154 – 177. New York-Oxford: Lynda Mannik.

PANIZO, Laura Marina, 2017. «Disparus, mort négligée et rituels en Argentine. De la quête à l’exhumation des corps», Problèmes d’Amérique latine, 104, pp. 85 – 100

RITAINE, Évelyne, 2015. « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique: damnatio memoriae ». Cultures & Conflits, 99 – 100, pp. 117 – 142.

SALZBRUNN, Monika, SOUIAH, Farida, MASTRANGELO, Simon, 2015. « Les ‘brûleurs de frontières dans la musique populaire tunisienne. La migration non documentée au prisme de chansons de rap et de mezoued. », Afrique contemporaine, 254, pp. 37 – 56.

SANTINO, Jack, 2003. « Spontaneous shrines, memmorialization, and the public ritualesque », Revista Del Instituto de Humanidades, pp. 51 – 65.

SANTINO, Jack, 2006. « Introduction» et « Performative Commemoratives : spontaneous shrines and the public memorialisation of death », in Santino, J., Spontaneous shrines and the public memorialisation of death, pp. 1 – 16, Basingstoke : Palgrave Macmillan.

VERDERY, Katherine, 1999. The political lives of dead bodies. Reburial and postsocialist change. New York : Columbia University Press.

Autres

FTDES, Rapport 2013.

[1] Comme l’expliquent Monika Salzbrunn, Farida Souiah et Simon Mastrangelo, « [l]es harraga, les ‘brûleurs’,sont ceux qui tentent de quitter leur pays sans passeport ni visa, au péril de leur vie. On les nomme ainsi, car ils ‘brûlent’ les frontières, ainsi que les étapes nécessaires à un départ qui respecterait les contraintes imposées par les États. En outre, s’ils arrivent en Europe, ils détruisent, ‘brûlent’ littéralement leurs papiers d’identité, pour échapper à l’expulsion » (2015 : 37 – 38). 

[1]Voir le rapport du FTDES (Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux) de 2013, Introduction.

[2]J’ai travaillé avec l’Association la terre pour tous, Mères des disparus, Almassir les jeunes de la Méditerranée et ARDEPTE (Association de Recherche des Disparus et Encadrement des Prisonniers Tunisiens à l’Etranger).

[3]Durant le terrain j’ai accompagné les militants au colloque sur les « Dynamiques migratoires dans la région euro-méditerranéenne : quelles réponses aux enjeux actuels et à venir, quelle place pour la coopération régionale et internationale ? », organisé par l’Observatoire National de la Migration en partenariat avec l’association France Terre d’asile et sa section tunisienne Terre d’asile Tunisie ;  ou à la première journée de l’Université d’été « Les Tunisiens résidant à l’étranger et l’administration tunisienne » organisée par l’association La Voix des Tunisiens à l’Etranger ; ou au Tunisia Bridge Forum, organisé par l’Observatory of Tunisian Abroad.

Sit-in du 4 juillet 2018


Citer ce billet
Constance De Gourcy (2019, 1 novembre). « En quête de reconnaissance : une ethnographie auprès des proches des jeunes Tunisiens disparus en migration » Sofia Stimmatini, Université Libre de Bruxelles. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndxw