Profils sociologiques des émigrés

Migration et absence

La Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée consacre sa dernière livraison aux mobilités et migrations dans la mer commune autour d’une « anthropologie de l’absence ». Émigrer et s’absenter – parfois définitivement – faire l’épreuve de l’absence dans l’angle mort des politiques d’État, activer l’absence comme une ressource à distance vers sa famille ou sa communauté d’origine, tous les cas de figure sont au sommaire. L’ethnomusicologue Eckehard Pistrick étudie la dialectique du son et du silence dans la perception des émigrés albanais. L’environnement sonore du pays constitue une mémoire fragile mais entêtante – les sonnailles des brebis, les sons des ensembles de clarinettes qui accompagnent les fêtes, le murmure d’une rivière… Rétrospectifs et prospectifs à la fois, ils ont « la capacité de négocier entre plusieurs spatialités et plusieurs temporalités ». Quitte à se confronter douloureusement aux remugles de la grande ville de l’exil. Il arrive aussi que, dans un accès de nostalgie – le mal du pays – la silencieuse « phonosphère de la mort » se rappelle crûment à l’émigrant, ravivant le sentiment que sa fuite en avant s’apparente à une disparition temporaire.

Pour en savoir plus

Par Jacques Munier France Culture 29 janvier 2019
LE JOURNAL DES IDÉES


A lire aussi 



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2019, 30 janvier). Profils sociologiques des émigrés. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndxr