Quel côté de l’Absence ?

Dans une trajectoire familiale rompue par l’émigration, où enterrer les morts ? Présente aux uns, absente aux autres, la sépulture devient un lieu d’ancrage dans le désordre de la migration. Pourtant, même si les choix funéraires cherchent à maintenir des continuités, ils semblent davantage produire des ruptures et de l’impermanence.
Réalisé à partir d’un travail ethnographique, le film esquisse, plus qu’il ne montre, la complexité de la mort dans un parcours migratoire. Dans la réciprocité de leur dialogue, entre sciences sociales et photographie, Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux cherchent à traduire des paroles rares sur un sujet délicat et laissent entrevoir avec pudeur la vulnérabilité de ceux qui les prononcent. Avec les mots du doute et du paradoxe, l’intime côtoie le politique, et questionne les appartenances et les frontières dans leur sens le plus large.
Un film de Valérie Cuzol et Frédéric Lecloux


Citer ce billet
Constance De Gourcy (2018, 13 novembre). Quel côté de l’Absence ? CRISALIDE. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndxp