Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Si les ressources existent pour figurer l’absence, rares sont les effets techniques non recherchés, non voulus, qui en rendent compte. Le procédé photographique, connu sous le nom de Daguerréotype, a permis par une technique de faible impression de fixer, pour la première fois, en 1838, la silhouette de deux personnes. Mais autour deux, le vide et l’absence dominent si bien que l’on peut parler d’un procédé d’effacement de la présence. 330px-boulevard_du_temple_by_daguerre

Cette grande artère parisienne – censé être animée à cette heure matinale (8h du matin) – baigne dans une atmosphère étrange, presque fantomatique. Deux personnages, et seulement deux, se font face (l’un cire les chaussures de l’autre) sur ce qui apparaît comme étant le Boulevard du Temple. Ces « premiers hommes » à être photographiés ne sont pas des passants ordinaires, selon l’expression d’Isaac Joseph (1985), mais des personnes engagées dans une interaction marchande, du type de celles qui existaient sous la monarchie de Juillet. D’autres passants étaient sans doute là, on devine leur présence sans les voir. L’absence ne semble donc pas venir de ce vide, mais du questionnement sur la présence manquante car la présence des uns et l’interaction dans laquelle ils sont engagés, révèle l’absence des autres.

Cette présence non révélée mais probable nous interroge sur ce que le regard sait « voir », sans voir. C’est parce que notre « regard est institué dans l’espace de la culture et de la société » (Havelange, 1997), que ce que l’on ne voit pas accède néanmoins au statut de la représentation. La familiarité que procure la vision de cette scène du quotidien dans une ville telle que Paris nous renseigne ainsi sur le mouvement de ceux qui passaient, emportés par le cours d’une activité routinière.

800px-daguerre_2

Ces personnes « absentes » ne sont pas « restées » parce qu’elles étaient prises par le mouvement, dans le mouvement. Ce mouvement les a emportées dans un au-delà de l’image, un hors-champ, invisible et visible tout à la fois. Elles ne sont pas restées et cette mobilité les révèle  – au sens photographique du terme – en tant que telles. C’est donc par un effort de la pensée que l’on accède à la connaissance de l’absence. Pour la première fois, ce procédé photographique qui ne pouvait fixer le mouvement a néanmoins permis de représenter l’absence à partir d’une technique novatrice.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2016, 26 décembre). Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndx4