Retour sur… Les territoires de l’absence

Boubat, Nazare, Portugal, 1956

Retour sur… Les territoires de l’absence, journée d’étude conclusive du programme « Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : l’absence comme modalité d’appartenance » qui s’est tenue le 27 novembre 2015 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. L’expérience de l’absence implique en effet la référence à un territoire implicite qui s’exprime à travers des termes comme ailleurs, là-bas, autre pays, etc. Autant de termes qui sont pris dans une relation d’antonymie avec des territoires posés en référence, au moins pour ceux qui les énoncent et les évoquent dans les échanges avec les membres de collectifs géographiquement éloignés.

Ces mouvements entre des territoires dont la valence peut être positive ou négative, ont une historicité qui échappe en partie à la biographie de ceux qui les ont accomplis : on pense aux retours sur la terre d’origine communément désignés par le syntagme « tourisme des racines », c’est-à-dire aux mobilités qui participent du désir de retrouver des traces de présence, parfois plusieurs générations après le départ d’un membre familial.
Parmi ces mouvements qui échappent en partie à la temporalité biographique, nous avons choisi de nous pencher sur la question du rapatriement des corps des émigrés installés en France vers le pays d’origine, l’Algérie. Le rapatriement des corps apparaît comme une forme d’accomplissement d’un retour, retour certes post-mortem, mais qui signale l’importance donnée à la proximité comme critère d’appartenance au groupe de référence. Azzedine Kinzi (Université Mouloud Mammeri, Tizi-Ouzou) rappelle aussi dans cette perspective combien le rapatriement d’un proche décédé dans le pays d’émigration peut contribuer à ré-humaniser une relation qui avait pu en contexte migratoire être rattrapée par la réalité économique.
Mais la question du rapatriement des corps ne peut faire l’économie d’une réflexion sur les obstacles rencontrés, particulièrement ceux administratifs, qui reconduisent après la mort les inégalités de traitement selon la nationalité du demandeur d’asile. Ainsi Lisa Anteby-Yémini (IDEMEC, CNRS, AMU) a-t-elle pu comparer le traitement post-mortem que reçoivent les demandeurs d’asile soudanais et érythréens. Alors que les corps des premiers ne peuvent être rapatriés dans le pays d’origine – leur pays n’entretient pas en effet de relations diplomatiques avec Israël – les corps des Erythréens peuvent l’être pour les raisons inverses. La solidarité qui s’observe dans les deux cas met en lumière les formes d’hospitalité qui se manifestent à l’endroit de ceux qui ne sont plus mais qui restent toujours présents dans les mémoires (système de tontine, création de banques de données pour la reconnaissance des disparus, etc.).
On soulignera combien cette figure du mort, du disparu, est à contraster avec la figure de l’émigré, dès lors que ce dernier ne donne plus de nouvelles. En cessant de répondre présent, et donc aux attentes du groupe, cet être devenu improductif, cesse d’être. En quelque sorte comme le montre Kamel Chachoua (IREMAM, CNRS, AMU), la mort sociale précède la mort physique. Le rocher de l’absence, en Kabylie, est sans doute le dernier lieu de la représentation, c’est-à-dire de la figuration de l’autre qui prend la forme d’un appel mais aussi d’un rappel de la présence du groupe avant l’interruption et la cessation des échanges. L’absence apparaît ici comme un révélateur du sens donné à la migration et du rapport ambivalent qu’entretiennent progressivement les émigrés à l’égard de la société de départ.
Plus généralement, la migration en tant qu’elle est source d’absence ne pourrait se comprendre sans la prise en compte des attentes qui se forment et se diffusent entre la société d’origine et celle d’installation. La présence de membres du groupe dans la société d’installation suscite des attentes forgées par ce que les candidats à la migration connaissent de la société d’accueil. C’est la relation entre ces espaces – ici pris au sens national du terme – qu’interroge Paola Abenante (Université Milano Bicocca) à partir de l’étude de la migration Nord-Africaine dans un pays, l’Italie, d’immigration récente. D’où son travail qui part de l’attente et du souvenir pour comprendre comment se forme l’horizon d’attente de ces émigrés dans un contexte où les effets de la crise affectent différentiellement les nationaux et les émigrés.
La communication de Tereza Hyánková (Université de Pardubice) centrée sur la présence des Algériens en République Tchèque depuis les années 1990 pose aussi la question des attentes à l’égard du pays d’émigration. L’absence de reconnaissance de leur présence dans le pays d’immigration et dans le pays d’émigration favorise le développement d’un rapport nationaliste qui se traduit par un activisme transnational kabyle (Anavad, MAK). L’absence et le déni de présence apparaissent ici comme le ferment pour penser, inventer des origines et les manifester comme telles.
En somme, l’absence, a été considérée dans la lignée de ce que Jean-Claude Passeron dans Le raisonnement sociologique appelle un « symbolisateur nodal » un point où se trouvent rassemblées et nouées les « significations les plus valorisées par un groupe ». Ces significations les plus valorisées s’ancrent dans des espaces, des lieux, des « endroits » dont l’« envers » renvoie à la crainte de ne plus voir l’autre parce qu’il a disparu, ou qu’il est mort… Bref il n’est plus situé, localisé, présent quelque part, mais absent, flottant, perdu. Ces endroits sont divers : place, relief, cimetière : ils disent un état du monde dans une société donnée et sont porteurs d’une matière silencieuse qui s’échappe de ces endroits. Saisir la configuration de cette matière afin de voir comment elle résonne dans les groupes a été l’un des objectifs de cette journée d’étude. Et si les figures de l’émigré, du migrant, du demandeur d’asile, ont été au cœur de nos échanges, ce sont leur mode de présence mais aussi leur disparition et leur mort qui sont les véritables « actants » de notre réflexion.

Merci aux intervenants et membres du public très nombreux qui ont permis par leurs échanges de faire de cette ultime journée d’étude le point de départ d’une nouvelle dynamique de recherche !

Synthèse proposée par Constance De Gourcy

 

 

 



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2015, 6 décembre). Retour sur… Les territoires de l’absence. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndws