Disparition et absence : Pour une anthropologie des limites

Pour cette rentrée universitaire, nous avons choisi l’ouvrage de David Le Breton disparaitre-de-soi .

Extrait : « au fil de ce livre, j’appellerai “blancheur” cet état d’absence à soi plus ou moins prononcé, le fait de prendre congé de soi sous une forme ou sous une autre à cause de la difficulté ou de la pénibilité d’être soi. Dans tous les cas, la volonté est de relâcher la pression.
Il s’agit ici de plonger dans la subjectivité contemporaine et d’en analyser l’une des tentations les plus vives, celle de se défaire enfin de soi, serait-ce pour un moment. Sous une forme douloureuse ou propice, cette étude arpente une anthropologie des limites dans la pluralité des mondes contemporains, elle s’attache à une exploration de l’intime quand l’individu lâche prise sans pour autant vouloir mourir, ou quand il s’invente des moyens provisoires de se déprendre de soi. Les conditions sociales sont toujours mêlées à des conditions affectives. »