Retour sur… Les archives de l’absence – Return to… Records of absence

Le CRISALIDE s’est réuni le 23 juin 2015 à la MMSH autour de la question des archives de l’absence et de ce que l’on peut placer sous ce terme lorsque l’on travaille sur un tel sujet. La journée a été riche en questionnements multiples et les échanges nourris. Ce billet propose quelques points particulièrement roboratifs.
« De la « double absence » à la disparition. Les recherches dans l’intérêt des familles menées par le Service d’assistance aux indigènes nord-africains (Paris, années 1930) » tel est le titre de la communication d’Emmanuel Blanchard (CNRS-CESDIP).DSC03273

Ce dernier a présenté un travail au long cours portant sur la correspondance écrite – que des femmes – épouses et mères – envoyaient, dans les années 1930, à leurs maris ou fils émigrés en France via le Service d’assistance aux indigènes nord-africains. À partir de ces archives inédites, longtemps considérées comme disparues, il montre comment l’administration dénouait des situations socialement intenables comme la raréfaction voire l’arrêt de l’envoi des mandats à la famille restée en Algérie. On pense sur un autre sujet et à une autre époque aux « lettres de suppliques », demandes écrites reçues par le Fonds urgence sociale (FUS) mis en place en 1998 par le gouvernement français (Fassin, 2000). Dans ces lettres où le solliciteur s’efforce de se conformer à ce qu’il pense être les normes supposées de l’administration, la justification s’inscrit dans une tradition de la supplique et l’argumentation s’ouvre à différentes opérations de traduction, ce que l’on retrouve également dans les lettres envoyées à la Brigade nord-africaine. Dans cette temporalité liminale où se joue la bascule entre absence et disparition, les archives témoignent de la rencontre entre une logique de subjectivation de celui ou celle resté.e sur place et une logique d’individuation de la part de celui pour qui le départ est peut-être sans retour.
Etre absent, ce n’est pas seulement ne pas (ou ne plus) être présent, c’est surtout continuer à être considéré comme membre du groupe. DSC03276

La communication d’Ali Mekki (IRIS EHESS) « Les maisons de l’absence. Le cas du village de Chemini en Kabylie » a mis l’accent sur la maison comme dispositif symbolique pris dans le jeu entre présence/absence. Ces maisons de l’absence sont celles de Chemini, village kabyle ; leurs habitants sont partis à Saint-Auban dans la vallée de la Durance, où ils sont d’abord venus travailler dans une usine, destinée initialement à la production d’aluminium et d’hydro-électricité. Ces va-et-vient documentés sur une période d’un siècle (1915-2015) entre des espaces et des mondes différents témoignent de la transformation de ces émigrés qui deviennent progressivement des immigrés sur les deux scènes sociales. La maison témoigne alors du changement opéré : désinvestie comme espace de l’habiter pour la famille partie, elle revient dans le circuit économique, investie comme objet marchand. Le vocabulaire lui-même reflète le changement de statut : la « maison de l’absence » succède au « foyer de l’absent », ce qui permet de souligner l’importance de la terminologie, jalon sensible et expressif de ce passage inéluctable vers le troisième âge de l’émigration. Le détachement ne se manifeste/matérialise en effet jamais aussi bien que dans ce processus de dévalorisation/revalorisation de la « maison de l’absence », l’absent étant désormais celui dont le projet de retour n’est plus.
Si Edward Saïd a pu parler de « condition généralisée d’absence de chez-soi», c’est bien que le « chez-soi » constitue et délimite tout à la fois le lieu d’une présence, présence à soi et présence au monde. La communication d’Ilana Salama Ortar (IMERA AMU) intitulée « Adamot : land without earth and corporeal memory. A conceptual theft of the border and civic performance art » et les documentaires qu’elle a réalisés ont permis d’élargir la focale en considérant l’absence non pas comme le déplacement ou la mobilité de personnes mais comme la conséquence d’une absence de terre, socle matériel et base tangible de l’espace habité. Le « no man’s land » qui en résulte est dû au transfert de terre arable d’une zone dans le Sud-Liban sous contrôle des Forces de défense israéliennes vers le nord d’Israël entre 1995 et 1998. Les habitants sont restés à la même place alors que leur terre n’existait plus. Se pose donc la question du chez-soi dès lors qu’il n’est plus ancré dans la matérialité d’un territoire et d’un paysage de référence. Les archives qui font parler la terre et les hommes sont les cicatrices béantes qui strient le corps et le sol, surfaces sensibles et significatives qui renvoient à la mémoire de l’événement par-delà les silences et l’amnésie des sociétés. Le mot hébreu Adama (Adamot au pluriel) que l’on retrouve dans le titre donne ainsi toute sa force au propos en faisant sonner successivement les trois termes qu’il contient – adama, adam and dam (land, man, blood) – dans une réflexion universelle sur le sens de l’habiter.
Merci à Ilana Salama Ortar, Emmanuel Blanchard, Ali Mekki, Kamel Chachoua, Malika Gouirir, Loïc Le Pape, Alice Ruffini, Anne-Françoise Volponi. Merci également à tous ceux qui, de près ou de loin, ont activement contribué à la dynamique et à la richesse de nos débats.