Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Connaissez-vous le « tourisme pathologique » ? Ce que l’on a ainsi qualifié est une maladie qui s’est répandue en France à la fin du XIXe siècle puis en Italie et en Allemagne avant de disparaitre progressivement. Albert Dadas (1860-1907) est le premier cas officiel de « touriste pathologique » connu pour entrer dans des états de transe semi-somnambulique qui lui faisaient tout quitter pour voyager avec frénésie, généralement à pied. L’histoire de ce fugueur maladif, sans cesse jeté sur les routes par son impérieuse et insatiable quête d’ailleurs constitue le point de départ du roman de Minh Tran Huy qui est aussi une quête sur les « voyageurs malgré eux », ces exilés qui peuplent l’histoire familiale de la narratrice. Tel un fil d’Ariane, ce roman explore les multiples dimensions de l’exil et restitue à travers les larmes et les drames du roman la voix de ceux qui ne pouvaient ou n’ont pu se faire entendre.
Cette maladie connue aussi sous l’appellation de dromomanie ou de maladie du fugueur interroge de façon paradoxale les significations de l’absence et les limites que l’on peut donner à ce terme. Car sommes-nous vraiment absent quand, éloigné de nos repères familiers, on n’éprouve pas soi-même l’absence comme cela semblait être le cas pour Albert Dadas ? L’absence apparaît ici comme une relation unilatérale qui se révèle aux autres, à l’entourage de proches lorsqu’ils découvraient son départ. Le départ lui-même et le saut dans l’inconnu qu’il supposait, apparaissent investis dans le traitement romanesque, d’une dimension passive comme le soulignent les termes d’« éclipse » (p. 24), de « périple involontaire » (p. 24), ou les expressions comme « bien en peine d’expliquer ce qui l’attire » (p.26).
On retiendra aussi de ce roman captivant qu’il ouvre un chantier de réflexions et d’investigations sur les traces que l’on laisse dans un parcours migratoire et sur les formes de présence que révèlent ces traces. Ainsi, le parcours de l’athlète somalienne Samia Yusuf Omar que décrit la narratrice est-il exemplaire de ce questionnement sur les traces d’un parcours. Cette coureuse infatigable s’est mesurée aux meilleures sprinteuses mondiales lors des Jeux Olympiques de Pékin ; elle périra noyée dans l’indifférence générale lors de la traversée de la Méditerranée qui devait l’amener en Europe afin de réaliser son rêve de vivre une autre vie. Alors qu’Albert Dadas avait traversé les frontières les unes après les autres suivant une route à la fois chaotique et fluide, Samia s’était heurtée à toutes celles qu’elle avait tenté de franchir jusqu’à en mourir. Ces traces que l’on laisse dans la disparition ont ainsi valeur de symbole.
Dans ce roman structuré en deux parties – Allers ; Retours – on peut attribuer une autre signification à l’absence à travers le parallèle effectué entre Albert Dadas et le père de la narratrice, vietnamien exilé. Le premier finit toujours par revenir chez lui à Bordeaux, sa ville natale sans jamais éprouver l’absence. Lorsque le second parvient à revenir dans son pays natal, il se rend compte qu’il n’y est plus chez lui. Pour ce père qui pense avoir transmis à sa fille « l’instinct du silence », ces années d’absence ne seront jamais « compensées » par une présence, ni en France, ni ailleurs. C’est dans cet écart temporel, que le fil narratif nous plonge dans une proximité aux êtres et aux choses qui interroge le sens de ce que pourrait être une présence.
Impressions de lecture par Constance De Gourcy



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2015, 4 mai). Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014. CRISALIDE. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndwg