Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

mmsh02

Fil conducteur du séminaire : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il  est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requièrent la présence ou l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ?

Les problématiques de recherche qui ont été présentées tout au long du séminaire ont permis de déployer la réflexion  sur 3 principales orientations, certes non exhaustives, mais significatives de formes multiples d’attention :

*Une attention portée à la temporalité inscrite dans les traces : l’après-colonie au Maghreb a été étudié à partir des traces laissées par une présence étrangère. Comment penser cette période quand il s’agit de composer avec une présence certes passée mais, à maints égards, toujours présente ? Il est ressorti de la présentation très stimulante de l’ouvrage Traces, désirs de savoir et volonté d’être. Comment penser l’après-colonie au Maghreb ? par Loïc Le Pape (IDEMEC CNRS AMU) une discussion sur les opérations de recherche qu’implique une réflexion orientée sur la recherche de traces. Celles-ci supposent en effet un « savoir-regarder » qui inscrit la trace ainsi produite dans une mise à l’écart, distance nécessaire à partir de laquelle se recompose autrement le rapport entre mémoire et histoire.

mmsh01

*Une attention portée à la dimension sonore de la trace : la sonorité de l’absence constitue en effet le bagage invisible, immatériel, du migrant mais un bagage qui tisse un lien affectif, durable avec les membres du groupe restés sur place, en Albanie. La communication d’Eckehard Pistrick (Martin-Luther-Université Halle/CREM-LESC Paris) Absences – Silences : La sonorité du vide nous a transportés sur les territoires sonores de la présence/absence là où les temporalités de l’absence s’insèrent dans des rythmes qui révèlent par l’écho ainsi produit les traces des multi-appartenances des migrants, ici et là-bas.

*Une attention portée à l’effacement des traces et au brouillage des pistes : Quel est en effet le sens d’un retour dès lors que celui-ci s’accomplit vers le pays quitté/laissé ? La question que posent les « revenants », ceux décrits par Malika Gouirir (Université Paris Descartes) dans sa communication,  Retour en France, terre natale, consiste à savoir comment légitimer une présence quand celle-ci bouscule l’ordre établi des appartenances et des positionnements, en France et au Maroc. On soulignera la profondeur historique du questionnement qui est également documenté pour l’Italie des années 1930.

Merci aux membres de l’équipe, Kamel Chachoua, Malika Gouirir, Sarah Drissi, Eckehard Pistrick, Alice Ruffini, Francesca Capece, Anne-Françoise Volponi, Loïc Le Pape d’avoir si activement contribué à la dynamique et à la richesse de notre débat. Merci également aux autres participants toujours présents et actifs !



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2015, 5 février). Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH. CRISALIDE. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndw9