De l’exil à l’absence

Le 17 novembre 2014 dans le cadre du séminaire Mimed « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècles », Alexis Nuselovici, Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, a présenté ses travaux sur L’expérience de l’exil.   Constance De Gourcy a été invitée à introduire les échanges très riches qui suivirent la présentation.  Cette rencontre était aussi une incitation à tisser de nouveaux dialogues entre littérature et sociologie, littérature et sciences sociales.

Si Dante a situé l’exil dans le « Paradis » et non en « Enfer » comme on pourrait le penser de prime abord, c’est peut-être pour nous inviter, voire nous inciter, à regarder la condition de l’exilé comme une expérience humaine porteuse de promesses en dépit des obstacles toujours plus nombreux qui se dressent sur les routes. Parler d’exil et d’exilé plutôt que de migration et de migrant permet ainsi de restituer la dimension humaine, existentielle, des parcours migratoires. Un enjeu épistémique se profile ainsi qui nous rappelle combien le déplacement fait partie de notre commune humanité indépendamment de ses conditions de réalisation, variables selon les sociétés et les époques. Etudier l’absence – c’est-à-dire ce lien social qui s’invente dans l’éloignement et la distance – sous l’angle de cette perspective analytique revient à éclairer sous d’autres jours les différences de condition et de traitement réservés à celles et ceux qui s’engagent sur les routes migratoires. L’absence devient ainsi un révélateur des modalités différenciées de vivre l’exil et d’en faire (ou d’être empêché d’en faire) une condition de réalisation de soi.

Adresse du site présentant  des Working Papers sur l’exil :

http://nle.hypotheses.org/1321

Adresse du site du groupe de recherche :

http://nle.hypotheses.org 



Citer ce billet
Constance De Gourcy (2015, 8 janvier). De l’exil à l’absence. CRISALIDE. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndw6