La mémoire des traces par Nadège Pandraud.

En amont de la prochaine journée d’étude intitulée « Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence » qui se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme le 30 janvier 2015, Nadège Pandraud nous invite à aller voir un spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie », par la compagnie Arnica, textes de Sébastien Joanniez, mise en scène Emilie Flacher.

Il s’agit d’une proposition artistique de spectacle vivant qui mêle des éléments très visuels et du récit, une forme de théâtre avec du texte (un texte de nature fictionnelle entièrement écrit par un écrivain-auteur, mais un texte nourri entre autres choses de bribes de témoignages recueillis, ces derniers, remâchés, réécrits …), avec des comédiens qui jouent mais aussi avec des marionnettes et des créations plastiques.

La thématique est celle de la mémoire et des « traces », ici, les traces de la guerre d’Algérie. Le spectacle donne à réfléchir quant à ces traces, leur statut (ici des photos, mais aussi des objets, de la parole et des récits de témoins de la guerre, d’enfants d’immigrés etc…), ou encore à la variété et à la pertinence (au choix) d’une place, d’une méthode, d’un dispositif matériel et discursif, ces derniers repris ou inventés, nous reconstruisons des traces, et encore aux effets de nos « constructions » (savantes ou artistiques) sur un destinataire (effets cognitifs, esthétiques, émotionnels, performatifs…), sur le tissage ou la transformation de rapports au monde et à l’autre, puisqu’il s’agit bien, au bout du compte, de transmettre ou de partager quelque chose avec d’autres personnes, un point de vue sur le monde, un questionnement etc.

Ce spectacle nous pose aussi la question de la frontière entre réel et fiction (ou « documentaire » et « fiction » pour reprendre les catégories appliquées aux genres littéraires ou artistiques : d’aucuns classent ce spectacle dans la catégorie de « théâtre documentaire », la metteur en scène ne s’y reconnaît pas et réfute ce qualificatif). Par-là, il est l’occasion de nous poser plus fondamentalement en retour la question du récit, des récits divers (et de différents types?), que chercheurs en sciences humaines ou artistes produisent à partir d’un recueil de « traces » de même nature …

En bref, ce spectacle constitue un stimulus parmi d’autres pour nous saisir de la question de savoir comment nous reconstituons des traces d’une « réalité » sociale (mais des traces « de quoi » précisément ?) à partir de données matérielles diverses et hétérogènes (des photos, des vidéos, de la parole, de l’écrit, des objets …), pour nous interroger sur le statut de ces traces, non seulement savoir quelle(s) signification(s) leur attribuer mais aussi comment reconstituer le sens d’une présence et d’une existence sociale.

Le mieux est encore et toujours d’aller voir ou le revoir, sans trop d’attente et en oubliant surtout (provisoirement) toutes ces questions.

Ce spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie » a lieu du 24 au 30 novembre 2014 au théâtre Massalia de la Friche de la Belle de mai à Marseille.