Paris la Blanche, film sur l’absence

Une histoire familiale traversée par l’absence – Film de la réalisatrice Lidia Terki

Dès les premières scènes, une tension se manifeste entre des enfants adultes et un père absent qu’ils ne connaissent pas ou si peu. Il est à Paris, retraité, ils sont en Algérie et ne cherchent pas à le revoir. Est-il encore absent ? Plus probablement étranger au sens où ils n’ont rien en commun, ni souvenir, ni récits de leurs vies, ici et là-bas. Le lien de famille ne suffit pas à faire proximité quand les possibilités de contact sont à ce point réduites. Seule la mère se souvient de son mari, le père de ses enfants. Seule, elle partira en France à sa recherche. Son objectif est de le faire revenir au pays, il n’a plus de raison de rester en France, loin de tout. Mais le retour supposerait savoir vers où revenir pour retrouver sa place. Il est père et grand-père mais 48 ans passés à travailler en France ont fait de lui un étranger, captif d’une vie passée loin de ses proches. Après l’absence, c’est désormais l’exil qui guette celui qui ne peut plus rentrer et a rompu par son silence les amarres avec les siens. Au-delà de ce destin singulier, ce travail de l’absence sur les liens sociaux familiaux permet d’aborder la condition sociale de ces Chibanis, ces invisibles de l’histoire. Continuer la lecture de Paris la Blanche, film sur l’absence

Circulations familiales et reconfigurations de la parenté

A noter le 16 et 17 mars 2017 prochain la tenue de deux journées  d’étude dont l’objectif est d’analyser les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. La circulation familiale sera notamment interrogée sous l’angle de l’absence dans la relation parent/enfant.

JournéesDSVS 2017

Lieu :
Salle A
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13002 Marseille

Le festival nouv.o. monde : un certain regard sur un monde en mouvement

Du 3 au 12 mars 2017 se tiendra la prochaine édition du festival Nouv.o.monde à Rousset et dans le pays d’Aix.

Dans le cadre du partenariat établi depuis 2016 entre ce festival  et l’équipe Crisalide, une séance annuelle est programmée autour de l’absence dans les migrations internationales. En 2016, l’absence a été traitée à partir du film Umrika (Inde | 2015 | 1h45 Sundance 2015 – Prix du Public Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar).

L’édition 2017 promet de riches rencontres. L’après-midi du 11 mars sera consacrée à la projection de film et court-métrage traitant de ce monde en mouvement à partir du lien complexe entre famille et migrations. Le film Mercenaire de Sacha Wolff aborde ainsi avec tendresse et poésie la relation entre migration sportive et regard familial : Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.

Le court-métrage Sinto a tua falta (Je ressens ton absence) de Lucas Roxo traite du rapport entre mémoire et histoire. En février 1971, Léonor a laissé sa fille au Portugal pour venir s’installer en France. Quarante ans plus tard, elle retourne sur le chemin de l’exil et écrit les lettres qu’elle ne lui a jamais envoyées.

Ces séances seront suivies de tables-rondes avec les réalisateurs. voir le Lien page programmation en partenariat avec le collectif Crisalide (MMSH)

Chaque année, les rencontres et discussions autour de ce thème enrichissent ce  dialogue fécond entre les sciences sociales et les arts visuels afin d’explorer, documenter et élargir les significations de l’absence.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451

Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

 

« Revenir »

A propos de l’installation de Nicène Kossentini « Revenir », 2006, Art video/ black and white.

Une photographie de famille travaillée par la vidéo ; une « image-vidéo » donc qui expérimente une nouvelle dimension, la profondeur temporelle de l’histoire et sa part d’ombre. Ce faisant, se produit une inversion : le caché accède à une forme de visibilité, le second plan devient premier, l’absence fait place à la présence. En décomposant et recomposant la photographie de famille, la vidéo scrute intimement sa composition jusqu’à faire ressortir et donc resurgir l’énigme d’une présence, celle d’une petite fille, cachée, montrée ainsi révélée, qui se tient derrière le groupe familial occupé qu’il est à poser devant l’objectif. Longtemps, l’image-vidéo se fixe sur le contour imprécis d’un visage dont on devine la bouche ouverte, muette. Il s’agit d’une apparition furtive, troublante, entre présence et absence. Les vibrations de l’image-vidéo restituent la densité de cette expérience et l’immobilité initiale de l’image vibrante cède au mouvement, celui-là même qui produit le questionnement sur le sens de cette absence. A voir ici

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

« La demande d’amour » photo extraite de l’ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Si l’absence est souvent signifiée – e.g. une chaise ou une place vide, la vacuité renvoyant précisément à la présence manquante –, la photographie, cette émanation du référent, révèle les distances – temporelles, géographiques ou autres – qui séparent le spectateur de ce qui est donné à voir, c’est-à-dire pour reprendre la terminologie de Barthes, le spectator du spectrum. Dans La chambre claire. Note sur la photographie, ouvrage publié en 1980, cette technique est présentée comme un art de la coprésence entre le spectator et le « ça a été », ce qui confère au passé un statut moins teinté de nostalgie que de certitude. Elle « est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont partie des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici » (Barthes, 1980 : 126). Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Si les ressources existent pour figurer l’absence, rares sont les effets techniques non recherchés, non voulus, qui en rendent compte. Le procédé photographique, connu sous le nom de Daguerréotype, a permis par une technique de faible impression de fixer, pour la première fois, en 1838, la silhouette de deux personnes. Mais autour deux, le vide et l’absence dominent si bien que l’on peut parler d’un procédé d’effacement de la présence. 330px-boulevard_du_temple_by_daguerre

Cette grande artère parisienne – censé être animée à cette heure matinale (8h du matin) – baigne dans une atmosphère étrange, presque fantomatique. Deux personnages, et seulement deux, se font face (l’un cire les chaussures de l’autre) sur ce qui apparaît comme étant le Boulevard du Temple. Ces « premiers hommes » à être photographiés ne sont pas des passants ordinaires, selon l’expression d’Isaac Joseph (1985), mais des personnes engagées dans une interaction marchande, du type de celles qui existaient sous la monarchie de Juillet. D’autres passants étaient sans doute là, on devine leur présence sans les voir. L’absence ne semble donc pas venir de ce vide, mais du questionnement sur la présence manquante car la présence des uns et l’interaction dans laquelle ils sont engagés, révèle l’absence des autres.

Cette présence non révélée mais probable nous interroge sur ce que le regard sait « voir », sans voir. C’est parce que notre « regard est institué dans l’espace de la culture et de la société » (Havelange, 1997), que ce que l’on ne voit pas accède néanmoins au statut de la représentation. La familiarité que procure la vision de cette scène du quotidien dans une ville telle que Paris nous renseigne ainsi sur le mouvement de ceux qui passaient, emportés par le cours d’une activité routinière.

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (1) : le daguerréotype

Les migrations des Roms roumains en Europe

Le dernier numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales porte sur les migrations des Roms roumains en Europe. A l’heure où l’on ne parle des Roms que pour évoquer des opérations d’expulsion ou d’éloignement, il importe de considérer ce qu’ils peuvent nous apprendre. Michel Agier (2016 : 21) dans son dernier ouvrage « Les migrants et nous. Comprendre Babel », CNRS Édition, rappelait à leur sujet : « ‘ils’ sont tout ce que nous ne sommes pas, ils ont ce que nous n’avons pas, ce que nous avons en abondance ne leur manque pas, ils incarnent une altérité « bonne à penser » qui est à l’origine d’une solidarité reconnaissante, ils sont un « autre » dont nous avons besoin : la tsigane, le gitan, avec leur cabane ou leur caravane. On peut associer à cette figure-là celle du campement comme un lieu désiré ou effrayant, mais toujours le contraire de ce que « nous » avons et de ce que « nous » sommes ». Continuer la lecture de Les migrations des Roms roumains en Europe

Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ? Appel à contribution

Après trois années de recherche interdisciplinaire sur les situations d’absence en Méditerranée, l’équipe CRISALIDE a le plaisir de vous faire part d’un appel à contribution pour la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM). Il est intitulé « Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ?  »

Calendrier

5 novembre 2016 : Envoi des propositions aux directeurs scientifiques du numéro :

Kamel Chachoua (chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr) Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France

et Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr) , Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

5 janvier 2017 : Réponse aux auteurs

5 juin 2017 : Envoi des articles aux directeurs scientifiques du numéro

Automne 2018 : Publication du numéro

Appel à contribution

Femmes Face à l’absence, Bretagne et Québec (XVIIe -XVIIIe SIÈCLES) Sous la direction d’ Emmanuelle Charpentier et Benoît Grenier

La revue «Cheminements» du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ ) a publié un numéro sur l’absence masculine et ses effets sur l’agentivité des femmes. Les contributions réunies dans ce recueil examinent  l’articulation entre les femmes et l’absence, en s’appuyant sur des trajectoires individuelles que tous les contributeurs se sont attachés à replacer dans des perspectives plus générales.

Imposée par le travail, la guerre, ou bien choisie par la migration, l’absence des hommes offre la possibilité de contourner, partiellement, les «silences de l’histoire » à l’égard des femmes, si bien soulignés par Michelle Perrot. Elle laisse même entrevoir des femmes dans une intéressante situation d’entre-deux qui les

démarque des «filles majeures», des femmes séparées et de celles qui sont frappées par l’absence définitive de leur époux, les veuves.

Partir et revenir : l’absence et les « effets » de villes

Photo author’s own

The feeling of absence can be felt in many ways. British journalist and English language coach, Ian Lavis, experienced absence as an immigrant in Marseille, where he lived and worked for five years, but also on his return to Croydon in south London, where he now resides. These two places could not be more different in terms of setting, history and culture, but they share many similarities which he explores in his article: « Why Croydon is the new Marseille ».

article

 

A Typology of contemporary exile narrations. Appel à projet de thèse

DOC2AMU est un programme doctoral innovant permettant de financer 30 contrats doctoraux d’une durée de 3 ans chacun pendant les 5 années du programme. Il est basé sur des principes
d’interdisciplinarité, d’intersectorialité et d’ouverture internationale (« 3I »). Il s’agit d’un projet H2020 COFUND MSCA cofinancé par la Commission Européenne et par le Conseil Régional Provence-
Alpes-Côte d’Azur, avec un soutien financier de la fondation A*MIDEX. Parmi les appels, un en particulier portant sur l’expérience exilique et la reconfiguration de l’absence en situation d’exil retient notre attention :

A typology of contemporary exile narrations
Is it possible to envision a representation of the exilic experience which could be broad enough to include the contemporary diversity of migratory fates and situations, and relevant enough to consider each individual exiled person? In a context of displacements more and more increased by political violence and economic misery in Africa and the Middle-East, the figure of the “exile” (the exiled person), relayed everywhere through mass media, is gaining more and more importance in our lives, our imaginary constructions, and our relation to the Other. Continuer la lecture de A Typology of contemporary exile narrations. Appel à projet de thèse

« Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine (Europe-Amérique du Nord) : terre, mer, outre-mer » colloque international

Le colloque « Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine : terre, mer, outre-mer (Europe – Amérique du Nord) » propose de réfléchir à la condition et au quotidien des femmes mariées confrontées à l’absence temporaire de leur époux.

Celle-ci recouvre une grande diversité de situations selon les raisons du départ (activité maritime, emprisonnement, guerre, migration, travail saisonnier, religion….), ses modalités (absence choisie ou subie), l’implantation géographique (ville, campagne, littoral, montagne, île, colonie…), l’âge de l’épouse, la présence d’enfants, le milieu social et l’éventuel soutien du réseau de parenté et d’amitié.

Alors que le veuvage – conséquence de l’absence irréversible des hommes – et le célibat ont fait l’objet de nombreux travaux et synthèses, la solitude des femmes mariées, momentanément « affranchies » de la tutelle masculine, reste largement un territoire en friche.

Le colloque est organisé en partenariat avec le Centre International de la Mer (Rochefort) et avec le soutien du Framespa-UMR 5136, du CRHIA-EA 1163, du CRIHAM-EA 4270, de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, de l’Université de Sherbrooke (Québec), de l’Université de Poitiers et de l’Université de La Rochelle.

site web dédié au colloque : https://femmes-abs-2017.sciencesconf.org/resource/page/id/1

 

« Mobilités discursives, circulation et projets migratoires dans le pourtour méditerranéen » Workshop Tlemcen 12-14 avril 2016

Photo de Jeanne Menjoulet & Cie en licence creative commons CC BY-ND
Photo de Jeanne Menjoulet & Cie en licence creative commons CC BY-ND

C’est en Algérie, à Tlemcen, que se déroulera un workshop international et interdisciplinaire autour des questions de migrations et de circulations dans l’espace euro-méditerranéen. L’absence constituera une des dimensions explorées dans le cadre de la migration estudiantine d’Algérie vers la France. Plus largement, cette rencontre sera l’occasion de développer une approche de genre dans la migration, d’analyser les multiples sens du retour et de penser les immobilités et transmobilités dans le pourtour méditerranéen.

 PROGRAMME Workshop Algérie

APPEL À TEXTES COMMENT LES FAMILLES CONSTRUISENT LEURS TEMPS ? COMMENT LE TEMPS CONSTRUIT LES FAMILLES ?

Cet appel à texte portant sur les temporalités familiales ouvre une réflexion inédite sur le couple présence/absence.  La problématique particulière des familles séparées ou recomposées  est présentée comme une entrée pour aborder les constructions nouvelles des temps familiaux, que ce soit sur les négociations calendaires des temps de résidences des enfants, les perceptions du temps partagé avec de nouveaux entrants – ou la question de l’absence ou du manque – ou encore sur sur les situations des familles transnationales (Merla et François, 2014).

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 1er juin 2016.

EFG29_Appel_Construction des temps

Nouv.o.monde le festival de cinéma de Rousset et le CRISALIDE

Du 07 au 13 mars 2016, se tiendra l’édition 2016 du festival de cinéma de Rousset et du Pays d’Aix. Depuis 2012, ce festival interroge les changements majeurs de nos sociétés en privilégiant le prisme méditerranéen. Ce faisant, il contribue à l’étude d’un monde en mouvement qui éclaire les liens multiples entre cinéma, cultures, arts et sociétés. Chaque édition comme celle de 2016 propose à travers ses rencontres de croiser des regards de cinéastes, d’artistes de différentes disciples et de spécialistes afin de prendre le temps de réfléchir ensemble « ces moments de cinéma ».

Cette année, le CRISALIDE ( Collectif de recherche interdisciplinaire sur l’absence et les liens diasporiques dans l’espace euro-méditerranéen) est invité pour animer la discussion qui aura lieu le 13 mars à l’issue de la projection du film Umrika, Comédie Dramatique de Prashant Nair – Inde – 1h45.

Rencontre avec Ilana Salama Ortar docteure en philosophie. Artiste visuelle interdisciplinaire, elle vit à Tel Aviv et Frankfort. Son travail,sous forme d’installations participatives, traite de l’immigration, du déracinement, de l’exil et de l’architecture d’urgence.
Alice Ruffini est artiste plasticienne, scénographe et musicienne. Son travail s’articule autour de problématiques liées à l’espace, à l’habiter, aux déplacements, aux voyages.
Constance De Gourcy est maîtresse de conférences en sociologie, membre du Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES, MMSH, AMU). Ses travaux portent principalement sur les migrations, l’absence et ses effets sur les liens de famille.

http://festivalnouvomonde.com/