Quelques notes d’exil : les effets de l’absence

Ces quelques notes ont été envoyées par Eckehard Pistrick, membre de Crisalide. Son travail de recherche porte sur les traces sonores qui ponctuent la migration. Bagage immatériel, invisible du migrant, la musique permet de sonoriser l’expérience de l’exil et de mieux comprendre ainsi la force des liens qui perdurent dans l’éloignement.

–  Extrait de Chant d’exil (Polyphonie albanaise et ukrainienne), projet du groupe polyphonique « Jonianet » et de la chanteuse Marjana Sadowska réalisé par Eckehard Pistrick pour Bayerischer Rundfunk Nuremberg, Mars 2009© tous droits réservés.

 

 

 

Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

mmsh02

Fil conducteur du séminaire : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il  est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requièrent la présence ou l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ? Continuer la lecture de Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire animé par : Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, IRIS/EHESS.

 Séances : 7,  14, 21 & 28 novembre 2014, 5,  12 &  19 décembre 2014, 9, 23 & 30 janvier 2015, 6, 13, 20 & 27 février 2015

Ce séminaire poursuit ses investigations sur les temporalités sexuées du care ; il entend ainsi étudier les enjeux politiques des interventions pour autrui (médico-sociales et plus largement tous types d’accompagnement de la personne) et contribuer à une sociologie des présences sociales. Celle-ci consiste en une description et une analyse des prises en charge et des pratiques d’accompagnement et de soins, ces activités professionnelles ou profanes étant observées comme des processus (attention et écoute, élaboration et coordination, émotions et actions concrètes, réception…) et envisagées dans leurs dimensions à la fois morales et pratiques, à partir de leurs enjeux de temporalisation et de sexuation. Envisager en ces termes les relations qui s’établissent entre une ou plusieurs personnes dans le besoin et des professionnel-le-s ou profanes qui tentent d’y répondre, permet de ne pas se limiter à une situation dyadique et de ne pas la restreindre au moment présent. Cette présence s’inscrit dans des dispositifs de la société qu’il faut considérer pour situer les enjeux politiques de la question sociale, afin de ne pas céder à leur délimitation à la sphère privée et individuelle. Continuer la lecture de Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire interlabo MIMED : Familles et mobilité

Familles et mobilité : 19 janvier 2015, 14h-16h salle Paul-Albert Février, MMSH.
Avec Constance de Gourcy, Sofia Laíz Véronique Manry, Natalia Ribas Mateos.

De l’absence il sera question dans ce séminaire à partir des effets induits par la mobilité géographique des femmes et plus largement par la dissociation des scènes familiales et professionnelles.  Le phénomène n’est cependant pas nouveau – au XVIIIe siècle les mères confiaient déjà leurs enfants à une nourrice à la campagne, le temps de l’allaitement – mais il s’accompagne d’une réinterprétation des cadres d’analyse relatifs à la parentalité en situation de mobilité-migration.

Présentation de trois ouvrages :

– RIBAS-MATEOS N., MANRY V., (eds), Mobilités au féminin. La place des femmes dans le nouvel ordre du monde, Paris, Karthala, 2013.

– RIBAS-MATEOS N., LAIZ S., Movilidades adolescentes. Elementos teoricos emergentes en la ruta entre Maruecos y España, Belaterra, 2014.

– DE GOURCY C., ARENA F., KNIBIEHLER  Y., Familles en mouvement. Migrations et parentalité en Méditerranée, Aix-en-Provence, PUAM, col. Penser le Genre, 2014.

De l’exil à l’absence

Le 17 novembre 2014 dans le cadre du séminaire Mimed « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècles », Alexis Nuselovici, Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, a présenté ses travaux sur L’expérience de l’exil.   Constance De Gourcy a été invitée à introduire les échanges très riches qui suivirent la présentation.  Cette rencontre était aussi une incitation à tisser de nouveaux dialogues entre littérature et sociologie, littérature et sciences sociales.

Si Dante a situé l’exil dans le « Paradis » et non en « Enfer » comme on pourrait le penser de prime abord, c’est peut-être pour nous inviter, voire nous inciter, à regarder la condition de l’exilé comme une expérience humaine porteuse de promesses en dépit des obstacles toujours plus nombreux qui se dressent sur les routes. Parler d’exil et d’exilé plutôt que de migration et de migrant permet ainsi de restituer la dimension humaine, existentielle, des parcours migratoires. Un enjeu épistémique se profile ainsi qui nous rappelle combien le déplacement fait partie de notre commune humanité indépendamment de ses conditions de réalisation, variables selon les sociétés et les époques. Etudier l’absence – c’est-à-dire ce lien social qui s’invente dans l’éloignement et la distance – sous l’angle de cette perspective analytique revient à éclairer sous d’autres jours les différences de condition et de traitement réservés à celles et ceux qui s’engagent sur les routes migratoires. L’absence devient ainsi un révélateur des modalités différenciées de vivre l’exil et d’en faire (ou d’être empêché d’en faire) une condition de réalisation de soi.

Adresse du site présentant  des Working Papers sur l’exil :

http://nle.hypotheses.org/1321

Adresse du site du groupe de recherche :

http://nle.hypotheses.org 

Prochainement, notre séminaire sur le thème « Déplacements et Traces en Méditerranée »

– Séminaire ATRI –

Déplacements et Traces en Méditerranée :

le fil d’Ariane de l’absence

Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines

30 janvier 2015 

Cliché Constance

Présentation : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requiert l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ? 

Matin (10h-12h) salle 9 

Constance De Gourcy (LAMES CNRS AMU), & Nasser Tafferant (LAMES CNRS AMU)

Introduction : L’absence peut-elle être tracée ? 

Loïc Le Pape (IDEMEC CNRS AMU)

Traces, désirs de savoir et volonté d’être. L’après-colonie au Maghreb 

 Après-midi (13h30-17h) salle 1

 Eckehard Pistrick (Martin-Luther-Université Halle/CREM-LESC Paris)

Absences – Silences : La sonorité du vide 

Malika Gouirir (Université Paris Descartes)

Retour en France, terre natale

AAC – Journée d’études « Les arts et les oubli(é)s de la mémoire »

Projet FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire)

Appel à communications
Date limite fixée au 20 décembre 2014

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet de recherche FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire), agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2013. Elle se tiendra le 5 juin 2015 à Angers.

Présentation :L’histoire officielle soutient la construction de la mémoire collective autour d’événements qui visent à favoriser l’identification à des valeurs communes (au sein de la nation ou d’autres groupes ou communautés). Dans ce contexte, nombreux sont les artistes qui ont utilisé les vecteurs de la création pour faire entendre d’autres voix, s’appropriant parfois les outils de l’historien pour contester une version normalisée du passé. L’historienne américaine Lynn Hunt définit l’histoire comme un récit qui oscille entre deux pôles : les histoires racontées et celles qui pourraient l’être. Elle évoque ces histoires « fantômes » qui hantent la mémoire et laissent des traces spectrales dans les arts. Si les histoires qui pourraient être racontées jettent un éclairage nouveau sur le passé et la façon dont il a été appréhendé, par le champ des possibles qu’elles représentent et l’alternative qu’elles proposent, elles invitent aussi à repenser le présent et l’avenir.

La mémoire des traces par Nadège Pandraud.

En amont de la prochaine journée d’étude intitulée « Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence » qui se tiendra à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme le 30 janvier 2015, Nadège Pandraud nous invite à aller voir un spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie », par la compagnie Arnica, textes de Sébastien Joanniez, mise en scène Emilie Flacher.

Il s’agit d’une proposition artistique de spectacle vivant qui mêle des éléments très visuels et du récit, une forme de théâtre avec du texte (un texte de nature fictionnelle entièrement écrit par un écrivain-auteur, mais un texte nourri entre autres choses de bribes de témoignages recueillis, ces derniers, remâchés, réécrits …), avec des comédiens qui jouent mais aussi avec des marionnettes et des créations plastiques.

La thématique est celle de la mémoire et des « traces », ici, les traces de la guerre d’Algérie. Le spectacle donne à réfléchir quant à ces traces, leur statut (ici des photos, mais aussi des objets, de la parole et des récits de témoins de la guerre, d’enfants d’immigrés etc…), ou encore à la variété et à la pertinence (au choix) d’une place, d’une méthode, d’un dispositif matériel et discursif, ces derniers repris ou inventés, nous reconstruisons des traces, et encore aux effets de nos « constructions » (savantes ou artistiques) sur un destinataire (effets cognitifs, esthétiques, émotionnels, performatifs…), sur le tissage ou la transformation de rapports au monde et à l’autre, puisqu’il s’agit bien, au bout du compte, de transmettre ou de partager quelque chose avec d’autres personnes, un point de vue sur le monde, un questionnement etc.

Ce spectacle nous pose aussi la question de la frontière entre réel et fiction (ou « documentaire » et « fiction » pour reprendre les catégories appliquées aux genres littéraires ou artistiques : d’aucuns classent ce spectacle dans la catégorie de « théâtre documentaire », la metteur en scène ne s’y reconnaît pas et réfute ce qualificatif). Par-là, il est l’occasion de nous poser plus fondamentalement en retour la question du récit, des récits divers (et de différents types?), que chercheurs en sciences humaines ou artistes produisent à partir d’un recueil de « traces » de même nature …

En bref, ce spectacle constitue un stimulus parmi d’autres pour nous saisir de la question de savoir comment nous reconstituons des traces d’une « réalité » sociale (mais des traces « de quoi » précisément ?) à partir de données matérielles diverses et hétérogènes (des photos, des vidéos, de la parole, de l’écrit, des objets …), pour nous interroger sur le statut de ces traces, non seulement savoir quelle(s) signification(s) leur attribuer mais aussi comment reconstituer le sens d’une présence et d’une existence sociale.

Le mieux est encore et toujours d’aller voir ou le revoir, sans trop d’attente et en oubliant surtout (provisoirement) toutes ces questions.

Ce spectacle « Dessine-moi un mouton, trilogie sur les traces laissées par la guerre d’Algérie » a lieu du 24 au 30 novembre 2014 au théâtre Massalia de la Friche de la Belle de mai à Marseille.

 

Séminaire « Migrations : regards croisés »

Séminaire « Migrations : regards croisés »
L’ objectif du séminaire est de proposer un espace d’échange autour de récents travaux de recherche sur la question des migrations. S’appuyant sur la présence de plusieurs enseignant-e-s chercheur-e-s de l’université Paris-Ouest Nanterre travaillant sur ce sujet, il vise à favoriser le dialogue entre différentes disciplines (histoire, sociologie, science politique, droit, anthropologie et économie) et à décloisonner la question migratoire des ancrages disciplinaires. Il s’agit également de valoriser les jeunes chercheur-e-s, doctorant-e-s et docteur-e-s, qui trouveront un lieu de discussion, à la fois rigoureux et bienveillant, de leurs travaux de recherche. Une certaine place est accordée aux travaux de recherche portant sur les politiques publiques et leurs implications juridiques, à l’État et à l’administration, objets qui facilitent la confrontation des disciplines.
Organisateurs/rices : Karen Akoka, Stéphane Beaud, Stéphane Dufoix, Abdellali Hajjat, Dzovinar Kévonian, Lionel Ragot, Philippe Rygiel et Serge Slama.
Lieux et horaires : en alternance à l’université Paris-Ouest Nanterre (bâtiment F, salle des conférences F352) et au Musée de l’histoire de l’immigration – 2eme mercredi du mois, de 15h30 à 17h30.

 Programmation du séminaire 2014-2015 : Semigrations_prog_2014_2015

 

AncrAges

Les correspondances avec l’association AncrAges à Marseille se renforcent au fil des années. Le travail de mémoire auquel se livre l’association constitue une source de réflexion et d’inspiration inestimable tant pour les chercheurs en sciences sociales que pour les acteurs du monde du spectacle.

Le colloque   « Les migrants, passeurs de mémoire », qui s’était tenu à Oujda le 25 avril 2012, a permis de tisser ce premier lien fécond.

Programme du colloque

Séminaire « Les migrants, passeurs de mémoires » Avril 2012_vd

Site Web du partenaire

 AncrAges Histoire mémoires et territoires

Théâtre du Merlan scène nationale et le GdRA

Plusieurs activités ont été organisées avec le théâtre du Merlan scène nationale à Marseille, le GdRA et la spécialité professionnelle du master de sociologie d’Aix-Marseille Université (resp. Constance De Gourcy) au cours de la période 2011-2014 telles que les rencontres/débats au Merlan rassemblant public et étudiants de master à l’issue des représentations du GdRA. L’objectif pédagogique était de créer un dialogue fécond autour de la façon dont on considère l’autre, le semblable et le différent dans l’espace de la cité. Il s’agissait plus précisément à partir des portraits déployés de faire « parler » et dialoguer des savoirs « savants » et des savoirs « sensibles » sur des problématiques interrogeant la proximité de cet autre différent. Ces rencontres ont permis de décloisonner les savoirs et de tisser des liens entre les membres du public.

Chronologie des collaborations :

2011 : « Singularités ordinaires http://www.merlan.org/archives/saison-2010-2011/detail/singularites-ordinaires-le-gdra/

2012 : « Nour » http://www.merlan.org/accueil/detail/nour-le-gdra/

2013 : Organisation d’un cycle de débat dans le cadre de « Vif. Un musée de la personne »
http://www.merlan.org/programmation/detail/human-trip/

Sites web des partenaires :

 le GdRA 

Théâtre du Merlan scène nationale