Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé

Journée des Jeunes Chercheurs de  l’Institut de Géographie – Septembre 2021

Argumentaire

Les « blancs de la carte » au XVIIIème siècle, synonymes d’absence de connaissances sur des territoires entiers, jouaient un rôle moteur dans l’exploration et la production de savoirs géographiques.  Aujourd’hui, l’absence elle-même comme sujet en géographie  apparaît comme un « blanc », car si l’étymologie latine du terme, absens, nominatif de abesso « être loin », atteste de sa dimension intrinsèquement spatiale, ce concept a surtout été investi par l’histoire et la philosophie. La géographie, « science du concret » attachée à la matérialité et la représentation de l’espace, a longtemps eu du mal à s’emparer d’une réalité définie par sa difficulté à être saisie.

En réponse à ces inconnues, des courants de la géographie culturelle anglo-saxonne et francophone se sont réappropriés des objets peu étudiés parce qu’intangibles ou peu visibles.  Ainsi les numéros de Cultural Geography (2013, 2008), Space and Culture (2001) et Géographie et cultures (2018a, 2018b et 2020) attestent d’un regain d’intérêt pour les réflexions sur l’absence et ses objets. Cette géographie culturelle tend à démontrer que l’absence ne peut être assimilée au néant car elle possède une dimension matérielle, relationnelle et sociale, vectrice de nouvelles analyses utiles à la compréhension de la structure de l’espace. Aborder l’absence comme sujet et en définir les acteurs et les producteurs  (Meier, Frers et Sigvasdotter, 2013), est donc ce qui la distingue définitivement du vide, de ce qui n’a pas de réalité. L’absence est donc à penser de manière relationnelle, en lien avec des réalités sociales, politiques et spatiales. Continuer la lecture de Appel à communication : Absence(s) – de l’invisible à l’impensé