Tous les articles par Constance De Gourcy

Constance De Gourcy est maitresse de conférences en sociologie à Aix-Marseille Université, chercheure au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie.

Atelier musique et migration

Musique et migration :
Organisation Scientifique : Clara Biermann, Hugo Ferran, Eckehard Pistrick, Jean Pouchelon

1/ Musique et exil : la mise en présence de l’absence
2/ La musique en contexte migratoire : perspectives translocales

Rares sont les études ayant vraiment exploré le rôle de la musique dans les phénomènes migratoires ou – à l’inverse – l’impact de la migration sur la musique (Toynbee & Dueck 2012). Cet atelier vise à approfondir ces questions, en abordant des thèmes comme la formation musicale des identités sociales en contexte migratoire, les effets musicaux des politiques d’intégration sur les pratiques des migrants et la manière dont la mobilité musicale tisse des communautés translocales, ou encore au rôle de la pratique et de la création musicales comme des modalités de mise en présence de l’absence. Continuer la lecture de Atelier musique et migration

Quelques notes d’exil : les effets de l’absence

Ces quelques notes ont été envoyées par Eckehard Pistrick, membre de Crisalide. Son travail de recherche porte sur les traces sonores qui ponctuent la migration. Bagage immatériel, invisible du migrant, la musique permet de sonoriser l’expérience de l’exil et de mieux comprendre ainsi la force des liens qui perdurent dans l’éloignement.

–  Extrait de Chant d’exil (Polyphonie albanaise et ukrainienne), projet du groupe polyphonique « Jonianet » et de la chanteuse Marjana Sadowska réalisé par Eckehard Pistrick pour Bayerischer Rundfunk Nuremberg, Mars 2009© tous droits réservés.

 

 

 

Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

mmsh02

Fil conducteur du séminaire : Si en sociologie nous effectuons ce qu’il  est convenu d’appeler des analyses de données, en quoi consiste l’analyse de traces, c’est-à-dire l’analyse de ce qui reste, ces empreintes qui portent la marque d’un temps pluriel (social, politique, administratif, etc.) ? Quelles formes d’attention requièrent la présence ou l’absence de traces ? S’agissant des traces laissées par un déplacement – documents divers, photographies, objets, correspondances, billets de transport, etc. –, nous essayerons de saisir ce qu’elles expriment du déplacement et ce qu’elles font au déplacement (réorientation, bifurcation, etc.). Peut-on ainsi rendre compte de l’absence à partir des traces laissées, jalons ténus d’un fil d’Ariane toujours en (re)constitution ? Continuer la lecture de Déplacements et Traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence. Compte-rendu du séminaire du 30 janvier 2015 à la MMSH

Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire animé par : Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, IRIS/EHESS.

 Séances : 7,  14, 21 & 28 novembre 2014, 5,  12 &  19 décembre 2014, 9, 23 & 30 janvier 2015, 6, 13, 20 & 27 février 2015

Ce séminaire poursuit ses investigations sur les temporalités sexuées du care ; il entend ainsi étudier les enjeux politiques des interventions pour autrui (médico-sociales et plus largement tous types d’accompagnement de la personne) et contribuer à une sociologie des présences sociales. Celle-ci consiste en une description et une analyse des prises en charge et des pratiques d’accompagnement et de soins, ces activités professionnelles ou profanes étant observées comme des processus (attention et écoute, élaboration et coordination, émotions et actions concrètes, réception…) et envisagées dans leurs dimensions à la fois morales et pratiques, à partir de leurs enjeux de temporalisation et de sexuation. Envisager en ces termes les relations qui s’établissent entre une ou plusieurs personnes dans le besoin et des professionnel-le-s ou profanes qui tentent d’y répondre, permet de ne pas se limiter à une situation dyadique et de ne pas la restreindre au moment présent. Cette présence s’inscrit dans des dispositifs de la société qu’il faut considérer pour situer les enjeux politiques de la question sociale, afin de ne pas céder à leur délimitation à la sphère privée et individuelle. Continuer la lecture de Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire interlabo MIMED : Familles et mobilité

Familles et mobilité : 19 janvier 2015, 14h-16h salle Paul-Albert Février, MMSH.
Avec Constance de Gourcy, Sofia Laíz Véronique Manry, Natalia Ribas Mateos.

De l’absence il sera question dans ce séminaire à partir des effets induits par la mobilité géographique des femmes et plus largement par la dissociation des scènes familiales et professionnelles.  Le phénomène n’est cependant pas nouveau – au XVIIIe siècle les mères confiaient déjà leurs enfants à une nourrice à la campagne, le temps de l’allaitement – mais il s’accompagne d’une réinterprétation des cadres d’analyse relatifs à la parentalité en situation de mobilité-migration.

Présentation de trois ouvrages :

– RIBAS-MATEOS N., MANRY V., (eds), Mobilités au féminin. La place des femmes dans le nouvel ordre du monde, Paris, Karthala, 2013.

– RIBAS-MATEOS N., LAIZ S., Movilidades adolescentes. Elementos teoricos emergentes en la ruta entre Maruecos y España, Belaterra, 2014.

– DE GOURCY C., ARENA F., KNIBIEHLER  Y., Familles en mouvement. Migrations et parentalité en Méditerranée, Aix-en-Provence, PUAM, col. Penser le Genre, 2014.

De l’exil à l’absence

Le 17 novembre 2014 dans le cadre du séminaire Mimed « Lieux et territoires des migrations en Méditerranée, XIXe-XXIe siècles », Alexis Nuselovici, Professeur de littérature générale et comparée à l’Université d’Aix-Marseille, a présenté ses travaux sur L’expérience de l’exil.   Constance De Gourcy a été invitée à introduire les échanges très riches qui suivirent la présentation.  Cette rencontre était aussi une incitation à tisser de nouveaux dialogues entre littérature et sociologie, littérature et sciences sociales.

Si Dante a situé l’exil dans le « Paradis » et non en « Enfer » comme on pourrait le penser de prime abord, c’est peut-être pour nous inviter, voire nous inciter, à regarder la condition de l’exilé comme une expérience humaine porteuse de promesses en dépit des obstacles toujours plus nombreux qui se dressent sur les routes. Parler d’exil et d’exilé plutôt que de migration et de migrant permet ainsi de restituer la dimension humaine, existentielle, des parcours migratoires. Un enjeu épistémique se profile ainsi qui nous rappelle combien le déplacement fait partie de notre commune humanité indépendamment de ses conditions de réalisation, variables selon les sociétés et les époques. Etudier l’absence – c’est-à-dire ce lien social qui s’invente dans l’éloignement et la distance – sous l’angle de cette perspective analytique revient à éclairer sous d’autres jours les différences de condition et de traitement réservés à celles et ceux qui s’engagent sur les routes migratoires. L’absence devient ainsi un révélateur des modalités différenciées de vivre l’exil et d’en faire (ou d’être empêché d’en faire) une condition de réalisation de soi.

Adresse du site présentant  des Working Papers sur l’exil :

http://nle.hypotheses.org/1321

Adresse du site du groupe de recherche :

http://nle.hypotheses.org