Images

« Les cloches silencieuses » de l’artiste Sylvie Tisserand

Sylvie Tisserand est de retour au Centre d’exposition de Mont-Laurier avec son dernier projet, « Les cloches silencieuses ».

 

Sous le titre « Les cloches silencieuses », Mme Tisserand suscite évidemment la curiosité avec son dernier projet, qui témoigne d’une démarche questionnant le cycle de la vie.

L’artiste avait partagé « Frontière humaine » en 2001 et « À cent nœuds lumière » en 1994.

Retrouver la présence de l’absence

Les cloches silencieuses sont des sculptures de fil de fer qui représentent des cloches, mais qui ne sonnent pas. Cette exposition était une occasion pour l’artiste de faire une réflexion sur le sens et l’essence même de la vie : « Pour moi, les cloches silencieuses sont porteuses de sens, d’un bagage universel qui va au-delà de leur conception même. Une cloche en fil de fer ne sonne pas, elle sonne les «non-dits»». Cette manière de représenter l’objet par l’absence et par le vide permet de mettre au jour ce qui est caché, mais qui est tout aussi vrai et pertinent. Sylvie Tisserand initie alors un jeu entre présence/absence, dit/non-dit, matière/vide, bruit/silence et amorce un questionnement sur le cycle de la vie.

Ainsi, ce sont plusieurs séries de cloches silencieuses qui accueilleront les visiteurs à la salle d’exposition de Mont-Laurier, sans oublier la présence d’une projection vidéo et d’une présentation de l’artiste.

La rencontre avec Sylvie Tisserand, qui aura lieu le jeudi 26 octobre à 17h, sera l’occasion de discuter avec l’artiste et d’en découvrir davantage sur « Les cloches silencieuses ».

Lors de cette soirée, une performance en lien avec l’exposition sera présentée par l’artiste multidisciplinaire Loraine Galarneau.

sources

Absence (Looking for Hammershøi) by Frank Ammerlaan

Frank Ammerlaan,  Absence (Looking for Hammershøi)

David Risley Gallery, Copenhagen

Group show:
Frank Ammerlaan, Spencer Anthony, Anna Bjerger, Patrick Caulfield, Dexter Dalwood, Graham Dolphin, Wilhelm Freddie, David Hockney, Alex Katz, Alice Neel, Michael Simpson and Francesca Woodman.

January 15 – February 28, 2015

Artist website

Installation view, Absence.

Bruno Fert | Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Un projet photographique sur la mémoire d’un conflit

Le Projet

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de sept cent mille Palestiniens vers les pays voisins. À la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

Où ?  Librairie Maupetit à Marseille

du 22 juin au 2 septembre

Un travail de mémoire

Durant plus de trois années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des cinq cents villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont un voyage aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

Continuer la lecture de Bruno Fert | Les Absents

Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

 

« Revenir »

A propos de l’installation de Nicène Kossentini « Revenir », 2006, Art video/ black and white.

Une photographie de famille travaillée par la vidéo ; une « image-vidéo » donc qui expérimente une nouvelle dimension, la profondeur temporelle de l’histoire et sa part d’ombre. Ce faisant, se produit une inversion : le caché accède à une forme de visibilité, le second plan devient premier, l’absence fait place à la présence. En décomposant et recomposant la photographie de famille, la vidéo scrute intimement sa composition jusqu’à faire ressortir et donc resurgir l’énigme d’une présence, celle d’une petite fille, cachée, montrée ainsi révélée, qui se tient derrière le groupe familial occupé qu’il est à poser devant l’objectif. Longtemps, l’image-vidéo se fixe sur le contour imprécis d’un visage dont on devine la bouche ouverte, muette. Il s’agit d’une apparition furtive, troublante, entre présence et absence. Les vibrations de l’image-vidéo restituent la densité de cette expérience et l’immobilité initiale de l’image vibrante cède au mouvement, celui-là même qui produit le questionnement sur le sens de cette absence. A voir ici

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)

« La demande d’amour » photo extraite de l’ouvrage Roland Barthes par Roland Barthes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Si l’absence est souvent signifiée – e.g. une chaise ou une place vide, la vacuité renvoyant précisément à la présence manquante –, la photographie, cette émanation du référent, révèle les distances – temporelles, géographiques ou autres – qui séparent le spectateur de ce qui est donné à voir, c’est-à-dire pour reprendre la terminologie de Barthes, le spectator du spectrum. Dans La chambre claire. Note sur la photographie, ouvrage publié en 1980, cette technique est présentée comme un art de la coprésence entre le spectator et le « ça a été », ce qui confère au passé un statut moins teinté de nostalgie que de certitude. Elle « est littéralement une émanation du référent. D’un corps réel, qui était là, sont partie des radiations qui viennent me toucher, moi qui suis ici » (Barthes, 1980 : 126). Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (2) : la photographie du Jardin d’Hiver (1898)