Archives par mot-clé : littérature

Traverser les frontières : récits d’expatriation dans la littérature et le cinéma égyptiens

Carte Blanche proposée par Imaginaires Migratoires (INALCO), In 2016 (Université d’Oslo).
Modérée par Delphine Pagès-El Karoui, géographe, CERMOM, Sociétés Plurielles, INALCO/USPC.
Avec Elena Chiti, historienne et traductrice (arabe), Université d’Oslo ; Constance de Gourcy, sociologue, LAMES, Aix-Marseille Université ; Lucile Gruntz, anthropologue et réalisatrice de films documentaires.

 

Cette table-ronde explore la thématique de l’émigration dans la littérature et le cinéma égyptiens. Devenue massive depuis les années 1970, l’émigration qui se poursuit dans le contexte post-révolutionnaire occupe une place centrale dans l’imaginaire collectif égyptien. Décryptages d’œuvres variées par quatre spécialistes, qui en disent aussi long sur les blocages de la société égyptienne contemporaine que sur les expériences de ses citoyens en exil, entre nostalgie, aliénation et voyage initiatique. Parmis les sujets traités, une place sera accordée à l’absence. Il s’agira notamment de voir les formes qu’elle peut prendre dans la littérature égyptienne contemporaine à partir du roman « Chicago », du célèbre écrivain Alaa El Aswany.

Lieu : Institut du Monde Arabe. Dimanche 21 mai, Salle du Haut Conseil (niveau 9), de 10h00 à 11h30

Programme

Les rencontres de la troisième édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe sont désormais entièrement disponibles sur les chaînes Soundcloud et YouTube de l’IMA !

 Retrouvez-les au lien suivant :

A Typology of contemporary exile narrations. Appel à projet de thèse

DOC2AMU est un programme doctoral innovant permettant de financer 30 contrats doctoraux d’une durée de 3 ans chacun pendant les 5 années du programme. Il est basé sur des principes
d’interdisciplinarité, d’intersectorialité et d’ouverture internationale (« 3I »). Il s’agit d’un projet H2020 COFUND MSCA cofinancé par la Commission Européenne et par le Conseil Régional Provence-
Alpes-Côte d’Azur, avec un soutien financier de la fondation A*MIDEX. Parmi les appels, un en particulier portant sur l’expérience exilique et la reconfiguration de l’absence en situation d’exil retient notre attention :

A typology of contemporary exile narrations
Is it possible to envision a representation of the exilic experience which could be broad enough to include the contemporary diversity of migratory fates and situations, and relevant enough to consider each individual exiled person? In a context of displacements more and more increased by political violence and economic misery in Africa and the Middle-East, the figure of the “exile” (the exiled person), relayed everywhere through mass media, is gaining more and more importance in our lives, our imaginary constructions, and our relation to the Other. Continuer la lecture de A Typology of contemporary exile narrations. Appel à projet de thèse

Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Connaissez-vous le « tourisme pathologique » ? Ce que l’on a ainsi qualifié est une maladie qui s’est répandue en France à la fin du XIXe siècle puis en Italie et en Allemagne avant de disparaitre progressivement. Albert Dadas (1860-1907) est le premier cas officiel de « touriste pathologique » connu pour entrer dans des états de transe semi-somnambulique qui lui faisaient tout quitter pour voyager avec frénésie, généralement à pied. L’histoire de ce fugueur maladif, sans cesse jeté sur les routes par son impérieuse et insatiable quête d’ailleurs constitue le point de départ du roman de Minh Tran Huy qui est aussi une quête sur les « voyageurs malgré eux », ces exilés qui peuplent l’histoire familiale de la narratrice. Continuer la lecture de Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

colloque international Étudier l’exil Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Localisation :
19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence), 22-23 mai MUCEM (Marseille)
Pôle :
Collège d’études mondiales

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

Continuer la lecture de colloque international Étudier l’exil Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq

« Je n’aurais rien à regretter », ainsi, se termine le roman de Michel Houellebecq Soumission. Si celui-ci n’est pas un roman de la nostalgie, il est en revanche un roman qui traite de l’absence et c’est à ce titre que nous proposons ces quelques lignes. L’absence – même sans nostalgie – n’est pourtant pas le sujet principal, loin s’en faut, mais un des fils qui parcourt l’ouvrage mettant ainsi en lumière la façon dont se pensent certaines formes d’attaches. Ces attaches ne sont pas posées sur un plan familial : c’est par l’avènement de leur mort que les parents du narrateur deviennent ainsi paradoxalement présents. L’absence est donc moins à mettre en relation avec la disparition causée par le décès d’un être « proche » qu’avec la séparation induite par l’éloignement géographique, en l’occurrence le départ vers un pays de référence, Israël. Continuer la lecture de Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq