Archives par mot-clé : famille

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32

Circulations familiales et reconfigurations de la parenté

A noter le 16 et 17 mars 2017 prochain la tenue de deux journées  d’étude dont l’objectif est d’analyser les reformulations que révèle, dans la parenté, la circulation des choses, des corps ou des personnes au sein d’un monde globalisé. La circulation familiale sera notamment interrogée sous l’angle de l’absence dans la relation parent/enfant.

JournéesDSVS 2017

Lieu :
Salle A
Centre de la Vieille Charité
2 rue de la Charité
13002 Marseille

Le festival nouv.o. monde : un certain regard sur un monde en mouvement

Du 3 au 12 mars 2017 se tiendra la prochaine édition du festival Nouv.o.monde à Rousset et dans le pays d’Aix.

Dans le cadre du partenariat établi depuis 2016 entre ce festival  et l’équipe Crisalide, une séance annuelle est programmée autour de l’absence dans les migrations internationales. En 2016, l’absence a été traitée à partir du film Umrika (Inde | 2015 | 1h45 Sundance 2015 – Prix du Public Avec Suraj Sharma, Tony Revolori, Prateik Babbar).

L’édition 2017 promet de riches rencontres. L’après-midi du 11 mars sera consacrée à la projection de film et court-métrage traitant de ce monde en mouvement à partir du lien complexe entre famille et migrations. Le film Mercenaire de Sacha Wolff aborde ainsi avec tendresse et poésie la relation entre migration sportive et regard familial : Soane, jeune Wallisien, brave l’autorité de son père pour partir jouer au rugby en métropole. Livré à lui-même à l’autre bout du monde, son odyssée le conduit à devenir un homme dans un univers qui n’offre pas de réussite sans compromission.

Le court-métrage Sinto a tua falta (Je ressens ton absence) de Lucas Roxo traite du rapport entre mémoire et histoire. En février 1971, Léonor a laissé sa fille au Portugal pour venir s’installer en France. Quarante ans plus tard, elle retourne sur le chemin de l’exil et écrit les lettres qu’elle ne lui a jamais envoyées.

Ces séances seront suivies de tables-rondes avec les réalisateurs. voir le Lien page programmation en partenariat avec le collectif Crisalide (MMSH)

Chaque année, les rencontres et discussions autour de ce thème enrichissent ce  dialogue fécond entre les sciences sociales et les arts visuels afin d’explorer, documenter et élargir les significations de l’absence.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451

Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

 

« Revenir »

A propos de l’installation de Nicène Kossentini « Revenir », 2006, Art video/ black and white.

Une photographie de famille travaillée par la vidéo ; une « image-vidéo » donc qui expérimente une nouvelle dimension, la profondeur temporelle de l’histoire et sa part d’ombre. Ce faisant, se produit une inversion : le caché accède à une forme de visibilité, le second plan devient premier, l’absence fait place à la présence. En décomposant et recomposant la photographie de famille, la vidéo scrute intimement sa composition jusqu’à faire ressortir et donc resurgir l’énigme d’une présence, celle d’une petite fille, cachée, montrée ainsi révélée, qui se tient derrière le groupe familial occupé qu’il est à poser devant l’objectif. Longtemps, l’image-vidéo se fixe sur le contour imprécis d’un visage dont on devine la bouche ouverte, muette. Il s’agit d’une apparition furtive, troublante, entre présence et absence. Les vibrations de l’image-vidéo restituent la densité de cette expérience et l’immobilité initiale de l’image vibrante cède au mouvement, celui-là même qui produit le questionnement sur le sens de cette absence. A voir ici

Continuer la lecture de Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

A lire : La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle

Dans cet ouvrage qui vient de paraitre,  Nathalie Ortar s’intéresse aux mobilités qui relient la scène professionnelle à la scène résidentielle.

La grande mobilité géographique professionnelle qui implique pour un individu de résider et de travailler dans des lieux distants de plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de kilomètres, reste un phénomène social mal connu.

Pourtant cette mobilité spatiale singulière, emblématique de notre modernité, transforme profondément le quotidien privé et professionnel des travailleurs mobiles, et impose des façons de vivre et de travailler bien spécifiques intégrant l’éloignement géographique, l’absence, mais aussi des séparations et des retours récurrents. Continuer la lecture de A lire : La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle