Archives de catégorie : Lire

Empty Migrant Rooms: An Anthropology of Absence through the Camera Lens

The article explores « empty migrant rooms » in Central Albania and their photographic image as seen through an anthropology of absence. In which way can a dialogic work between ethnographer and photographer reveal the local meanings of such spaces as lieux de mémoire commenting on temporary absences and prospective presences? The authors explore the local terminology, the affective care and the social interaction generated by and around such rooms. It is argued that such spaces are not only fluctuating between the material and the immaterial, but are also characterized by emotional ambiguities. Their local relevance is referred to as « absence signifiers », as material substitutes for physical bodies of flesh and blood, as « memory boxes » of the immaterial. The article also discusses ethical questions which concern the very nature and the preservability of « migrant’s traces ».

Authors :

Eckehard Pistrick (text)
Martin Luther University Halle-Wittenberg, Germany
eckehard.pistrick@musikwiss.uni-halle.de
&
Florian Bachmeier (photo and text)
n-Ost Network for Reporting on Eastern Europe, Germany
mail@lorianbachmeier.com
3.2 (2016) 121–294
ISSN (print) 2051-3429 (online) 2051-3437
https://doi.org/10.1558/jca.32

Le bien des absents – Elias Sanbar

Palestinien né à Haïfa mais vivant depuis toujours en exil, Elias Sanbar évoque la maison familiale, l’exode des siens, l’enfance dans le Liban des années cinquante, les rencontres, les proches et les camarades de combat, les vaines négociations israélo-palestiniennes, un bref retour à Haïfa. Son témoignage apporte une perspective sensible aux événements contemporains

Souvenirs émaillés de mille anecdotes rendant hommage à ceux qui sont tombés pour la cause palestinienne, souvenirs de ses rencontres avec les poètes (quelques pages superbes sur Jean Genet), avec l’Amérique et les Indiens qu’il affectionne, par analogie de sort…
Continuer la lecture de Le bien des absents – Elias Sanbar

Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ? Appel à contribution

Après trois années de recherche interdisciplinaire sur les situations d’absence en Méditerranée, l’équipe CRISALIDE a le plaisir de vous faire part d’un appel à contribution pour la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM). Il est intitulé « Migrations en Méditerranée : Une anthropologie de l’absence ?  »

Calendrier

5 novembre 2016 : Envoi des propositions aux directeurs scientifiques du numéro :

Kamel Chachoua (chachoua [at] mmsh.univ-aix.fr) Aix-Marseille Univ, CNRS, IREMAM (UMR 7310), Aix-en-Provence, France

et Constance De Gourcy (constance.degourcy [at] univ-amu.fr) , Aix-Marseille Univ, CNRS, LAMES (UMR 7305), Aix-en-Provence, France.

5 janvier 2017 : Réponse aux auteurs

5 juin 2017 : Envoi des articles aux directeurs scientifiques du numéro

Automne 2018 : Publication du numéro

Appel à contribution

Femmes Face à l’absence, Bretagne et Québec (XVIIe -XVIIIe SIÈCLES) Sous la direction d’ Emmanuelle Charpentier et Benoît Grenier

La revue «Cheminements» du Centre interuniversitaire d’études québécoises (CIEQ ) a publié un numéro sur l’absence masculine et ses effets sur l’agentivité des femmes. Les contributions réunies dans ce recueil examinent  l’articulation entre les femmes et l’absence, en s’appuyant sur des trajectoires individuelles que tous les contributeurs se sont attachés à replacer dans des perspectives plus générales.

Imposée par le travail, la guerre, ou bien choisie par la migration, l’absence des hommes offre la possibilité de contourner, partiellement, les «silences de l’histoire » à l’égard des femmes, si bien soulignés par Michelle Perrot. Elle laisse même entrevoir des femmes dans une intéressante situation d’entre-deux qui les

démarque des «filles majeures», des femmes séparées et de celles qui sont frappées par l’absence définitive de leur époux, les veuves.

APPEL À TEXTES COMMENT LES FAMILLES CONSTRUISENT LEURS TEMPS ? COMMENT LE TEMPS CONSTRUIT LES FAMILLES ?

Cet appel à texte portant sur les temporalités familiales ouvre une réflexion inédite sur le couple présence/absence.  La problématique particulière des familles séparées ou recomposées  est présentée comme une entrée pour aborder les constructions nouvelles des temps familiaux, que ce soit sur les négociations calendaires des temps de résidences des enfants, les perceptions du temps partagé avec de nouveaux entrants – ou la question de l’absence ou du manque – ou encore sur sur les situations des familles transnationales (Merla et François, 2014).

Les propositions (résumés) doivent être déposées sur le site de la revue pour le 1er juin 2016.

EFG29_Appel_Construction des temps

Disparition et absence : Pour une anthropologie des limites

Pour cette rentrée universitaire, nous avons choisi l’ouvrage de David Le Breton disparaitre-de-soi .

Extrait : « au fil de ce livre, j’appellerai “blancheur” cet état d’absence à soi plus ou moins prononcé, le fait de prendre congé de soi sous une forme ou sous une autre à cause de la difficulté ou de la pénibilité d’être soi. Dans tous les cas, la volonté est de relâcher la pression.
Il s’agit ici de plonger dans la subjectivité contemporaine et d’en analyser l’une des tentations les plus vives, celle de se défaire enfin de soi, serait-ce pour un moment. Sous une forme douloureuse ou propice, cette étude arpente une anthropologie des limites dans la pluralité des mondes contemporains, elle s’attache à une exploration de l’intime quand l’individu lâche prise sans pour autant vouloir mourir, ou quand il s’invente des moyens provisoires de se déprendre de soi. Les conditions sociales sont toujours mêlées à des conditions affectives. »

Déplacements et traces en Méditerranée : le fil d’Ariane de l’absence

Alice Ruffini, membre du Crisalide, propose ses prises de notes du séminaire du 30 janvier 2015. Celles-ci sont une invite au voyage, à la déambulation sur les traces sensibles laissées par celles et ceux qui sont en mouvement. Elle dessine une véritable cartographie de l’absence à partir des mémoires multiples qui la (re)composent dans le temps et l’espace. A lire, voire et contempler :

Carto-graphie de l’absence

Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion

Le dernier numéro de la Revue Européenne des migrations Internationales vient de paraitre. Cette livraison enrichie d’un numéro Varia aborde un thème qui intéresse particulièrement les membres de l’équipe CRISALIDE car il pose de façon renouvelée et inédite la question de la présence numérique à travers celle de la « traçabilité migratoire ». Comme le souligne Dana Diminescu dans son éditorial « le support des TIC est un dispositif sociotechnique qui peut servir et/ou augmenter une forme de fonctionnement sociétal en réseau, spécifique aux diasporas et qui se manifeste sur la Toile par différentes formes de présence (Diminescu, 2005).  Continuer la lecture de Les traces de la dispersion – Traces of Dispersion

Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Connaissez-vous le « tourisme pathologique » ? Ce que l’on a ainsi qualifié est une maladie qui s’est répandue en France à la fin du XIXe siècle puis en Italie et en Allemagne avant de disparaitre progressivement. Albert Dadas (1860-1907) est le premier cas officiel de « touriste pathologique » connu pour entrer dans des états de transe semi-somnambulique qui lui faisaient tout quitter pour voyager avec frénésie, généralement à pied. L’histoire de ce fugueur maladif, sans cesse jeté sur les routes par son impérieuse et insatiable quête d’ailleurs constitue le point de départ du roman de Minh Tran Huy qui est aussi une quête sur les « voyageurs malgré eux », ces exilés qui peuplent l’histoire familiale de la narratrice. Continuer la lecture de Absence et Littérature (2) Minh Tran Huy, Voyageur malgré lui, Flammarion, 2014.

Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq

« Je n’aurais rien à regretter », ainsi, se termine le roman de Michel Houellebecq Soumission. Si celui-ci n’est pas un roman de la nostalgie, il est en revanche un roman qui traite de l’absence et c’est à ce titre que nous proposons ces quelques lignes. L’absence – même sans nostalgie – n’est pourtant pas le sujet principal, loin s’en faut, mais un des fils qui parcourt l’ouvrage mettant ainsi en lumière la façon dont se pensent certaines formes d’attaches. Ces attaches ne sont pas posées sur un plan familial : c’est par l’avènement de leur mort que les parents du narrateur deviennent ainsi paradoxalement présents. L’absence est donc moins à mettre en relation avec la disparition causée par le décès d’un être « proche » qu’avec la séparation induite par l’éloignement géographique, en l’occurrence le départ vers un pays de référence, Israël. Continuer la lecture de Absence et littérature (1) Un roman où la présence relève de l’absence et de la déprise ? Soumission de Michel Houellebecq