Archives de catégorie : Evénements scientifiques connexes – Scientific events

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Journée des doctorants AMERIBER – 22 mars 2018

L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones

Juan Goytisolo dans Don Julian représente l’absence sous différentes formes. En effet, l’auteur écrit sans Je, sans ponctuation et sans identité pour aborder le péché dans une époque indéterminée. Dans cette œuvre, le lecteur accède aux pensées les plus intimes du narrateur (ou plutôt des narrateurs) et se perd dans les pérégrinations intellectuelles de ce Je sans identité. Goytisolo choisit de passer des pensées de Don Julian, à celles de sa fille Florinde, violée par Rodéric de Tolède.

L’absence est définie comme le manque, la suppression, la non-présence de quelque chose ou de quelqu’un. Ainsi, elle est une sorte d’abîme que l’on peut chercher à combler ou bien à entretenir parfois. Entre son culte et sa peur, les artistes s’emploient à la représenter, en un sens pour la rendre plus palpable et plus vivante, pour en témoigner. Pour que le manque existe, une attente de la non-présence s’impose créant ainsi un besoin et la nécessité -ou non- de le combler. Il faut donc (reprenant Sartre) une attente réelle qui constate l’absence. Elle devient alors pertinente lorsqu’elle fait partie des possibilités situationnelles.
Lorsque le constat de l’absence naît de la reconnaissance d’une autre présence que celle que l’on attendait, son portrait se fait par le remplacement de la présence attendue par une nouvelle. Elle devient alors une substitution ou un contournement (Bergson). Le manque d’une présence peut aboutir à la représentation d’excès et des figures de l’absence. Lorsqu’on parle d’oubli (manque de mémoire), du silence (manque de discours), de la mort (manque du vivant) ou de l’interdiction (manque de liberté), par exemple.

Au travers de la transversalité et pluridisciplinarité propres à l’équipe de recherche AMERIBER, cette journée de doctorants vise à travailler sur les possibilités de représentations de l’absence au travers des arts, de l’Histoire, de la linguistique et la littérature d’Espagne, du Portugal et de l’Amérique latine.

Cette journée s’articulera autour de trois axes

I) L’absence comme thématique dans la fiction:
D’aucuns choisiront d’évoquer le manque d’un être aimé ou d’une sensation plaisante par le passé, alors que d’autres choisiront la thématique des migrations, et tout ce qui en découle, l’exil ou la disparition de repères. C’est le cas dans le poème « Ausencia » de Jorge Luis Borges ou dans l’oeuvre de Neruda, ou encore en musique avec la chanteuse Silvia Pérez Cruz qui aborde l’absence de justice sociale dans l’Espagne contemporaine avec les paroles de « No hay tanto pan ».

II) L’absence comme procédé discursif, littéraire ou poétique :
Cette carence peut apparaître par l’utilisation de moyens stylistiques (figures de style et tropes) par ressemblance (métaphore) ou par correspondance (métonymie), entre autres. Elle peut également se manifester dans les recours linguistiques tels que les néologismes, le calligramme et le lipogramme : en prose nous trouvons Flor de Sainetes, la novela de los tres hermanos de Francisco et Ribera où la lettre ‘a’ n’est pas présente.

Il peut encore s’agir de l’absence d’un des éléments indispensables à l’acte communicatif. En effet, la disparition de la figure de l’auteur peut engendrer l’apparition d’une création collective. Dans Spain in a day, Isabel Coixet a réalisé le montage du film avec des vidéos réalisés par des amateurs espagnols afin de capter et montrer l’identité du pays.

III) L’absence d’un élément dans le processus de création :
Lorsque l’absence s’impose l’artiste ou l’auteur est contraint d’adapter ses méthodes et ses techniques pour mener à bien sa composition. Qu’il soit confronté à un manque économique, matériel ou humain, il doit se restreindre et s’imposer des conditions. L’inventivité devient alors un levier pour sauver l’oeuvre de la pénurie lui permettant ainsi de créer une réalité propre à l’oeuvre comme le fera Alejandro Jodorowsky dans son court-métrage La cravate. Cette privation peut être également volontaire voire politique. C’est le cas notamment de certaines oeuvres se réclamant collective ou libre de droit. Le but sera ici de transformer une création en arme et outil politique légitimé par ces absences dans la réalisation.

Calendrier et modalités de soumission
Les propositions de communication (comprenant un titre, un résumé entre 300 et 500 mots, une bibliographie, trois mots-clés et une note biographique de 10 lignes maximum) sont à adresser en français, espagnol, portugais et catalan, pour le 15 janvier 2018 au plus tard.

L’appel est ouvert aux doctorants d’AMERIBER ainsi qu’aux doctorants d’autres universités françaises et à l’étranger.

Les communications auront une durée de 20 minutes. Les possibilités qu’elles fassent éventuellement l’objet d’une publication sont à l’étude.

Les communications doivent être envoyées à l’adresse :
journee.doctorants.ameriber@gmail.com

Comité Organisateur
Joy COURET, Lidia SÁNCHEZ DE LAS CUEVAS et Lolita TODESCHINI

Bibliographie indicative

Ouvrages critiques:
– Bergson Henri, L’Evolution créatrice, Paris, Felix Alcan, 1907
– Deleuze Gilles et Félix Guatarri, L’anti-Oedipe, Paris, Édition de Minuit, 1972
– Fédida Pierre, L’absence, Paris, Folio Essais, 2005
– Goytisolo Juan, La reivindicación del Conde Don Julián, Madrid, Catedra, 2013
– Ittiruza Mariana, la presencia de la mujer en la fotografía de prensa argentina de 1920 a 1930, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2000
– Lacan Jacques, Le Séminaire, Livre X, L’angoisse, Paris, Seuil, 2004
– Lefèvre Henri, La présence et l’absence, contributions à la théorie des représentations, Paris, Casterman, 1980
– Sartre Jean-Paul, L’être et le néant, Paris, Gallimard, 1943
– Watroba Maria, Écritures de l’absence : Essais sur les frères Goncourt, Zola, Proust, Gide, Valéry, Leiris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007

Ouvrages littéraires:
– Borges Jorge Luis, Fervor de Buenos Aires, Buenos Aires, Imprenta Serrantes, 1923
– Cernuda Luis, Los placeres prohibidos, Madrid, Cátedra, 1999
– Muñoz Molina Antonio, En ausencia de Blanca, Madrid, Alfaguara, 2001
– Pessoa Fernando, Livro do desassossego, Lisbonne, Ática, 1982

Filmographie
– Guzman Patricio, Nostalgia de la luz, Chili, Renate Sachse, Atacama Productions, 2010, 94 min

Continuer la lecture de L’absence et ses représentations dans les mondes hispaniques et lusophones (Bordeaux)

Traverser les frontières : récits d’expatriation dans la littérature et le cinéma égyptiens

Carte Blanche proposée par Imaginaires Migratoires (INALCO), In 2016 (Université d’Oslo).
Modérée par Delphine Pagès-El Karoui, géographe, CERMOM, Sociétés Plurielles, INALCO/USPC.
Avec Elena Chiti, historienne et traductrice (arabe), Université d’Oslo ; Constance de Gourcy, sociologue, LAMES, Aix-Marseille Université ; Lucile Gruntz, anthropologue et réalisatrice de films documentaires.

 

Cette table-ronde explore la thématique de l’émigration dans la littérature et le cinéma égyptiens. Devenue massive depuis les années 1970, l’émigration qui se poursuit dans le contexte post-révolutionnaire occupe une place centrale dans l’imaginaire collectif égyptien. Décryptages d’œuvres variées par quatre spécialistes, qui en disent aussi long sur les blocages de la société égyptienne contemporaine que sur les expériences de ses citoyens en exil, entre nostalgie, aliénation et voyage initiatique. Parmis les sujets traités, une place sera accordée à l’absence. Il s’agira notamment de voir les formes qu’elle peut prendre dans la littérature égyptienne contemporaine à partir du roman « Chicago », du célèbre écrivain Alaa El Aswany.

Lieu : Institut du Monde Arabe. Dimanche 21 mai, Salle du Haut Conseil (niveau 9), de 10h00 à 11h30

Programme

Les rencontres de la troisième édition des Rendez-vous de l’Histoire du monde arabe sont désormais entièrement disponibles sur les chaînes Soundcloud et YouTube de l’IMA !

 Retrouvez-les au lien suivant :

« Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine (Europe-Amérique du Nord) : terre, mer, outre-mer » colloque international

Le colloque « Femmes face à l’absence de l’Antiquité à l’époque contemporaine : terre, mer, outre-mer (Europe – Amérique du Nord) » propose de réfléchir à la condition et au quotidien des femmes mariées confrontées à l’absence temporaire de leur époux.

Celle-ci recouvre une grande diversité de situations selon les raisons du départ (activité maritime, emprisonnement, guerre, migration, travail saisonnier, religion….), ses modalités (absence choisie ou subie), l’implantation géographique (ville, campagne, littoral, montagne, île, colonie…), l’âge de l’épouse, la présence d’enfants, le milieu social et l’éventuel soutien du réseau de parenté et d’amitié.

Alors que le veuvage – conséquence de l’absence irréversible des hommes – et le célibat ont fait l’objet de nombreux travaux et synthèses, la solitude des femmes mariées, momentanément « affranchies » de la tutelle masculine, reste largement un territoire en friche.

Le colloque est organisé en partenariat avec le Centre International de la Mer (Rochefort) et avec le soutien du Framespa-UMR 5136, du CRHIA-EA 1163, du CRIHAM-EA 4270, de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, de l’Université de Sherbrooke (Québec), de l’Université de Poitiers et de l’Université de La Rochelle.

site web dédié au colloque : https://femmes-abs-2017.sciencesconf.org/resource/page/id/1

 

Exils et mobilités contemporaines – colloque 6 février 2016

La phase actuelle de mondialisation économique, scientifique et culturelle suscite de nouveaux modèles de mobilité et de vies errantes. L’expatriation en est une, liée aux grandes entreprises internationales qui s’appuient sur cette mobilité professionnelle d’excellence pour construire des projets scientifiques. À cette forme de migration choisie s’opposent des phénomènes d’exil volontaire ou forcé plus dramatiques. Dans tous les cas, ces mouvements impliquent des situations interculturelles qu’il importe de définir. Ce colloque se propose ainsi d’analyser, dans un esprit pluridisciplinaire, la diversité des mobilités contemporaines et de réfléchir aux nouveaux statuts à leur accorder. L’absence sera au cœur de ces échanges.

lieu : Aix Marseille Université – Faculté de droit et de sciences politiques – Salle des Actes.

BAT Programme_Exils-&-mobilités-contemporaines3 -2

colloque international Étudier l’exil Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Localisation :
19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence), 22-23 mai MUCEM (Marseille)
Pôle :
Collège d’études mondiales

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

Continuer la lecture de colloque international Étudier l’exil Aix & Marseille 19-23 mai 2015

Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire animé par : Marc Bessin, chargé de recherche au CNRS, IRIS/EHESS.

 Séances : 7,  14, 21 & 28 novembre 2014, 5,  12 &  19 décembre 2014, 9, 23 & 30 janvier 2015, 6, 13, 20 & 27 février 2015

Ce séminaire poursuit ses investigations sur les temporalités sexuées du care ; il entend ainsi étudier les enjeux politiques des interventions pour autrui (médico-sociales et plus largement tous types d’accompagnement de la personne) et contribuer à une sociologie des présences sociales. Celle-ci consiste en une description et une analyse des prises en charge et des pratiques d’accompagnement et de soins, ces activités professionnelles ou profanes étant observées comme des processus (attention et écoute, élaboration et coordination, émotions et actions concrètes, réception…) et envisagées dans leurs dimensions à la fois morales et pratiques, à partir de leurs enjeux de temporalisation et de sexuation. Envisager en ces termes les relations qui s’établissent entre une ou plusieurs personnes dans le besoin et des professionnel-le-s ou profanes qui tentent d’y répondre, permet de ne pas se limiter à une situation dyadique et de ne pas la restreindre au moment présent. Cette présence s’inscrit dans des dispositifs de la société qu’il faut considérer pour situer les enjeux politiques de la question sociale, afin de ne pas céder à leur délimitation à la sphère privée et individuelle. Continuer la lecture de Genre et temporalités de la question sociale Séminaire de recherche à l’EHESS, année 2014-2015

Séminaire interlabo MIMED : Familles et mobilité

Familles et mobilité : 19 janvier 2015, 14h-16h salle Paul-Albert Février, MMSH.
Avec Constance de Gourcy, Sofia Laíz Véronique Manry, Natalia Ribas Mateos.

De l’absence il sera question dans ce séminaire à partir des effets induits par la mobilité géographique des femmes et plus largement par la dissociation des scènes familiales et professionnelles.  Le phénomène n’est cependant pas nouveau – au XVIIIe siècle les mères confiaient déjà leurs enfants à une nourrice à la campagne, le temps de l’allaitement – mais il s’accompagne d’une réinterprétation des cadres d’analyse relatifs à la parentalité en situation de mobilité-migration.

Présentation de trois ouvrages :

– RIBAS-MATEOS N., MANRY V., (eds), Mobilités au féminin. La place des femmes dans le nouvel ordre du monde, Paris, Karthala, 2013.

– RIBAS-MATEOS N., LAIZ S., Movilidades adolescentes. Elementos teoricos emergentes en la ruta entre Maruecos y España, Belaterra, 2014.

– DE GOURCY C., ARENA F., KNIBIEHLER  Y., Familles en mouvement. Migrations et parentalité en Méditerranée, Aix-en-Provence, PUAM, col. Penser le Genre, 2014.

AAC – Journée d’études « Les arts et les oubli(é)s de la mémoire »

Projet FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire)

Appel à communications
Date limite fixée au 20 décembre 2014

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet de recherche FAMAH (Fabrique de la Mémoire : Arts et Histoire), agréé par le Conseil scientifique de la MSH Ange-Guépin en novembre 2013. Elle se tiendra le 5 juin 2015 à Angers.

Présentation :L’histoire officielle soutient la construction de la mémoire collective autour d’événements qui visent à favoriser l’identification à des valeurs communes (au sein de la nation ou d’autres groupes ou communautés). Dans ce contexte, nombreux sont les artistes qui ont utilisé les vecteurs de la création pour faire entendre d’autres voix, s’appropriant parfois les outils de l’historien pour contester une version normalisée du passé. L’historienne américaine Lynn Hunt définit l’histoire comme un récit qui oscille entre deux pôles : les histoires racontées et celles qui pourraient l’être. Elle évoque ces histoires « fantômes » qui hantent la mémoire et laissent des traces spectrales dans les arts. Si les histoires qui pourraient être racontées jettent un éclairage nouveau sur le passé et la façon dont il a été appréhendé, par le champ des possibles qu’elles représentent et l’alternative qu’elles proposent, elles invitent aussi à repenser le présent et l’avenir.

Séminaire « Migrations : regards croisés »

Séminaire « Migrations : regards croisés »
L’ objectif du séminaire est de proposer un espace d’échange autour de récents travaux de recherche sur la question des migrations. S’appuyant sur la présence de plusieurs enseignant-e-s chercheur-e-s de l’université Paris-Ouest Nanterre travaillant sur ce sujet, il vise à favoriser le dialogue entre différentes disciplines (histoire, sociologie, science politique, droit, anthropologie et économie) et à décloisonner la question migratoire des ancrages disciplinaires. Il s’agit également de valoriser les jeunes chercheur-e-s, doctorant-e-s et docteur-e-s, qui trouveront un lieu de discussion, à la fois rigoureux et bienveillant, de leurs travaux de recherche. Une certaine place est accordée aux travaux de recherche portant sur les politiques publiques et leurs implications juridiques, à l’État et à l’administration, objets qui facilitent la confrontation des disciplines.
Organisateurs/rices : Karen Akoka, Stéphane Beaud, Stéphane Dufoix, Abdellali Hajjat, Dzovinar Kévonian, Lionel Ragot, Philippe Rygiel et Serge Slama.
Lieux et horaires : en alternance à l’université Paris-Ouest Nanterre (bâtiment F, salle des conférences F352) et au Musée de l’histoire de l’immigration – 2eme mercredi du mois, de 15h30 à 17h30.

 Programmation du séminaire 2014-2015 : Semigrations_prog_2014_2015