Zahaba (partir)

Dans le cadre du dernier séminaire du Crisalide, Alice Ruffini a présenté son court-métrage « Zahaba » (partir). Elle nous livre ici le sens qu’elle donne à vouloir interroger la notion de déplacement à travers le prisme de l’expérimentation d’une scénographique de rue.

Une histoire de chemins, de traversées invisibles,d’individus en partance dans des lieux qui se dérobent. Enfourchons notre bicyclette et partons. En peloton sur les traces d’un voyage, d’un passage, les sens aux aguets, éprouvons cet équilibre précaire et ordinaire. Dans une expérience à bicyclette entre ici et là bas/ Zahaba ( partir). Des petits trajets qui parlent de grands voyages.

Zahaba (partir) –  Alice RUFFINI

 Zahaba (partir) rend compte d’un temps hors champs, qui se vit dans l’entre-deux du voyage. Nous explorons ce temps de suspension à travers un personnage qui a quitté son pays. Les spectateurs le croisent dans un parcours parallèle, il n’a pas posé pied à terre, toujours en mouvement en équilibre, il a quitté l’endroit d’où il vient pour un ailleurs. Il se projette dans cet ailleurs, et nous emmène dans cette projection. 

 Zahaba (partir) est un spectacle cinétique, en mouvement sur le mouvement. L’énergie des spectateurs en est le moteur principal. Il s’agit de mettre une vingtaine de spectateurs dans un rapport particulier à leurs environnement, en orientant leurs perceptions, et en les rendant disponibles à se plonger dans une histoire. Le dispositif de mise en mouvement cinétique utilisé est la bicyclette. Le décor est la ville. La pellicule utilisée est un chemin, une route… La partition s’écrit à partir de ce que l’on éprouve, dans une immersion vivante, sonore, visuelle et sensitive.

Zahaba (partir) est né suite à l’observation de la disponibilité que l’on a lorsqu’on effectue un trajet à vélo. Le corps est en mouvement, moteur d’un déplacement rapide, on sent l’air sur le visage et l’esprit peut vagabonder. Je souhaite saisir cette disponibilité active pour explorer un écriture en mouvement, une écriture cinétique, proche d’une expérience cinématographique, plongeant le spectateur physiquement dans le film, allant jusqu’à sentir les odeurs et la fatigue. J’ai effectué une première expérimentation, j’ai pu tester le dispositif que j’avais imaginé : public à bicyclette, installation sonore et création in situ. Cela m’a permis d’affirmer mon intuition, et de confirmer mon envie de chercher dans cette direction, d’interroger le déplacement. J’ai ainsi une base qu’il me faut consolider en approfondissant le discours et le propos, pour donner plus de force à ce personnage, ce laboratoire de recherche me semble être un excellent cadre d’interrogation ! 

La seconde phase de recherche s’est déroulée lors d’un séjour de 3 mois au Burkina Faso, à Ouagadougou. Il me fallait me confronter aux «petits trajets» dans un «grand voyage», dans un pays où le deux roues est maître. L’équilibre est une question quotidienne, de survie. Je me suis nourrie dans la confrontation à l’environnement, à l’occupation de la rue, à l’interpellation, nourrie des langues qui se mélangent au fil des conversations, et des sonos qui hurlent en saturant. Je me suis intéressé à la figure de «l’aventurier» qui revenait souvent dans les discussions, celui qui part, en explorateur, avec le devoir de revenir, de raconter à ceux qui sont restés. Je continue les recherches sur cette figure spécifique, qui devient peu à peu un trait de personnage. L’avancée sur ce travail se fait pour la partie spectacle de manière collective, je vais être amenée à collaborer avec un auteur Burkinabè, je travaille également avec une comédienne Coréenne, un paysagiste, un chorégraphe, sous le regard extérieur de Jack Souvant, metteur en scène qui à travers le spectacle « Ticket » (collectif bonheur intérieur brut) questionnait le voyage clandestin, en mettant en situation les spectateurs dans un camion. Je pense que je serai amenée à réaliser en qualité de plasticienne d’autres formes sur ces questions … à suivre ! 

Le rapport avec la thématique de l’absence se fait aisément, la question du passage, entraîne rapidement dans l’instant qui suit la question de l’absence. Pour moi dans la construction d’une ville, il y a ceux qui restent, qui construisent alors une habitation, marquant le territoire, et ceux qui passent, les premiers, ainsi se forment les chemins puis les routes où vont pouvoir s’installer ceux qui restent. Ces chemins portent alors les traces de ces passages, de la présence, et de l’absence. 

Alice Ruffini 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *