Après La Traversée

Le 7 octobre 2014 de 13h à 15h en salle 6 de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en-Provence) a été projeté le film “La Traversée” d’Elisabeth Leuvrey, en sa présence. Cette projection fut proposée dans le cadre des activités du projet amorce “Un fil d’Ariane dans l’espace euro-méditerranéen : L’absence comme modalité d’appartenance “, coordonné par Constance De Gourcy & Nasser Tafferant (LAMES). On trouvera ci-après l’impression à « bonne température » de Nasser Tafferant qui, plusieurs fois, a vu le film et l’a discuté dans le cadre de conférences académiques et de festivals de films documentaires. Le très beau dossier de presse, téléchargeable, figure en bas de page1.

Projection de La Traversée en présence d'Elisabeth Leuvrey dans le cadre du séminaire de l'Atri - 7 octobre 2014
Projection de « La Traversée » dans le cadre des séminaires du Crisalide.

 

Débat avec la réalisatrice Elisabeth Leuvey
Débat avec la réalisatrice Elisabeth Leuvey

La Traversée, Dossier de presse, ArtLine Film

La « Traversée », c’est un dialogue ouvert entre deux rives fait de silences solennels et de témoignages hésitants, trébuchants. Des passagers évoquent le fantasme d’une vie de marin pour qui la mer méditerranée est une halte où l’horizon des rêveries ne connaît pas de limite. Cette parenthèse du voyage apaise aussi bien les corps que les esprits, un doux répit durant lequel les migrants disent leurs peines et leurs espérances. En mer, les conventions morales qui bâillonnent ordinairement le sensible et la sensiblerie n’opèrent plus. Sur le pont du navire, dans les cabines, on épanche la soif du vrai, on murmure sa tendresse, on brave les illusions. La nuit, la piste de danse s’offre aux voyageurs. Dans un charivari mélodieux, les corps se déchaînent jusqu’à épuisement : c’est la danse de la tragédie de l’exil qui vise à conjurer le sort et le tort de l’absent. C’est un film sur l’entre-deux, un film dont l’originalité est de montrer l’immigration en train de se faire, dans sa propre dynamique, dans sa terminologie, dans sa mélodie, dans une prose du corps. Précieuses confidences, précieux soliloques avant le débarquement qui inclinera derechef à la retenue, à la réserve, au faire comme si de rien n’était. Il ne s’agit pas d’une traversée en eaux troubles, mais d’un espace/temps qui donne la mesure de l’exil, loin des affres et des contingences de la vie terrestre.

Un immigré, qui se confiait à Abdelmalek Sayad2 au cours d’un entretien, tint ces propos :

«Je m’efforce de trouver la lumière là où chacun met de l’obscurité ».

Sans détours, « La Traversée » d’Elisabeth Leuvrey y contribue. Clairement.

Nasser Tafferant

 

  1. DOSSIER DE PRESSE LA TRAVERSÉE []
  2. Abdelmalek Sayad, sociologue (1933-1998). Le film « La Traversée » rend hommage  aux travaux substantiels du chercheur sur l’émigration/immigration algérienne en France. On se réfèrera à l’ouvrage de synthèse de ses travaux : Abdelmalek Sayad, La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Éditions du Seuil, 1999 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *