Crisalide, un collectif de recherche interdisciplinaire – Crisalide, an interdisciplinary research collective

Le couple présence/absence apparaît comme un outil d’analyse inédit des dynamiques à l’œuvre dans les formes sociales et relationnelles des sociétés. C’est pourquoi notre projet se présente comme une opportunité pour construire une équipe de recherche autour des questions migratoires  aux entrées multiples : approche des sciences sociales, également du point de vue artistique, ce qui engagera les chercheurs dans une réflexion sur les formes de narration ethnographique.

More than a research subject, the study of presence/absence is a unique tool for analysing the dynamics at work in the social and relational forms of societies. Our project is an opportunity to build a research team around the questions of migration from different access points: the social sciences approach and equally the artistic viewpoint. The researchers will be engaged in looking at these access points in relation to different forms of ethnographic storytelling.

Les membres de l’équipe :

Kamel Chachoua (AMU-IREMAM-CNRS) est chargé de recherche à l’IREMAM. Sa contribution porte sur les transformations depuis les années 1970 du « rocher de l’absence » (azrou laghrib), haut lieu qui surplomb les villages en Kabylie. C’est sur ce rocher que les femmes se rendaient pour appeler et/ou rappeler leurs absents et leurs émigrés. Travailler sur ce rituel et les transformations qu’il connaît aujourd’hui c’est revenir sur un profil d’émigrés singulier appelé imjahen ; une figure aujourd’hui disparue du lexique kabyle émigré-immigré car, à l’heure des nouvelles technologies (internet, Skype, portables) et de ce qu’on appelle cavalièrement «l’individualisme », le groupe a « perdu » tout contrôle sur ses membres. Pire, le sens commun kabyle admire davantage ces hommes qui ont « déserté » le village, le pays, pour partir à l’étranger « pour ne plus subir un ordre social néfaste et corrompu ».

Gerda Dalipaj est actuellement doctorante en anthropologie à l’IDEMEC, Aix-en-Provence. Après ses études en psychologie et en ethnologie à l’Université de Tirana, elle a travaillé pendant plusieurs années comme chercheuse à l’Institut d’Anthropologie Culturelle et d’Etudes d’Arts à Tirana. Elle a mené des recherches sur les zones rurales et sur les communautés tsiganes à Elbasan, sur lesquelles elle a publié plusieurs articles. Sa recherche actuelle retrace les dynamiques matérielles, sociales et émotionnelles de la construction du chez-soi et de l’appartenance en l’Albanie postcommuniste. Avec Gilles de Rapper (IDEMEC) elle a organisé une série de journées d’études sur la « domestication de la modernité » dans les Balkans pendant le XXème siècle. Sa contribution dans le projet ATRI, se concentre autour des maisons récemment construites par les émigrants en Albanie. En retraçant la dynamique de la présence-absence, Gerda Dalipaj vise à décrire les systèmes résidentiels des émigrants albanais entre l’Albanie et la Grèce. Elle explore la façon dont la construction d’une maison compte réellement en tant que proxy-présence dans les deux sociétés où les migrants ont leur résidences officielles. Gerda Dalipaj est coresponsable du projet visuel Materializing Absences, qui porte sur la vie des maisons vides des migrants dans la périphérie urbaine d’Elbasan. Elle a publié aussi des articles sur le retour post-mortem des migrants internes et internationaux et sur le rôle que la mort du migrant joue dans la construction du chez-soi et des sentiments d’appartenance pour les communautés.

Malika Gouirir est maître de conférences en sociologie à l’université Paris Descartes. Elle travaille depuis plusieurs années sur les temporalités de la migration en faisant de la génération l’entrée lui permettant d’analyser les transformations liées à la présence dans le pays d’installation (choix du conjoint, circulation entre les espaces de la migration, etc.). Dans le cadre de cette recherche, elle propose d’analyser les mobilités inversées des migrants qui reviennent s’installer durablement dans le pays d’origine. Comment dans cette perspective met-on fin à l’absence, quels sont les dispositifs symboliques, sociaux mais aussi administratifs qui le permettent ? Comment repenser les formes d’une présence tant au niveau du pays natal qu’à celui du pays d’installation quand une partie de l’entourage familial et relationnel y demeure encore ?

Constance De Gourcy (AMU-LAMES-CNRS) est maître de conférences en sociologie et spécialiste des questions migratoires. Ses recherches portent sur les formes de communication à distance et les liens sociaux qui se tissent en situation d’éloignement. A partir d’un corpus constitué de populations natives d’Algérie et vivant en France, elle souhaite analyser ce qui se joue dans la façon de parler de l’absence, de la décrire ou de la désigner comme étant ce qui rend tangible et concrète l’expérience migratoire. Sa recherche aura pour objectif d’apporter un éclairage théorique mais aussi sensible sur cette donnée fondamentale et pourtant difficilement saisissable de l’expérience migratoire à partir de la relation paradoxale qu’elle exprime et entretient à l’égard des espaces de départ.

Azzedine Kinzi est Anthropologue, maitre de conférences à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou au département de langue et culture Amazigh. Son champ de recherche porte sur la mort de l’émigré dans le pays d’immigration. Cet événement évoque dans l’imaginaire social le retour définitif de l’émigré, ou pour dire les choses correctement, le retour du corps de l’absent dans sa terre natale ou tamurt (le pays d’origine). Au-delà des cérémonies funèbres et de deuil qui s’observent là-bas à Saint Etienne, le village d’origine, Tounef, se mobilise quant à lui pour recevoir le mort (ou dit-on le cercueil) et s’occupe de la question de l’enterrement ainsi que de tous les rituels accompagnant le défunt/émigré. Sa réflexion portera sur la gestion publique de la mort de l’émigré dans son village d’origine. Elle s’interroge particulièrement, à travers des cas que nous avons pu observer ces dernières années, sur la manière avec laquelle la famille des Aït Zayed en petite Kabylie organise les enterrements des corps de ses émigrés envoyés du pays d’immigration (Saint-Etienne en France). Autrement dit, nous nous interrogerons sur la mobilisation matérielle et humaine que déploie cette communauté familiale et villageoise pour assurer un enterrement ordinaire d’un mort « extra-ordinaire ». Nous nous pencherons aussi sur la façon avec laquelle se conçoit et se construit la tombe post-mortem de ce dernier.

Valérie Laurans est associée en France à l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062, ENS de Lyon) et invitée à Shanghai par le centre d’histoire des villes chinoises de l’Académie des sciences sociales. Elle coopère par ailleurs avec le département de sociologie de l’université normale de la Chine de l’Est, et le département d’urbanisme de l’université Tongji. Elle souhaite mettre à profit sa connaissance du terrain chinois pour analyser et documenter la présence d’immigrés maghrébins à Shanghai. Dans un contexte où l’on étudie la forte présence de la Chine au Maghreb et en Afrique, très rares sont les recherches qui se penchent sur les parcours migratoires de ces pionniers en Asie. Sa contribution à l’équipe se fera à partir d’un travail photographique permettant de saisir les formes que prennent l’appartenance et l’attachement dans ces parcours migratoires, et ce, afin de comprendre les raisons et les motivations de ces trajectoires « déroutées ».

Eckehard Pistrick est docteur en ethnomusicologie, membre associé au CREM-LESC, Paris. Actuellement il enseigne comme lecteur à l’Université Martin-Luther Halle-Wittenberg, Allemagne. Il est co-éditeur du volume collectif « Audiovisual Media and Identity Issues in Southeastern Europe » (Cambridge Scholars 2011). Sa contribution à l’équipe portera sur la production artistique de l’absence analysée comme performance corporelle à travers le chant et la production musicale (en étudiant les liens entre silence et absence). Il développera des liens avec l’axe de recherche « Musique et Migration » du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), LESC-UMR 7816, CNRS qui est en train de se composer et qui se dédiera notamment aux processus de la traduction d’absence en créativité musicale, collaboration qui impliquera des neurosciences et des psychologues.

Alice Ruffini est artiste plasticienne, scénographe et musicienne. Elle a été formée  à l’école des Beaux Arts d’Angers ainsi qu’à la Hochschule für bildende Kunst de Dresden (Allemagne) de 2006 à 2011. De 2011 à 2013, elle intègre la promotion de la FAI-AR (Formation avancée itinérante aux arts de la rue) à Marseille.  Elle suit parallèlement une formation musicale (clarinette, puis accordéon et duduck). Elle développe une pratique pluridisciplinaire (dessin, vidéo, installation, construction, musique) à laquelle elle mêle le caractère performatif. Son travail s’articule autour de problématiques liées à l’espace, à l’habiter, aux déplacements, aux voyages. En explorant l’art en espace public ,elle affirme sa volonté de lier le contexte au processus créatif. Elle collabore auprès de divers compagnies : Lotte van den Berg (Agoraphobia), Blöffique Théatre (histoire à poster), Floriane Facchini ( Sanctum Garageum ou l’esprit garage), Face o scéno ( Nabibila, le petit prince ).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *