Le bien des absents – Elias Sanbar

Palestinien né à Haïfa mais vivant depuis toujours en exil, Elias Sanbar évoque la maison familiale, l’exode des siens, l’enfance dans le Liban des années cinquante, les rencontres, les proches et les camarades de combat, les vaines négociations israélo-palestiniennes, un bref retour à Haïfa. Son témoignage apporte une perspective sensible aux événements contemporains

Souvenirs émaillés de mille anecdotes rendant hommage à ceux qui sont tombés pour la cause palestinienne, souvenirs de ses rencontres avec les poètes (quelques pages superbes sur Jean Genet), avec l’Amérique et les Indiens qu’il affectionne, par analogie de sort…

« Exilé de sa patrie palestinienne avant même d’y avoir vécu, Elias Sanbar ne cède pas aux illusions de la nostalgie. Il donne plutôt à voir, dans un miroitement d’épisodes aux tonalités changeantes, l’immatérielle présence d’une Palestine ressentie « du dehors ». Une maison à Haïfa qu’il faut fuir dans la peur – la même maison qui s’entrouvre, cinquante ans plus tard, désormais devenue « bien des absents » Les dieux lares de l’expatrié seront tour à tour une armoire, des combattants défunts, des sympathisants et poètes essentiels, ou de très emblématiques Indiens du Far West. Dans ce kaléidoscope de choses vues, d’expériences presque indicibles et d’anecdotes douces-amères, jamais Elias Sanbar n’abandonne le sens de l’humour, ni le pays où naquit son peuple jeté aux quatre vents. » (présentation de l’éditeur)

« Mes publications antérieures ont d’ailleurs souvent suscité une réaction dont on me faisait part en s’excusant, mais qui, à moi, me faisait très plaisir – même si je n’en disais rien : « Pourquoi as-tu fait plusieurs livres en un ? » Cela m’amusait. J’y voyais le signe que ce que je voulais, j’étais en train de le faire. J’étais très rassuré quand on me disait : « Ce livre est difficile à classer. » C’était particulièrement net avec mon ouvrage précédent, Palestine, le pays à venir, qui était un livre totalement mélangé. Je ne prétends pas que cette forme-là soit meilleure ou moins bonne qu’une autre : c’est ce que, moi, j’aime faire, et ce que je sais faire. Cela dit, il me semble quand même que cette histoire de classifications est très française. Elle relève peut-être d’un souci de se rassurer en se disant : « J’aborde un texte, mais je sais déjà où je vais le mettre. » Elle répond à une inquiétude qui est davantage, je crois, celle du lecteur que de l’auteur. Dans aucun autre pays au monde vous ne trouverez un tel souci de coller en dessous de chaque titre : « récit », « roman », « autobiographie »…, comme pour bien annoncer la couleur. » (extrait d’un entretien avec Mona Chollet, Inventaire-invention)

Accès site BiblioMonde et commande