Bruno Fert | Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Photographie extraite du livre Les Absents

Un projet photographique sur la mémoire d’un conflit

Le Projet

Ces photographies montrent les vestiges des villages palestiniens dépeuplés au cours du premier conflit israélo-arabe lors de la création de l’État d’Israël en 1948. Cette guerre provoque l’exode de près de sept cent mille Palestiniens vers les pays voisins. À la fin des hostilités, ces réfugiés ne sont pas autorisés à rentrer sur leurs terres en Israël. Aujourd’hui, le nombre des réfugiés palestiniens et de leurs descendants est estimé à 5 millions, dont beaucoup vivent encore dans des camps de réfugiés. Le droit au retour qu’ils revendiquent reste un point de discorde entre Palestiniens et Israéliens.

Où ?  Librairie Maupetit à Marseille

du 22 juin au 2 septembre

Un travail de mémoire

Durant plus de trois années, j’ai recherché et photographié les vestiges ou les traces de quelque-uns des cinq cents villages dépeuplés ou détruits en 1948. Ces images sont un voyage aux origines de la question des réfugiés palestiniens et un témoignage sur un moment clef de l’histoire de la région, dont les conséquences sont aujourd’hui au cœur de notre actualité.

Bruno Fert
Bruno Fert, né en 1971 à Paris, a suivi des études à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris, puis à New York où il s’initie à la photographie avec un reportage sur la vie des sans-abris du pont de Brooklyn. Par la suite, il réalise de nombreux sujets au Moyen-Orient et en Afrique dont « Avoir 20 ans en Palestine », pour lequel il obtient la mention spéciale du jury de la Bourse du talent Kodak 2002. Son travail traite souvent d’identité et de son rapport avec l’espace géographique ou intime. L’humain y est toujours au centre même s’il n’apparaît pas toujours dans ses images. La série « Les Absents », débutée en 2013, a reçu le soutien du Centre national des arts plastiques, elle a ensuite été distinguée par le Prix Scam-Roger Pic 2013 et le Prix Neuflize 2016. Elle a été exposée à de nombreuses reprises en France et à l’étranger.

Elias Sanbar
Elias Sanbar est né à Haïfa en 1947. Sa famille s’installe au Liban après la proclamation de l’État d’Israël. Historien, poète et essayiste, il est une figure éminente de la culture arabe et francophone qui n’a cessé d’œuvrer à une meilleure connaissance de la Palestine, investissant simultanément les champs d’action politique et culturelle. À travers ses cours dans les universités de Paris VII et de Princeton, ses interventions à des colloques, ses articles et ses livres, il s’emploie à révéler l’identité plurielle et la richesse culturelle de la Palestine. Il est est l’auteur de nombreux romans et essais dont Le Bien des absents, Actes Sud, 2001. Connu pour son rôle politique et diplomatique, il a participé aux négociations bilatérales à Washington et a dirigé la délégation palestinienne aux négociations sur les réfugiés. Il est membre du Conseil national palestinien depuis 1988 et ambassadeur de l’État de Palestine auprès de l’Unesco depuis 2012.