Jalon iconographique de l’absence (3) : De (la mise à) l’écart à l’absence

 

« Revenir »

A propos de l’installation de Nicène Kossentini « Revenir », 2006, Art video/ black and white.

Une photographie de famille travaillée par la vidéo ; une « image-vidéo » donc qui expérimente une nouvelle dimension, la profondeur temporelle de l’histoire et sa part d’ombre. Ce faisant, se produit une inversion : le caché accède à une forme de visibilité, le second plan devient premier, l’absence fait place à la présence. En décomposant et recomposant la photographie de famille, la vidéo scrute intimement sa composition jusqu’à faire ressortir et donc resurgir l’énigme d’une présence, celle d’une petite fille, cachée, montrée ainsi révélée, qui se tient derrière le groupe familial occupé qu’il est à poser devant l’objectif. Longtemps, l’image-vidéo se fixe sur le contour imprécis d’un visage dont on devine la bouche ouverte, muette. Il s’agit d’une apparition furtive, troublante, entre présence et absence. Les vibrations de l’image-vidéo restituent la densité de cette expérience et l’immobilité initiale de l’image vibrante cède au mouvement, celui-là même qui produit le questionnement sur le sens de cette absence. A voir ici

On pense à ce qu’écrit Arlette Farge sur la mise en l’écart qui est aussi une mise en retrait : « À regarder attentivement, on s’aperçoit que chaque matin, midi et soir, quelqu’un est à l’écart, seul, loin du groupe. C’est toujours le ou la même ; ses pas lents trahissent le désarroi, ou pire la mélancolie. «  Voici le mal aimé », le timide ou le personnage ingrat qui n’est pas dans la norme : trop petit, trop gros, sans vêtement ni chaussures à la mode, désorienté, ou peut-être trop bon en classe. À moins qu’une blessure familiale ne l’ait détaché du groupe remuant et hurleur ».

Farge Arlette (2017), Il me faut te dire, Paris, Les éditions du Sonneur.

Par Constance De Gourcy

ISSN 2496-9451