Les migrations des Roms roumains en Europe

Le dernier numéro de la Revue Européenne des Migrations Internationales porte sur les migrations des Roms roumains en Europe. A l’heure où l’on ne parle des Roms que pour évoquer des opérations d’expulsion ou d’éloignement, il importe de considérer ce qu’ils peuvent nous apprendre. Michel Agier (2016 : 21) dans son dernier ouvrage « Les migrants et nous. Comprendre Babel », CNRS Édition, rappelait à leur sujet : « ‘ils’ sont tout ce que nous ne sommes pas, ils ont ce que nous n’avons pas, ce que nous avons en abondance ne leur manque pas, ils incarnent une altérité « bonne à penser » qui est à l’origine d’une solidarité reconnaissante, ils sont un « autre » dont nous avons besoin : la tsigane, le gitan, avec leur cabane ou leur caravane. On peut associer à cette figure-là celle du campement comme un lieu désiré ou effrayant, mais toujours le contraire de ce que « nous » avons et de ce que « nous » sommes ».

C’est à partir de ce prisme que l’on peut considérer les apports heuristique de ce décentrement. Ainsi en est-il de l’absence qui est traitée chez cette population très connectée comme ce qui permet d’assurer une double présence, ici et ailleurs, et pas seulement là-bas vers un lieu qui renverrait à une hypothétique origine. Ce sont ces ailleurs dans ces parcours transnationaux qui sont particulièrement intéressants pour saisir de nouvelles formes d’absence et comprendre la densité de cette expérience. Ce numéro apporte une contribution significative à cette prise en compte positive de l’altérité.

ISSN 2496-9451